Le judoka iranien, médaille d’argent « n’oubliera pas la gentillesse israélienne »
Rechercher

Le judoka iranien, médaille d’argent « n’oubliera pas la gentillesse israélienne »

Après avoir fui son pays, Saeid Mollaei concourt désormais pour la Mongolie, et réalise un exploit historique pour un Iranien en Israël; l'Israélien Tohar Butbul remporte le bronze

  • Le judoka de Mongolie d'origine iranienne Saeid Mollaei (à gauche), qui porte la médaille d'argent, salue le médaillé d'or ouzbek Sharofiddin Boltaboev après la finale de la catégorie masculine des moins de 81 kg du Grand Chelem 2021 de Tel Aviv, le 19 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)
    Le judoka de Mongolie d'origine iranienne Saeid Mollaei (à gauche), qui porte la médaille d'argent, salue le médaillé d'or ouzbek Sharofiddin Boltaboev après la finale de la catégorie masculine des moins de 81 kg du Grand Chelem 2021 de Tel Aviv, le 19 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)
  • Le judoka de Mongolie d'origine iranienne Saeid Mollaei participe à la finale de la catégorie masculine des moins de 81 kg du Grand Chelem 2021 de Tel Aviv, le 19 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)
    Le judoka de Mongolie d'origine iranienne Saeid Mollaei participe à la finale de la catégorie masculine des moins de 81 kg du Grand Chelem 2021 de Tel Aviv, le 19 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)
  • Le judoka de Mongolie d'origine iranienne Saeid Mollaei (blanc) affronte le judoka d'Ouzbékistan Sharofiddin Boltaboev lors de la finale de la catégorie masculine des moins de 81 kg du Grand Chelem de Tel Aviv 2021, dans la ville de Tel Aviv, le 19 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)
    Le judoka de Mongolie d'origine iranienne Saeid Mollaei (blanc) affronte le judoka d'Ouzbékistan Sharofiddin Boltaboev lors de la finale de la catégorie masculine des moins de 81 kg du Grand Chelem de Tel Aviv 2021, dans la ville de Tel Aviv, le 19 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)

Le judoka dissident iranien Saeid Mollaei a remporté la médaille d’argent vendredi lors de la compétition internationale de judo du Grand Chelem à Tel Aviv, ce qui constitue un exploit historique.

Mollaei a pris la deuxième place dans la catégorie des moins de 81 kg après avoir perdu contre l’Ouzbek Sahrofiddin Boltaboev.

L’Iranien a participé à la compétition sous le drapeau de la Mongolie après être devenu citoyen de la nation asiatique.

Il a fui son pays après avoir été contraint de perdre un match volontairement pour éviter d’affronter l’Israélien Sagi Muki en 2019.

Le judoka de Mongolie d’origine iranienne Saeid Mollaei participe à la finale de la catégorie masculine des moins de 81 kg du Grand Chelem 2021 de Tel Aviv, le 19 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)

Avant de terminer deuxième, Mollaei a déclaré qu’Israël avait été « très gentil avec moi depuis que je suis arrivé », a rapporté CNN vendredi, citant des commentaires transmis par la Fédération internationale de judo.

Le judoka de Mongolie d’origine iranienne Saeid Mollaei (blanc) affronte le judoka d’Ouzbékistan Sharofiddin Boltaboev lors de la finale de la catégorie masculine des moins de 81 kg du Grand Chelem de Tel Aviv 2021, dans la ville de Tel Aviv, le 19 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)

Il a dit que l’équipe de judo israélienne « a été très gentille ». C’est quelque chose que je n’oublierai jamais ».

Il a déclaré à la télévision israélienne Kan : « Je ne suis en compétition que pour la Mongolie. Je ne suis plus en compétition pour l’Iran. Cette époque est révolue pour moi… J’ai toujours été un sportif. Je n’ai jamais fait de politique. »

Dans ce bref extrait pris sur le lieu du championnat, il dit « Toda », « merci », en hébreu :

Parallèlement, Muki, champion du monde, a été étonnamment éjecté de la compétition au premier tour vendredi matin.

Selon la Douzième chaîne, Mollaei a dit à Muki après la fin de la compétition : « On se retrouvera peut-être en finale des Jeux olympiques. »

Un autre exploit remarquable a été réalisé vendredi par l’Israélien Tohar Butbul, qui a remporté le bronze dans la catégorie hommes moins de 73 kg.

L’Israélien Tohar Butbul (blanc) affronte le Roumain Alceandru Raicu dans la catégorie hommes des moins de 73 kg du Grand Chelem de Tel Aviv 2021, dans la ville de Tel Aviv, le 19 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)

Jeudi, les athlètes féminines israéliennes ont réalisé plusieurs performances : Timna Nelson Levy a remporté la médaille d’or et Gili Cohen la médaille d’argent.

« C’est amusant de gagner ici dans le pays, c’est juste dommage qu’il n’y ait pas de public, parce que notre public est le meilleur du monde », a déclaré Nelson Levy après avoir remporté l’or, en remerciant l’Association israélienne de judo d’avoir « réussi à organiser un événement d’enfer » au milieu de la pandémie de coronavirus.

Le judoka israélien Sagi Muki, champion du monde, (à droite) et le champion iranien Saeid Mollaei enlacés lors du Grand Chelem de Paris, le 10 février 2020, sur une photo Instagram mise en ligne par Muki. (Capture d’écran Instagram)

Cohen a également réussi à atteindre la finale dans la catégorie des moins de 52 kilos mais a été battue par la Britannique Chelsie Giles.

Le judoka de Mongolie d’origine iranienne Saeid Mollaei pose avec la médaille d’argent après la finale de la catégorie masculine des moins de 81 kg du Grand Chelem 2021 de Tel Aviv, le 19 février 2021. (JACK GUEZ / AFP)

Quelque 600 athlètes du monde entier sont arrivés en Israël pour participer au championnat. Cet événement apparemment contraire aux règles a suscité une controverse parmi les responsables de la santé israéliens ainsi que parmi les voyageurs, irrités par la fermeture de l’aéroport pour presque tous les autres cas.

Les organisateurs ont déclaré qu’il avait été impossible d’annuler le tournoi après qu’Israël s’est engagé à l’accueillir.

Les concurrents ont subi des tests de dépistage du virus et sont restés dans des modules fermés et isolés pendant toute la durée de l’événement.

Le judo est l’un des sports les plus performants d’Israël, les judokas israéliens ayant remporté cinq des neuf médailles olympiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...