Le Mexique demande à Israël d’extrader un ex-diplomate accusé de crime sexuel
Rechercher

Le Mexique demande à Israël d’extrader un ex-diplomate accusé de crime sexuel

Andres Roemer, de nationalité mexicaine et israélienne, est recherché par Interpol à la demande du gouvernement mexicain, suite à un mandat d'arrêt du parquet de Mexico

L'ancien ambassadeur mexicain à l'UNESCO   Andres Roemer. (Capture d'écran : YouTube)
L'ancien ambassadeur mexicain à l'UNESCO Andres Roemer. (Capture d'écran : YouTube)

Le Mexique a réclamé à Israël l’extradition de l’écrivain et ancien diplomate Andres Roemer, accusé de viol et d’agression sexuelle, a indiqué lundi le bureau du procureur de Mexico.

Cette demande a été faite en vertu du « principe de réciprocité internationale » et bénéficie du soutien du bureau du procureur général et du ministère mexicain des Affaires étrangères, a déclaré la procureure Ernestina Godoy.

« Nous espérons parvenir à son arrestation et à son transfert au Mexique afin qu’il puisse être présenté à un juge dans les meilleurs délais », a-t-elle déclaré.

Le gouvernement mexicain avait précédemment annoncé que l’ex-diplomate, de nationalité mexicaine et israélienne, était recherché par Interpol à la demande du gouvernement mexicain, suite à un mandat d’arrêt de la Cour supérieure de justice de Mexico.

Les accusations contre M. Roemer, une soixantaine selon un groupe de défense des droits des femmes, se sont multipliées depuis février lorsque la danseuse Itzel Schnaas l’a accusé d’agression sexuelle.

L’intellectuel a nié « catégoriquement » cette première accusation sur Twitter avant de se retirer des réseaux sociaux à mesure que les allégations à son encontre se multipliaient.

Selon ces dernières, l’ancien fonctionnaire avait l’habitude de convoquer ses victimes à son domicile ou à son bureau sous un motif professionnel.

Andres Roemer, 57 ans, a été consul du Mexique à San Francisco, aux Etats-Unis. Il a également mené des actions philanthropiques et a été ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO et l’organisation onusienne a rompu ses relations avec lui lorsque les accusations se sont multipliées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...