Le maire adjoint de Bnei Brak craint les effets du confinement sur les seniors
Rechercher

Le maire adjoint de Bnei Brak craint les effets du confinement sur les seniors

Gedalyahu Ben Shimon estime que la mise en quarantaine de la ville favorisera la propagation du virus parmi les habitants

La police installe des checkpoints temporaires à l'entrée de la ville de Bnei Brak, le 3 avril 2020 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
La police installe des checkpoints temporaires à l'entrée de la ville de Bnei Brak, le 3 avril 2020 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le maire adjoint de Bnei Brak a qualifié vendredi la décision de confiner sa ville de « piège mortel pour les personnes âgées de la ville » et a exhorté le gouvernement à envisager d’autres moyens pour arrêter la propagation du coronavirus.

Son appel a été lancé alors que le gouvernement a chargé l’armée israélienne de fournir officiellement une « assistance civile » aux habitants de Bnei Brak, un important foyer du virus, la police ayant établi des points de contrôle aux entrées et aux sorties de la ville ultra-orthodoxe située à la périphérie de Tel-Aviv.

Gedalyahu Ben Shimon a déclaré que la mise en quarantaine de la ville avait provoqué l’incertitude, conduisant « de nombreux habitants de la ville à inonder un nombre limité de supermarchés, augmentant ainsi le danger d’infection ».

« Contrairement à un couvre-feu, où l’armée assume l’entière responsabilité des centaines de milliers d’habitants et leur fournit nourriture et médicaments, ici, elle a pris une demi-mesure qui augmente les risques de contagion et pourrait coûter des vies humaines. Il faut changer de trajectoire », a-t-il soutenu.

Le chef du commandement du Front intérieur de l’armée, le major général Tamir Yadai, a confirmé que l’armée ne distribuerait que des produits de première nécessité aux personnes les plus à risque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...