Les cours d’eau du Golan ont été contaminés bien au-delà des limites autorisées
Rechercher

Les cours d’eau du Golan ont été contaminés bien au-delà des limites autorisées

La rivière Zaki ainsi que trois autres présentent une forte concentration de bactéries derrière l'épidémie de leptospirose

Les randonneurs nagent à la source de Zavitan sur les hauteurs de Glan dans le nord d'Israël, le 18 avril 2014. (Yaakov Naumi / Flash90)
Les randonneurs nagent à la source de Zavitan sur les hauteurs de Glan dans le nord d'Israël, le 18 avril 2014. (Yaakov Naumi / Flash90)

Le ministère de la Santé a publié jeudi des résultats de laboratoire montrant jusqu’à 11 fois plus de bactéries nocives que ce qui est autorisé dans plusieurs cours d’eau du plateau du Golan et dont l’accès a été fermé au public après que des douzaines de randonneurs sont tombés malades d’une infection bactérienne.

Les tests de laboratoire ont mesuré la concentration de la bactérie E. coli, que l’on trouve fréquemment dans les intestins des animaux et qui serait responsable de l’éclosion.

Les cours d’eau actuellement fermés aux baigneurs en raison d’une épidémie de leptospirose, une maladie qui peut être mortelle et qui est transmise par l’urine animale, sont les cours d’eau Zavitan, Zaki, Yehudia et Meshushim ; le Jourdain dans la région du parc Jordan, Betekha et Bethsaida dans la Majrasa, l’estuaire de la rivière Daliot et la rivière Jilbon.

La rivière Zaki s’est avérée être le plus contaminée, présentant une concentration 11 fois plus élevée que le niveau maximum du ministère de la Santé jugé sans danger pour la baignade et la natation, selon les médias israéliens.

L’eau des cours d’eau Meshushim et Yehudia présentait des niveaux de contamination presque trois fois plus élevés que ce qui était permis, et le cours d’eau Zavitan 1,25 fois plus élevé.

Les jeunes Israéliens se rafraîchissent dans un ruisseau sur les hauteurs du Golan, au nord d’Israël. 10 août 2018. (David Cohen / Flash90

Les autres cours d’eau de la liste n’ont été fermés que mercredi et les résultats des tests n’ont pas encore été obtenus.

Le ministère de la Santé a exhorté le public à rester calme et a encouragé les vacanciers du nord d’Israël à ne pas modifier leurs plans malgré la peur, soulignant qu’il n’y avait aucune indication d’infection ailleurs.

Le ministère a déclaré jeudi qu’il n’y avait aucun changement dans la liste des cours d’eau fermés au public, et a averti les Israéliens de ne pas faire confiance aux « fausses nouvelles » indiquant le contraire.

« Nous suivons de près la situation au quotidien et nous informons continuellement le public », a déclaré Moshe Bar Siman Tov, directeur général du ministère de la Santé.

« Il est important pour nous de mettre en garde contre les « fausses nouvelles » qui circulent sur les médias sociaux », a-t-il dit, ajoutant que les gens devraient « s’assurer de ne se fier qu’aux annonces officielles des organismes autorisés ».

Il a exhorté la population à scruter les mises à jour sur le site Web du ministère de la Santé et les plate-formes de réseaux sociaux, ainsi que sur le site Web de l’Autorité de la nature et des parcs.

L’Autorité de la nature et des parcs a déclaré jeudi qu’elle se préparait – avec l’Autorité de l’eau, la compagnie nationale de l’eau de Mekorot et l’association locale de l’eau – à pomper de l’eau propre dans plusieurs cours d’eau pour réduire le niveau de contamination.

Elle a déclaré que de l’eau nouvelle serait pompée dans les cours d’eau contaminés début d’octobre. Les eaux continueront d’être analysées régulièrement.

Le Dr David Raveh-Brawer s’entretient avec Yuval Miskin (à gauche), infecté par la leptospirose sur les hauteurs du Golan, au Centre médical Sha’arei Tzedek de Jérusalem le 13 août 2018. (Yonatan Sindel / Flash90)

Le ministère de la Santé a déclaré jeudi qu’il avait examiné 253 cas suspects à ce jour, 32 personnes ayant reçu un diagnostic de leptospirose.

La leptospirose est transmise à l’homme par l’urine de mammifères, généralement de rats ou de souris, mais aussi de chiens, de cerfs, de vaches et de moutons.

Bien que les bactéries ne nuisent pas à l’animal, chez les humains, elles peuvent causer des symptômes « légers » semblables à ceux de la grippe, y compris de la fièvre et des frissons, des maux de tête intenses, des douleurs à l’estomac et des conjonctivites. Egalement des symptômes « graves » qui peuvent dégénérer en maladie de Weil, causant des dommages au foie, une insuffisance rénale, des saignements dans les poumons et une méningite, la leptospirose peut être fatale si elle est laissée sans traitement.

Les experts de la santé cités par le site Ynet mercredi ont dit qu’ils soupçonnaient que l’épidémie était causée par le grand nombre de sangliers sauvages présents sur le plateau du Golan, la sécheresse persistante de ces dernières années les aurait pousser à se diriger continuellement près des ruisseaux et à y uriner.

Stuart Winer et l’équipe du Times of Israël ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...