Rechercher

Le Kremlin salue la victoire de Netanyahu

Le porte-parole de Vladimir Poutine a souligné qu'il était "important" de "voir des personnes à la barre d'Israël et du gouvernement qui partagent une approche commune"

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Kremlin à Moscou, le 30 janvier 2020. (MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)
Le président russe Vladimir Poutine (à droite) rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Kremlin à Moscou, le 30 janvier 2020. (MAXIM SHEMETOV / POOL / AFP)

Dmitry Peskov, porte-parole du président russe Vladimir Poutine, a déclaré qu’il était prématuré d’évoquer une rencontre bilatérale entre Benjamin Netanyahu et le leader russe tout en saluant le retour au pouvoir du chef du Likud.

« Il est encore trop tôt. Le processus de formation de la coalition va demander du temps et il ne sera pas facile, » a commenté Peskov, selon l’agence de presse d’État TASS.

Le porte-parole a souligné que « nous accordons beaucoup de valeur à des relations constructives avec nos partenaires israéliens ».

Il a ajouté qu’il « est très certainement très important pour nous de voir des personnes à la barre d’Israël et du gouvernement qui partagent une approche commune en faveur d’un plus grand développement des relations bilatérales ».

Pendant ses douze années passées au poste de Premier ministre, Netanyahu a entretenu une relation chaleureuse avec Poutine tandis qu’une grande partie de l’Europe et les États-Unis considéraient le chef du Kremlin comme une menace croissante.

Au mois de février 2022 – alors que Netanyahu était dans l’opposition – les forces russes avaient envahi l’Ukraine, plaçant les leaders israéliens Naftali Bennett et Yair Lapid dans une position très inconfortable. Les deux dirigeants avaient cherché à signaler à l’Occident et à l’Ukraine que l’État juif sympathisait avec Kiev et avec le peuple ukrainien, tout en garantissant qu’Israël n’entreprendrait rien qui viendrait menacer la coordination sécuritaire avec la Russie en Syrie ou le bien-être des Juifs en Russie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...