Le Likud a admis sa participation financière au Mouvement vers la droite
Rechercher

Le Likud a admis sa participation financière au Mouvement vers la droite

Le parti Travailliste a demandé plus de transparence en se basant sur une loi votée par le parti au pouvoir qui encadre le financement des campagnes électorales

Un homme passe devant une affiche de la campagne électorale de Benjamin Netanyahu, Premier ministre et chef du parti du Likud à Jérusalem le 2 avril 2019.
(Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un homme passe devant une affiche de la campagne électorale de Benjamin Netanyahu, Premier ministre et chef du parti du Likud à Jérusalem le 2 avril 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le parti du Likud a reconnu financer une campagne visant à encourager la participation des électeurs de droite aux élections du 9 avril, a annoncé lundi le quotidien Haaretz.

Le parti a informé la commission centrale électorale qu’il était derrière l’opération, intitulée Mouvement vers la droite. Une source a déclaré au journal que le Likud l’avait financée à hauteur de 15 millions de shekels (environ 3,7 millions d’euros).

« Mouvement vers la droite et le Likud sont une entité légale et politique – le parti du Likud », a déclaré la formation dans un communiqué, ajoutant que c’était le nom donné à une branche particulière de la campagne électorale – similaire aux branches qui sont chargées de cibler des groupes spécifiques comme les nouveaux immigrants.

Pourtant, le site internet de Mouvement vers la droite ne déclare pas faire partie du Likud, mais affirme, au lieu de cela, avoir été établi par plusieurs organisations de droite.

Des militants du Likud lors d’un meeting du parti le 22 mars 2018 à Tel Aviv (Hadas Parush/Flash90)

« Le Mouvement vers la droite a été établi par des partis de droite et le camp national pour assurer la victoire de la droite aux élections pour la 21ème Knesset et pour maintenir le gouvernement de droite dans l’Etat d’Israël », notait le site internet.

Les partis HaYamin HaHadash et Yisrael Beytenu ont démenti toute implication dans l’organisation, et l’Union des partis de droite a déclaré à Haaretz qu’il ne finançait pas le Mouvement vers la droite, mais qu’il travaillait avec le Likud pour recruter des volontaires.

Selon le journal, l’initiative est dirigée par Mordechai Benita, un proche du ministre du Likud Zeev Elkin. Les militants sont envoyés dans tout le pays en se focalisant sur les communautés périphériques où la participation sera peut-être faible mais où les électeurs ont tendance à voter à droite. Des coordinateurs salariés ont recruté des bénévoles pour faire du porte-à-porte et encourager les électeurs à voter.

Benjamin Netanyahu lors d’une conférence de presse traitant des accusations de publications de fausses informations sur les réseaux sociaux lors de la campagne électorale, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 1 avril 2019.

Pendant l’élection de 2015, l’organisation V15, financée depuis les Etats-Unis, avait été accusée par le Likud d’ingérence politique inappropriée pour ses efforts clairs visant à détrôner le Premier ministre Benjamin Netanyahu en encourageant les électeurs de centre-gauche à voter. Le contrôleur de l’Etat avait cependant blanchi l’organisation.

En 2017, la Knesset avait fait passer la loi surnommée V15, dont l’objectif est d’empêcher de riches donateurs d’utiliser les organisations politiques pour contourner les lois de financement électoral.

L’avocat Shahar Ben Meir et le parti Travailliste ont déposé un recours contre le Mouvement vers la droite, affirmant qu’il violait la loi V15 en raison du manque de transparence du financement et du fait que l’organisation n’était pas immédiatement identifiable comme étant liée au Likud.

De son côté, le Likud affirme que le parti n’a pas besoin d’être identifié sur des documents de campagnes car ils ne constituent pas de la propagande, a rapporté Haaretz.

Le juge de la Cour suprême Hanan Malcer, chef de la commission centrale électorale, doit statuer sur la question mardi après-midi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...