Rechercher

Le cabinet approuve la construction de cinq communautés dans le Néguev

Les ministres Gideon Saar et Tamar Zandberg se sont disputés avec force pendant la rencontre consacrée à cette proposition - la dernière fissure dans la coalition

Gideon Saar, à la tête du parti politique Tikva Hadasha, s'exprime pendant la conférence de la Compagnie d'information de la télévision israélienne à Jérusalem, le 7 mars 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Gideon Saar, à la tête du parti politique Tikva Hadasha, s'exprime pendant la conférence de la Compagnie d'information de la télévision israélienne à Jérusalem, le 7 mars 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les ministres du cabinet ont voté en faveur de l’établissement de cinq nouvelles communautés dans le Neguev au cours de la réunion du cabinet qui a eu lieu dimanche, après un débat vif entre les membres de la coalition au pouvoir – une coalition idéologiquement très diversifiée.

Les cinq communautés – quatre Juives et une destinée à la population bédouine – devraient être construites aux environs de la ville d’Arad, dans le sud du pays. La proposition avait été avancée par le Premier ministre Naftali Bennett, le ministre du Logement Zeev Elkin et la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked.

« Notre obligation la plus importante est d’assurer la sécurité individuelle des habitants du sud du pays. Nous nous sommes lancés dans ce voyage et nous n’allons pas l’interrompre. En même temps, nous continuons à nous implanter et à développer le Neguev », a dit Bennett.

Pendant le débat consacré à cette proposition, le ministre de la Justice Gideon Saar et la ministre de la Protection environnementale Tamar Zandberg – qui a voté contre le projet – se seraient âprement disputés.

« Tu nourris vraiment une haine féroce à l’idée d’une implantation des Juifs. C’est fou », aurait dit Saar, des propos rapportés par le site d’information Walla.

« Ce n’est pas toi – malgré tout le respect que je te dois – qui va noter mon attachement au sionisme », aurait répondu Zandberg.

« Oh que si, je vais te donner une note – en matière de sionisme mais pas seulement », a riposté alors Saar.

« Ne me crie pas dessus. C’est quoi, ces manières ? C’est immonde, tu devrais avoir honte ! » a-t-elle dit. « Non seulement tu as tort, mais tu es tendancieux. Des notes ici ? Quelle insolence ! »

Zandberg a commenté ultérieurement son altercation avec Saar.

« Nous avons formé ce gouvernement, entre autres, pour ne plus attiser les discours de haine et d’incitations diverses entre les différentes catégories de la population et les différents secteurs, et entre la gauche et la droite », a-t-elle déclaré.

« J’ai été très chagrinée de voir le ministre de la Justice reprendre ce type d’attitude dans ces propos, ce qui est contraire à l’esprit même du gouvernement et à l’objectif qu’il s’est fixé lorsqu’il a été établi ».

C’est la plus récente querelle d’une série de disputes individuelles qui ont pu déchirer la coalition déjà fragile.

Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 27 mars 2022. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Selon des informations, Bennett et le ministre de la Défense Benny Gantz se seraient disputés samedi sur le désir exprimé par ce dernier d’assister à une prochaine rencontre à Ramallah organisée entre le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie, Abdallah II.

Bennett aurait mis le holà au désir de Gantz, ayant le sentiment que sa participation détournerait l’attention du sommet organisé entre les ministres des Affaires étrangères israélien, américain, émirati, bahreïni, marocain et égyptien qui a commencé dimanche dans le sud du pays.

Cela n’a pas été le seul désaccord entre les deux ministres, la semaine dernière. Jeudi, Gantz a annoncé qu’il partirait en voyage – un déplacement prévu – en Inde dans la journée de mardi, quatre jours avant la visite là-bas de Bennett. Cette annonce du ministre de la Défense a pris par surprise le bureau du Premier ministre, selon Haaretz qui a cité un responsable israélien disant que le ministre tentait d’éclipser Bennett en partant en Inde avant lui.

Cet incident a souligné une rupture apparente de la coordination entre les bureaux des deux hommes.

Les tensions entre les deux hauts-responsables remontent aux premiers jours du gouvernement, un gouvernement considéré comme divisé par ses deux approches distinctes face au conflit israélo-palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...