Le Hamas et le Jihad islamique revendiquent les tirs de roquettes
Rechercher

Le Hamas et le Jihad islamique revendiquent les tirs de roquettes

Les groupes terroristes se sont engagés à répondre "bombardement pour bombardement" ; Netanyahu met en garde contre une intensification des opérations militaires

Trois missiles lancés par le Dôme de Fer, vus depuis Gaza City, le 20 juin 2018. (Crédit : AFP Photo/Mahmud Hams)
Trois missiles lancés par le Dôme de Fer, vus depuis Gaza City, le 20 juin 2018. (Crédit : AFP Photo/Mahmud Hams)

Les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique, basés à Gaza, ont revendiqué les tirs de barrages contre Israël qui ont été tirés mercredi matin, avertissant qu’ils ne laisseront pas les frappes israéliennes sur l’enclave palestinienne sans réponses

Selon l’armée, plus de 45 roquettes et obus ont été tirés en direction d’Israël à partir de l’enclave. Cette salve de roquette est survenue après que l’aviation israélienne a frappé 25 positions de la branche armée du Hamas en représailles au lancement de ballons et de cerfs-volants incendiaires depuis Gaza sur Israël, et qui ont causé une vingtaine de feux de forêts mardi.

Les branches armées du Hamas et du Jihad islamique, autre groupe terroriste islamiste palestinien, ont revendiqué les tirs de roquettes, riposte selon elles aux frappes israéliennes des derniers jours.

Ils disent avoir « ciblé sept position militaires israéliennes près de Gaza… en réponse à l’agression continue d’Israël contre les sites de résistance à Gaza ».

« L’équation est simple : ce sera bombardement pour bombardement, nous ne permettrons pas à l’ennemi de perpétrer impunément ses actes d’agression contre notre peuple et la Résistance », ont-elles dit dans un communiqué conjoint, accusant Israël d’être responsable des tensions.

Au moins six roquettes ont été lancées depuis Gaza mercredi matin et ont atterri dans des communautés israéliennes aux abords de la frontière. Une roquette a notamment atterri devant un jardin d’enfants, ont indiqué les responsables israéliens. La plupart des autres roquettes ont atterri dans des champs du sud d’Israël.

Des Israéliens dans un kibboutz situé à proximité de Gaza inspectent les lieux où une roquette envoyée depuis la bande est tombée, près des habitations, le 20 juin 2018 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Selon l’armée, les appareils israéliens ont frappé 25 positions du Hamas du nord au sud de la bande de Gaza, en réponse aux tirs de barrage et aux attaques incendiaires au moyen de cerfs-volants et de ballons lancés par des Palestiniens dans la journée de mardi.

L’armée israélienne accuse le groupe terroriste du Hamas, qui gouverne Gaza, de « cibler les civils israéliens la nuit avec des attaques et d’entraîner la bande de Gaza et ses civils vers la dégradation » de la situation.

De son côté, le Hamas tient Israël pour responsable de l’escalade des violences, indiquant qu’il « a changé les règles de l’engagement » en adoptant une politique consistant à cibler les positions du Hamas en réaction aux attaques incendiaires.

Malgré le vœu du Hamas de ne pas tolérer les frappes israéliennes en réponse aux attaques incendiaires venant de Gaza, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a averti mercredi que l’armée pourrait intensifier ses opérations.

« Nous sommes préparés à n’importe quel scénario et nos ennemis feraient bien de le comprendre », a-t-il déclaré en disant ne pas vouloir entrer dans le détail d’éventuelles actions à venir.

« Le poing d’acier de l’armée israélienne frappera avec puissance ceux qui cherchent à nous nuire’, a ajouté Netanyahu.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...