Le Hezbollah publie une vidéo de l’attaque d’un convoi de Tsahal en 2015
Rechercher

Le Hezbollah publie une vidéo de l’attaque d’un convoi de Tsahal en 2015

La diffusion de ces images par un média lié au groupe terroriste libanais est perçue comme un message adressé à Israël

La vidéo diffusée par le média al-Mayadeen, lié au Hezbollah, le 15 février 2019. On y voit deux véhicules israéliens en feu après avoir été frappés par des missiles anti-tanks tirés par le groupe terroriste le 28 janvier 2015. (Capture d'écran: Facebook)
La vidéo diffusée par le média al-Mayadeen, lié au Hezbollah, le 15 février 2019. On y voit deux véhicules israéliens en feu après avoir été frappés par des missiles anti-tanks tirés par le groupe terroriste le 28 janvier 2015. (Capture d'écran: Facebook)

Vendredi, le groupe terroriste libanais du Hezbollah a publié une nouvelle vidéo de l’attaque mortelle de 2015 qui avait vu des terroristes tirer une salve de missiles anti-tank contre un convoi de Tsahal, tuant deux soldats israéliens.

Diffusée par al-Mayadeen, une chaîne de télévision liée au Hezbollah, la vidéo montre deux missiles anti-tanks cibler un convoi militaire israélienne dans la zone du mont Dov à proximité de la frontière israélo-libannaise. Les deux véhicules israéliens sont ensuite consumés par les flammes.

Des analystes israéliens ont expliqué que la date de publication des images semblait être un message du Hezbollah à destination d’Israël, lui signifiant ses capacités à riposter. Au cours des derniers mois, Israël a ciblé, à de nombreuses occasions, des tentatives iraniennes de transfert d’armes avancées au groupe et découvert des tunnels d’attaque transfrontaliers du Hezbollah.

La publication des images intervient après la fin d’un exercice de grande ampleur mené par Tsahal qui a simulé une guerre avec le Hezbollah.

תיעוד: רגעי הפיגוע בהר דב ב-2015

חיזבאללה מפרסם תיעוד חדש מהפיגוע בהר דב ב-2015 שבו נהרגו רס"ן יוחאי קלנגל וסמ"ר דור חיים-נוני ז"ל, ונפצעו 7 חיילי צה"ל נוספים http://bit.ly/2GrNB5B

Posted by ‎החדשות‎ on Friday, 15 February 2019

Le capitaine Yochai Kalengel et le sergent Dor Nini avaient été tués dans l’attaque du 28 janvier 2015, qui avaient fait sept autres blessés parmi les soldats israéliens.

A l’époque, le Hezbollah avait expliqué avoir tiré des missiles anti-tank en représailles à une frappe aérienne en Syrie attribuée à Israël la semaine précédente, dans laquelle au moins sept personnes avaient été tuées, dont un commandant de l’organisation terroriste et un général iranien.

Le commandant tué dans l’attaque était Jihad Mugniyeh, le fils d’Imad Mughniyeh, un combattant de haut rang du Hezbollah qui aurait été tué par Israël à Damas en 2008.

La publication de la vidéo coïncidait avec la date anniversaire de la mort d’Imad Mughniyeh, un 12 février.

Imad Mughniyeh, commandant du Hezbollah tué en 2008. (Crédit : CC BY-SA, Wikimedia Commons)

Des combattants du Hezbollah interrogés par al-Mayadeen ont déclaré que l’attaque avait été ordonnée par le chef du groupe terroriste, Hassan Nasrallah. Elle visait à démontrer qu’il avait la volonté et la capacité de répondre militairement, selon la Douzième chaîne israélienne.

Ils ont affirmé que la décision d’attaquer le mont Dov, connu des Libanais comme les Fermes Shebaa, s’expliquait par le fait que ce territoire israélien est revendiqué par le Liban. Les agents ont aussi déclaré que le Hezbollah avait repéré la route sur laquelle les véhicules ont été frappés quelques jours avant d’attaquer.

Le mont Dov est une petite parcelle de terre pris par Israël à la Syrie en 1967. Le Liban considère que cette bande de terre lui appartient, même si elle était sous contrôle syrien depuis les années 1950 jusqu’à sa saisie, puis son annexion comme partie du plateau du Golan par Israël en 1981.

Les deux pays ont combattu pour la dernière fois lors de la Deuxième guerre du Liban en 2006. Elle avait commencé après que le Hezbollah avait lancé une attaque meurtrière de missiles anti-tank sur une patrouille israélienne à proximité de la frontière.

Au fil des années, le Hezbollah a publié des images supplémentaires de cette attaque, qui comprenait aussi le rapt des dépouilles des soldats Ehud Goldwasser et Eldad Regev.

La guerre, qui a duré 34 jours et vu des milliers de roquettes du Hezbollah pleuvoir sur les villes du nord, a coûté la vie à 165 Israéliens, dont 44 civils. Plus de 1 000 Libanais, des combattants du Hezbollah et des civils, ont été tués.

Plus tôt cette semaine, un certain nombre de pancartes se moquant de Tsahal ont été placées à la frontière. Il s’agit de la dernière provocation en date du groupe terroriste à la frontière à la situation fragile.

Dans cette photo du 13 décembre 2018, des soldats israéliens montent la garde à côté de caméras dans leur nouvelle position en face d’un drapeau du Hezbollah, à proximité du village frontalier Mays al-Jabal du sud du Liban. (AP Photo/Hussein Malla)

Les pancartes, écrites en arabe et en hébreu, faisaient référence à la récente critique entendue en Israël au sujet de l’état de préparation à la guerre de l’armée de terre d’Israël, ou plus exactement du manque éventuel de préparation de l’armée.

Les pancartes présentaient des photographies de soldats israéliens pleurant et d’un tank en feu. Elles ont été placés le long de la barrière de sécurité où les troupes israéliennes patrouillent régulièrement et où la construction d’un nouveau mur en béton est en cours.

La construction de nouvelles fortifications frontalières, mais aussi la récente campagne militaire israélienne pour trouver et détruire des tunnels d’attaque transfrontaliers creusés par le Hezbollah, ont été au cœur des tensions des derniers mois entre Israël et le Liban.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...