Le média qui a racheté Politico ne fera pas signer de charte pro-Israël
Rechercher

Le média qui a racheté Politico ne fera pas signer de charte pro-Israël

L'entreprise allemande qui a acquis le site américain est partisan d'Israël et fait signer à ses employés un engagement en faveur de "l'alliance transatlantique et d'Israël"

Mathias Doepfner, PDG d'Axel Springer SE, lors de l'ouverture de la cérémonie de remise du prix Axel Springer diffusée sur Internet, le 18 mars 2021. (Crédit : Bernd von Jutrczenka/dpa via AP, Pool)
Mathias Doepfner, PDG d'Axel Springer SE, lors de l'ouverture de la cérémonie de remise du prix Axel Springer diffusée sur Internet, le 18 mars 2021. (Crédit : Bernd von Jutrczenka/dpa via AP, Pool)

JTA – Ben Smith a caché une information de taille dans son dernier article du New York Times, sur la vente de Politico pour un milliard de dollars : les nouveaux propriétaires du magazine et du site d’information, le géant allemand de l’édition Axel Springer, n’exigeront pas de ses employés américains fraîchement acquis qu’ils signent la déclaration de mission de l’entreprise dans laquelle ils s’engagent à soutenir Israël.

Axel Springer, du nom du journaliste qui l’a fondé dans les années 1940, est depuis longtemps un fervent partisan d’Israël. Sur son site web, le deuxième des cinq principes fondamentaux de la société se lit comme
suit : « Nous soutenons le peuple juif et le droit à l’existence de l’État d’Israël. »

La société, qui possède certaines des publications les plus lues en Europe, dont Die Welt et Bild, exige apparemment de ses employés européens qu’ils signent une promesse de soutien à « l’alliance transatlantique et à Israël, entre autres valeurs privilégiées », selon l’article de Smith.

En mai, lors de la dernière série de combats entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, le siège de la société avait hissé un drapeau israélien en signe de soutien.

En juin, Matthias Dopfner, PDG de l’entreprise allemande, aurait déclaré que les employés mécontents de ce geste devraient quitter l’entreprise.

« Je pense, et je suis très franc avec vous, qu’une personne qui a un problème avec le fait qu’un drapeau israélien soit hissé pendant une semaine ici, après des manifestations antisémites, devrait chercher un nouvel emploi », aurait-il déclaré selon Israel Hayom.

La chronique de Smith décortique l’achat d’Axel Springer et ce que cela signifie dans le paysage médiatique américain. Dopfner a déclaré à Smith que l’achat de Politico « cimentait l’avenir américain de l’entreprise ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...