Le Hezbollah semble adopter la tactique incendiaire gazaouie contre Israël
Rechercher

Le Hezbollah semble adopter la tactique incendiaire gazaouie contre Israël

Les agents du groupe terroriste libanais ont été filmés en train d'allumer un important feu de broussailles le long de la frontière, qui gagne rapidement le territoire israélien

Des hommes du Hezbollah allument des incendies à proximité de la frontière entre Israël et le Liban, le 16 août 2019 (Capture d'écran/Douzième chaîne)
Des hommes du Hezbollah allument des incendies à proximité de la frontière entre Israël et le Liban, le 16 août 2019 (Capture d'écran/Douzième chaîne)

Un incendie qui s’est déclaré avec force le long de la frontière israélienne avec le Liban semble avoir été déclenché par des terroristes du Hezbollah qui auraient adopté les techniques utilisées de manière répétée par les Palestiniens de Gaza contre Israël, selon des images diffusées dimanche par la Douzième chaîne.

Sur ces images, des agents du groupe terroristes libanais allument des feux à proximité de la frontière. Les vents forts attisent rapidement les flammes et l’incendie franchit la frontière, se dirigeant vers une base de l’armée israélienne et vers la communauté de Margaliot.

Des membres des forces de maintien de la paix des Nations unies (Finul) apparaissent également en train de patrouiller autour des feux, sans tenter pour autant d’empêcher les hommes du Hezbollah de les allumer.

Ces sinistres ont fait exploser des mines qui se trouvaient à côté de la frontière. Il a fallu plusieurs heures aux sapeurs-pompiers locaux pour venir à bout du feu, un travail entravé par l’incapacité d’utiliser des canadairs en raison de la proximité de la frontière hostile.

Des hommes du Hezbollah allument des incendies à proximité de la frontière entre Israël et le Liban, le 16 août 2019 (Capture d’écran/Douzième chaîne)

« Tout le monde sait que c’est le côté libanais qui endosse la responsabilité de ces provocations », a déclaré un responsable local, Yoram Mahluf, devant les caméras de la Douzième chaîne. « On nous teste ».

Le reportage a précisé que les officiels pensent que le groupe terroriste pourrait continuer à allumer des feux le long de la frontière pour tenter de détourner l’attention de l’armée israélienne, ainsi que pour faire brûler les broussailles que les forces spéciales de Tsahal pourraient utiliser comme couverture.

Cette tactique semble imiter celle utilisée par les terroristes palestiniens de Gaza qui ont envoyé des milliers de ballons incendiaires en Israël, avec un impact dévastateur.

Des jeunes Palestiniens préparent des ballons incendiaires à envoyer en Israël à l’est du camp de réfugiés de Bureij, dans la bande de Gaza, le 31 mai 2019 (Crédit : Hassan Jedi/ Flash90)

Cette tactique d’envoi de ballons transportant des explosifs et des dispositifs incendiaires depuis Gaza vers le territoire israélien était apparue l’année dernière, dans le cadre d’une série de manifestations et d’émeutes le long de la frontière avec la bande – un mouvement connu sous le nom de « marche du retour ».

Cette méthode d’attaque simple et peu onéreuse a prouvé son efficacité contre l’armée israélienne, bien plus puissante, et qui, malgré ses capacités militaires et technologiques, n’a cessé de lutter pour contrer la menace représentée par ces ballons et autres préservatifs gonflés lancés dans le ciel.

D’avril à juin 2018, les sapeurs-pompiers ont ainsi été amenés à éteindre
1 954 feux allumés par des attaques incendiaires dans les champs, dans les forêts et dans les prairies situés aux environs de la bande de Gaza. Ils ont lutté contre 383 sinistres au cours de la même période en 2019.

Les pompiers se battent contre un incendie déclenché par des ballons chargés de combustibles envoyés depuis Gaza, le 14 juin 2019 (Crédit : Service des incendies et des secours)

De plus, pendant toute l’année 2018, ce sont approximativement 3 400 hectares de terres israéliennes qui ont été détruites dans des attaques incendiaires, selon les statistiques livrées par les services des incendies et des secours israéliens, le JNF-KKL et l’Autorité de la nature et des parcs.

Au mois de juin, 140 hectares avaient été ravagés en 2019 par des dispositifs incendiaires lancés depuis la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...