Le frère de Hadar Goldin crée une danse pour Pourim à sa mémoire
Rechercher

Le frère de Hadar Goldin crée une danse pour Pourim à sa mémoire

Des membres du Bnei Akiva du monde entier ont participé à la vidéo demandant la libération par le Hamas du corps de Hadar Goldin

Le mouvement de jeunesse Bnei Akiva a publié sur internet une vidéo de Pourim montrant ses membres en train de danser sur une chorégraphie du frère d’un soldat israélien mort au combat.

Hami Goldin, dont le frère Hadar a été tué par le Hamas en 2014 et dont le corps n’a jamais été rendu, a créé une chorégraphie en mémoire à la jovialité de son frère, a déclaré dans un communiqué sur la vidéo World Bnei Akiva. La vidéo a été mise en ligne jeudi sur YouTube.

Hadar Goldin était animateur de Bnei Akiva.

La vidéo, intitulée « Joyeux Pourim – Dansons autour du monde », montre des garçons et des filles de Jérusalem, Milan, Amsterdam, Düsseldorf, New York, Philadelphie, Boston, Sydney, Rio de Janeiro et Hong Kong, dansant sur le tube « Happy » de Pharell Williams.

Certains des danseurs sont devant de célèbres monuments, comme l’Opéra de Sydney, la cathédrale de Milan et la plage Ipanema de Rio. Ils sont également déguisés pour Pourim.

Le lieutenant Hadar Goldin, 23 ans, de Kfar Saba, a été tué à Gaza le 1er août 2014. (Crédit : capture d'écran Ynet)
Le lieutenant Hadar Goldin, 23 ans, de Kfar Saba, a été tué à Gaza le 1er août 2014. (Crédit : capture d’écran Ynet)

La vidéo se termine par une phrase demandant la restitution du corps de Hadar Goldin.

La décision de lier la campagne à la fête dédiée à al frivolité peut sembler surprenante, a déclaré Hemi Goldin dans un communiqué, mais cela « convient parfaitement » au caractère de son frère décédé, qui était fait de « simcha [joie], joie, et de connexion aux valeurs éternelles du sionisme. »

« Pas un jour ne passe où nous n’espérons pas qu’Hadar reçoive le minimum que mérite un héros de l’armée israélienne : le droit à des funérailles juives », a-t-il déclaré dans le communiqué.

Le mois dernier, les appels de la famille pour récupérer le corps de Goldin ont poussé Rogel Alper, critique de télévision du quotidien de gauche Haaretz, à critiquer ces efforts.

En plus de « ne pas distinguer entre les morts et les vivants », Alper a écrit au sujet de la famille qu’ils « souffrent de la mégalomanie qui caractérise beaucoup de discours du soi-disant deuil de la famille en Israël, où le statut d’endeuillé accorde aux proches, à leurs opinions, l’autorité et le privilège de déterminer l’agenda et les priorités nationales. »

Simcha, le père de Goldin, a demandé sur Twitter à Amos Schocken, le propriétaire de Haaretz, s’il soutenait les propos d’Alper sur la mégalomanie. Schocken a répondu « certainement » avant de supprimer sa réponse et d’expliquer qu’il avait mal compris la question quand il y avait répondu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...