Rechercher

Le gouvernement annonce ses plans pour 7 nouvelles communautés juives dans le Neguev

La ministre de l'environnement Zandberg dit que les plans causeront des dommages écologiques et économiques ; certains dirigeants locaux se sont également opposés

Le ministre du Logement Ze'ev Elkin, au centre à gauche, et la ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked, au centre à droite, portent un toast aux projets de nouvelles communautés dans le désert du Néguev en Israël, le 10 avril 2022 (Crédit: Capture d'écran/Twitter)
Le ministre du Logement Ze'ev Elkin, au centre à gauche, et la ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked, au centre à droite, portent un toast aux projets de nouvelles communautés dans le désert du Néguev en Israël, le 10 avril 2022 (Crédit: Capture d'écran/Twitter)

Le gouvernement a voté dimanche la création d’une nouvelle communauté dans le Neguev, ainsi que l’examen de la possibilité de créer une nouvelle ville dans le sud et cinq autres communautés, toutes juives.

Selon la décision, Ir Ovot, la nouvelle communauté, sera construite au sud de l’échangeur Hatzeva sur la route 90. La ville, si elle est finalement approuvée, serait construite près de la ville de Lehavim, tandis que les cinq autres communautés seront établies près de la route 25 dans le nord du Néguev.

Les communautés devraient comprendre environ 10 500 unités de logement.

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked, qui a soutenu le programme avec le ministre du Logement Zeev Elkin, a salué la décision du gouvernement, affirmant qu’elle ferait progresser les valeurs sionistes et jouerait un rôle clef dans la sécurité de l’État.

« Le développement renforcera la gouvernance et la souveraineté dans le Neguev et ouvrira la région », a déclaré Shaked.

« Précisément en ce moment, face à tous les incidents de sécurité, le gouvernement israélien établit un bloc urbain contigu sur le terrain, mettant un piquet dans le sol et commençant à construire des villes juives dans le Néguev », a déclaré Shaked.

Vue d’un arbre vu de l’autoroute Arava dans le sud d’Israël, le 8 janvier 2013 (Crédit: Nati Shohat/FLASH90)

« Je suis toute excitée et je considère cela comme une véritable mission qui répond à la vision de Ben Gurion », a-t-elle déclaré, citant l’héritage du premier Premier ministre israélien, qui a mis l’accent sur l’installation dans le Néguev.

La ministre de la Protection de l’environnement, Tamar Zandberg, a critiqué l’initiative, affirmant qu’elle aurait un impact environnemental et économique négatif, et que le gouvernement devrait plutôt se concentrer sur l’amélioration des communautés existantes.

« Il y a une tendance dangereuse des décisions gouvernementales à établir de nouvelles villes, ce qui signifie envahir les espaces ouverts en Israël », a déclaré Zandberg.

« C’est une grosse erreur sur le plan économique, social et environnemental. Au lieu de renforcer les communautés existantes, d’investir dans les infrastructures et d’y renforcer la population, ces décisions affaiblissent les villes existantes. »

La ministre de l’Environnement Tamar Zandberg assiste à une réunion de la commission des finances, à la Knesset à Jérusalem, le 15 novembre 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Selon Haaretz, un certain nombre de nouvelles communautés doivent être construites à proximité des communautés bédouines existantes, sur des terres qui ont été désignées comme corridor écologique ou une zone d’une beauté naturelle exceptionnelle.

Le plan a également été critiqué par certains dirigeants de la communauté locale, arabes et juifs.

Amir Bisharat, conseiller de la commission nationale des autorités locales arabes, a déclaré à Haaretz que « le gouvernement choisit de nous mettre des bâtons dans les roues et d’empêcher toute expansion des communautés bédouines ». Il a ajouté que le plan conduirait à une polarisation accrue entre les Arabes et les Juifs dans le sud.

« Les autorités ont travaillé lentement pendant des décennies et n’ont pas été en mesure de résoudre les obstacles rencontrés par la population arabe. D’autre part, des éléments de droite au sein du gouvernement réussissent à approuver la création de dizaines de communautés pour les Juifs », a-t-il déclaré.

Une communauté bédouine vivant à côté de la plus grande décharge d’Israël, près de la ville de Rahat dans le sud d’Israël, le 10 août 2016 (Crédit : Yaniv Nadav/Flash90).

Le chef du conseil régional de Bnei Shimon, Nir Zamir, a envoyé une lettre au gouvernement exprimant son opposition au plan, affirmant qu’il avait été élaboré sans consulter les dirigeants locaux, qui préféreraient que les communautés existantes soient agrandies.

« Lehavim peut s’étendre et dans le conseil régional de Bnei Shimon, il y a des dizaines de communautés qui veulent construire plus de logements dans leur région et attirer plus de résidents », a écrit Zamir, ajoutant qu’il souhaitait présenter un plan pour augmenter le nombre de logements dans la région, sans s’approprier plus de terres agricoles.

La position de Zamir a été soutenue par le Conseil régional de Lehavim, mais le chef du Conseil régional central d’Arava aurait favorisé l’initiative du gouvernement.

Le mois dernier, les ministres ont approuvé la création de cinq nouvelles communautés dans le Néguev, après un débat vif entre les membres de la coalition au pouvoir – une coalition idéologiquement très diversifiée.

Les cinq communautés – quatre Juives et une destinée à la population bédouine – devraient être construites aux environs de la ville d’Arad, dans le sud du pays. La proposition avait été avancée par le Premier ministre Naftali Bennett, le ministre du Logement Zeev Elkin et la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked.

Pendant le débat consacré à cette proposition, le ministre de la Justice Gideon Saar et la ministre de la Protection environnementale Tamar Zandberg – qui a voté contre le projet – se seraient âprement disputés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...