Le Jihad islamique reprend ses tirs, Israël continue ses représailles
Rechercher

Le Jihad islamique reprend ses tirs, Israël continue ses représailles

Un cessez-le-feu entrerait en vigueur dans la soirée ; Un petit nombre d'Israéliens ont été légèrement blessés alors qu'ils couraient vers des abris anti-aériens

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des roquettes sont tirées depuis la bande de Gaza vers le sud d'Israël, le 23 février 2020. (Capture d'écran)
Des roquettes sont tirées depuis la bande de Gaza vers le sud d'Israël, le 23 février 2020. (Capture d'écran)

Après deux jours d’affrontements avec Israël, le mouvement islamiste armé avait affirmé lundi soir mettre fin à sa « riposte militaire ». Mais son porte-parole, Abou Hamza, a annoncé un peu plus d’une heure plus tard la reprise des tirs en « réponse » aux frappes persistantes de l’armée israélienne.

Dans un bref communiqué, le groupe soutenu par l’Iran avait déclaré avoir achevé ses « représailles » pour la mort de trois de ses membres par Israël, ajoutant qu’il répondrait à toute nouvelle « agression » israélienne.

« Les Brigades Al-Qods annoncent qu’elles ont mis fin à leur réponse militaire aux assassinats à Khan Younès (Gaza) et à Damas (Syrie) », avait déclaré dans un communiqué la branche armée du Jihad islamique, peu après un appel de l’ONU à la « cessation immédiate des tirs de roquettes » depuis Gaza.

Cette annonce était intervenue peu après que les terroristes de la bande de Gaza ont tiré plusieurs salves de roquettes sur des villes et des localités du sud d’Israël, les deux parties menaçant d’étendre leurs attaques l’une contre l’autre.

L’armée israélienne a continué à frapper des cibles dans la bande de Gaza dans les minutes qui ont suivi l’annonce du Jihad islamique.

On ne signale aucun blessé physique lors de ces bombardements, bien que certains des projectiles aient causé des dommages aux maisons et aux infrastructures dans le sud d’Israël.

Un petit nombre d’Israéliens ont été légèrement blessés alors qu’ils couraient vers des abris anti-aériens.

Parallèlement, l’armée israélienne a mené une série de frappes sur des sites du Jihad islamique palestinien dans la bande de Gaza. L’armée a déclaré que cela comprenait un site de lancement de roquettes dans le nord de Gaza, qui, selon elle, a été utilisé pour tirer des roquettes sur Israël plus tôt dans la journée, ainsi que sept postes d’observation le long de la frontière avec Israël.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré que personne n’avait été blessé lors des frappes israéliennes lundi.

Des roquettes sont lancées par des terroristes palestiniens depuis la bande de Gaza en direction d’Israël, 24 février 2020. (AP Photo/Khalil Hamra)

En outre, la liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens a annoncé qu’elle allait fermer le passage piétonnier d’Erez à Gaza, sauf pour des « cas humanitaires », et qu’elle limitait la zone de pêche de la bande à six milles nautiques, au lieu de 15. Le point de passage de Kerem Shalom, qui achemine la majorité des marchandises commerciales de Gaza, resterait ouvert.

L’unité de liaison, connue officiellement sous le nom de coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires, [COGAT], a déclaré que ces mesures étaient en réponse aux attaques à la roquette du Jihad islamique depuis la bande de Gaza.

Les responsables israéliens et palestiniens ont menacé d’intensifier leurs frappes si l’autre partie poursuivait ses attaques.

« Nous ne voulons pas d’une guerre plus importante, mais nous sommes en train de préparer les plans, et s’il n’y a pas le choix, nous mènerons une campagne énergique », a déclaré le ministre de la Défense Naftali Bennett aux maires des villes du sud d’Israël lundi.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a apparemment menacé de tuer les chefs des groupes terroristes de Gaza si les tirs de roquettes en provenance de la bande de Gaza se poursuivaient.

« Nous continuerons à frapper jusqu’à ce que le calme revienne. S’il n’y a pas de calme, vous serez les prochains », a déclaré Netanyahu, lors d’une visite à la ville d’Ashdod.

La branche armée du Jihad islamique – les Brigades al-Qods – a déclaré plus tôt dans la journée qu’elle était elle aussi prête à réagir si Israël continuait à mener des frappes contre elle.

« Nous, dans les Brigades d’al-Qods, sommes prêts à faire face à toute agression. L’ennemi doit savoir que s’il continue [à mener une agression], nous répondrons avec force et efficacité », a déclaré le groupe terroriste.

Selon l’armée, quelque 80 roquettes ont été tirées de Gaza depuis dimanche

Selon l’armée israélienne, environ 50 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur Israël depuis la bande de Gaza à partir de 18 heures, en plus des quelque 30 projectiles tirés depuis l’enclave la veille.

Selon Tsahal, environ 90 % des roquettes entrantes se dirigeant vers des zones peuplées ont été interceptées par le système de défense antimissile du Dôme de fer.

Un obus de mortier tiré depuis la bande de Gaza a atterri lundi dans une localité de la région d’Eshkol, dans le sud d’Israël, ne faisant aucun blessé mais causant peu de dégâts, selon un porte-parole régional.

Le projectile a frappé à côté de la clôture entourant la localité, causant de légers dommages à un trottoir en béton.

Un garçon marche dans la cour de récréation d’un jardin d’enfants qui a été touché par un missile tiré depuis la bande de Gaza dans la ville de Sderot, en Israël, le 24 février 2020. (AP Photo/Tsafrir Abayov)

« Le Jihad islamique et le Hamas doivent comprendre que cela ne peut pas durer. S’ils ne cessent pas les frappes complètement – et je ne parle pas d’un jour ou deux, mais définitivement – nous devrons aller de l’avant avec une campagne (militaire) d’envergure », a prévenu M. Netanyahu, qui a d’ailleurs annulé des rassemblements de campagne prévues lundi soir.

« Netanyahu, le pays est à feu ! », a répliqué son rival électoral Benny Gantz, ancien chef de l’armée qui prône la ligne dure face aux groupes armés de Gaza. Comme M. Netanyahu, Benny Gantz a annulé un événement en soirée, dans son cas les célébrations pour le premier anniversaire de sa formation centriste Bleu blanc.

Les roquettes du groupe terroriste palestinien surviennent après la mort d’un de ses membres, tué dimanche par l’armée israélienne alors qu’il était en train de placer une bombe près de la barrière de sécurité à Gaza. Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Mohammed Shtayyeh a condamné « l’assassinat » de ce terroriste du Jihad islamique dont la dépouille a été « maltraitée » par les autorités israéliennes.

Les forces israéliennes ont aussi mené des raids en Syrie, tuant au moins 6 hommes, dont deux membres du Jihad islamique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...