Le gouvernement approuve le suivi électronique des voyageurs en quarantaine
Rechercher

Le gouvernement approuve le suivi électronique des voyageurs en quarantaine

Le ministère de la Sécurité publique souhaite utiliser une application pour téléphone portable afin de surveiller les voyageurs censés être en isolement

Des policiers font respecter le règlement COVID-19 à l'aéroport international Ben Gurion, le 19 juillet 2021. (Crédit : AvshalomSassoni/Flash90) 
Des policiers font respecter le règlement COVID-19 à l'aéroport international Ben Gurion, le 19 juillet 2021. (Crédit : AvshalomSassoni/Flash90) 

Les ministres ont approuvé dimanche une proposition autorisant le ministre de la Sécurité publique Omer Barlev à relancer la surveillance électronique des voyageurs de retour au pays pour s’assurer qu’ils respectent leur quarantaine. 

Bien que le cabinet ait approuvé l’utilisation de « moyens électroniques » pour suivre les arrivants, la surveillance sera effectuée à l’aide d’une application téléphonique plutôt qu’avec des bracelets électroniques déployés à titre expérimental par le passé, selon les médias israéliens. 

L’utilisation du suivi électronique avait déjà été approuvée par la Knesset au début de l’année, bien que la loi exigeait que le gouvernement donne d’abord son aval au ministère de la Sécurité publique pour décider quand le suivi devait être réalisé.

Il n’a pas été immédiatement précisé quand la surveillance électronique commencerait. 

Cette décision intervient alors qu’Israël a récemment renforcé les restrictions sur les voyages à destination et en provenance du pays, ainsi que sur les événements publics, dans le but d’endiguer la recrudescence des cas de COVID-19.

Les autorités sanitaires ont établi un lien entre le récent pic d’infections en Israël et les voyageurs qui ont ramené de l’étranger de nouveaux variants du virus et qui n’ont pas été mis en quarantaine après leur arrivée.

Actuellement, les voyageurs vaccinés arrivant en Israël doivent rester en quarantaine pendant 24 heures, ou jusqu’à ce qu’ils reçoivent un résultat négatif à un test effectué à l’atterrissage – selon ce qui se produit en premier. Les voyageurs non vaccinés doivent rester en quarantaine pendant sept jours et recevoir un résultat négatif à l’issue de leur semaine d’isolement.

Tous ceux qui reviennent de pays où le taux d’infection est élevé doivent rester en quarantaine pendant sept jours, même si le test est négatif, selon les directives du ministère de la Santé. La période de quarantaine complète, qui était auparavant longue de 10 à 14 jours, a récemment été raccourcie.

Dimanche, le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash, a averti les Israéliens de s’abstenir de voyager à l’étranger, sauf en cas de nécessité. Lors d’un briefing sur la situation de la COVID-19, M. Ash a déclaré qu’il conseillait « à toute personne qui prévoit de voyager à l’étranger de tenir compte du fait qu’il pourrait y avoir des changements dans la politique [pour les rapatriés] à leur retour dans le pays ».

La semaine dernière, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré que des moyens technologiques seraient utilisés pour contrôler la localisation des personnes en quarantaine, et a demandé au procureur général et au ministre de la Sécurité publique d’examiner les implications juridiques d’une telle mesure. 

Le système permettrait à la police de suivre l’emplacement des personnes en quarantaine en envoyant un message texte contenant un lien vers leur téléphone. Lorsque la personne en isolement clique sur le lien, son emplacement physique est immédiatement communiqué aux forces de l’ordre. 

Il n’a pas été précisé comment le système fonctionnerait pour les personnes qui n’ont pas de téléphone, comme les jeunes enfants, ou celles qui choisissent de ne pas le porter lorsqu’elles quittent la maison. 

L’utilisation du système avait été annoncée par le gouvernement précédent au début de l’année, mais n’a finalement guère été utilisée. 

La résurgence du coronavirus en Israël a été largement attribuée à la propagation du variant Delta, qui a été détecté pour la première fois en Inde et qui serait deux fois plus contagieux que la souche COVID d’origine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...