Le futur conseil général à New York qualifie J Street de “non juif”
Rechercher

Le futur conseil général à New York qualifie J Street de “non juif”

Peu avant l’annonce de sa nomination, Danny Dayan a attaqué le lobby pro-israélien pacifique, et dit à présent que sa remarque était “quelque peu non diplomate”

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Danny Dayan (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Danny Dayan (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Danny Dayan, le conseil général tout juste nommé d’Israël à New York, a désigné la semaine dernière le lobby juif américain J Street de « non juif », au vu de son soutien ostensible aux politiciens américains critiques des politiques israéliennes.

« Je préfère l’attitude de l’AIPAC à celle de J Street, qui soutient tous les candidats anti-Israël – plus vous êtes anti-Israël, plus vous allez être soutenus par J Street. Ce n’est pas juif », a-t-il déclaré pendant un entretien télévisé conduit mardi et diffusé samedi.

Dans un communiqué publié mardi soir, J Street a déclaré être « consterné » par les remarques de Dayan.

Dayan, ancien dirigeant des implantations, a fait des commentaires critiquant J Street dans le passé. L’animosité était mutuelle : J Street a de façon répétée fait entendre ses inquiétudes sur l’intention d’Israël de le nommer à une position diplomatique à l’étranger en raison de son opposition ouverte à une solution à deux États.

Répondant à une question du Times of Israel sur ces remarques, Dayan a souligné qu’il est « l’une des très rares figures israéliennes de la droite à n’avoir jamais boycotté J Street ».

Au contraire, a-t-il dit, « j’ai toujours mis un point d’honneur à maintenir un dialogue ouvert avec ses dirigeants et ses missions. Je suis souvent critiqué par mes collègues pour cela mais je suis fier de le faire. »

Le dirigeant du groupe, Jeremy Ben Ami, serait d’accord avec cette affirmation, a dit Dayan. « Nous avons notre part de désaccords forts mais cela ne nous empêche pas de maintenir le dialogue vivant. »

Dayan a cependant exprimé « des critiques personnelles sévères sur la plupart de leurs politiques, y compris leur soutien à des candidats au Sénat et à la Chambre [des représentants], a-t-il dit au Times of Israel. Je pense que soutenir des candidats qui défendent l’indulgence envers le Hamas ou accusent habituellement Israël et Israël seul d’intransigeance supposée n’est ni pro-Israël, ni pro-paix. Cette politique de soutien m’intrigue. »

Son commentaire sur le caractère « non juif » de J Street a été fait en tant que personne privée, a-t-il ajouté, bien qu’il ait admis que c’était « quelque peu non diplomate ».

Au moment où l’entretien était mené par Tal Shalev pour la chaîne de télévision i24, Dayan était l’ambassadeur désigné d’Israël au Brésil, bien qu’il était évident que le gouvernement de Brasilia ne voulait pas confirmer sa nomination en raison de son passé de dirigeant du mouvement des implantations israéliennes.

Lundi matin, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait annoncé que Dayan avait été nommé comme successeur d’Ido Aharoni comme consul général à New York.

Dans une série de tweets publiés peu après l’annonce, Dayan a promis de travailler avec tous les segments de la société américaine et de la communauté juive locale. Il a promis de s’engager dans un « dialogue inclusif » avec chacun et de ne faire « aucune exclusion ».

J Street, dans un communiqué de presse publié lundi, a exprimé sa « préoccupation profonde » sur la nomination de Dayan comme consul général de la ville qui accueille la plus grande communauté juive en dehors d’Israël.

« Bien que le Premier ministre d’Israël continue à exprimer ses préoccupations sur le fait qu’Israël devienne un État binational ; il nomme comme envoyé à New York un homme qui a été pendant des années président du conseil des colonies et qui se délecte en prédisant la mort de la solution à deux États », a affirmé le groupe.

« Nous représentons fièrement les pensées classiques d’une grande partie des Américains et des juifs américains pro-Israël et pro-paix, dont 850 rabbins et chantres dans notre cabinet rabbinique », a déclaré le groupe dans un communiqué sur son site internet.

« Particulièrement à New York, où M. Dayan travaillera, il trouvera que les pensées de beaucoup dans la communauté juive sont plus proches de notre vision du monde que de la sienne, est-il écrit dans le communiqué. Il trouvera plus fructueux de s’engager dans un débat important sur les problèmes de son nouveau poste que de s’engager dans des attaques personnelles contre un grand nombre de juifs de la région de New York et dans tout le pays avec qui il est en désaccord. Ces sortes d’insultes contestant notre foi devraient simplement être hors limites pour un envoyé officiel du gouvernement israélien. Nous apprécions que M. Dayan ait déjà reconnu que ses paroles étaient « quelques peu non diplomates », bien que nous souhaitions qu’il aille plus loin et admette qu’elles étaient complètement fausses. »

Le communiqué a ajouté : « Nous espérons que notre engagement futur avec M. Dayan pourra avancer dans l’esprit du dialogue respectueux et du débat. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...