Rechercher

Le ministère de la Défense renforce les localités du nord d’Israël face au Hezbollah

Le gouvernement a installé des abris anti-bombes dans trois communautés le long de la frontière libanaise, et prévoit d'en installer dans 21 autres

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Photo non datée d'un abri anti-bombe nouvellement installé dans la communauté de Kfar Yuval, le long de la frontière israélienne avec le Liban. (Crédit : Ministère de la Défense)
Photo non datée d'un abri anti-bombe nouvellement installé dans la communauté de Kfar Yuval, le long de la frontière israélienne avec le Liban. (Crédit : Ministère de la Défense)

Le ministère de la Défense a annoncé lundi qu’il étendait ses efforts pour renforcer les défenses des communautés israéliennes les plus proches de la frontière libanaise, qui sont les plus susceptibles d’être touchées par des tirs de roquettes, lors d’un futur conflit avec la milice terroriste du Hezbollah.

Ce programme, baptisé « Bouclier du Nord », a officiellement débuté le mois dernier, lorsque la division de l’ingénierie et de la construction du ministère, en collaboration avec le commandement du front intérieur de l’armée israélienne, a commencé à installer de nouveaux abris anti-bombes dans les maisons de la communauté de Kfar Yuval, au nord-est de Kiryat Shmona.

Lundi, le ministère a déclaré qu’il étendait le programme « Bouclier du Nord » à trois autres communautés : Metula, Shlomi et Shtula, toutes situées directement le long de la frontière avec le Liban.

« Dans les jours à venir, [la Division de l’ingénierie et de la construction] commencera à installer des dizaines d’abris anti-bombes dans les maisons privées de ces trois communautés supplémentaires », a déclaré le ministère.

Photo prise le 20 mai 2021, depuis la ville de Metula dans le nord d’Israël, près de la frontière avec le Liban où flotte le drapeau israélien, avec en arrière-plan des gens à la périphérie du village de Kfarkila dans le sud du Liban, brandissant des drapeaux palestiniens, libanais et du Hezbollah, organisation soutenue par l’Iran. (Crédit : Jalaa Marey / AFP)

À terme, le ministère a l’intention de mettre en œuvre son plan de renforcement « Bouclier du Nord » dans les 21 communautés les plus proches de la frontière nord. (Le plan Bouclier du Nord ne doit pas être confondu avec l’opération Bouclier du Nord de Tsahal, au cours de laquelle l’armée a découvert un certain nombre de tunnels d’attaque creusés en territoire israélien par le Hezbollah).

« La résilience civile des habitants du nord est un élément central de notre préparation aux scénarios de guerre. Je félicite la Division du Génie et de la Construction et Tsahal pour avoir fait avancer ce projet rapidement… Nous continuerons à renforcer les communautés du nord et nous ferons de la préparation du front intérieur une priorité absolue pour l’établissement de la défense », a déclaré le ministre de la Défense Benny Gantz dans un communiqué.

Dans les semaines à venir, le ministère a indiqué qu’il prévoyait d’étendre le programme à quatre autres communautés : Avivim, Margaliot, Misgav Am et Manara.

Ce plan de renforcement intervient après des années de promesses d’amélioration des abris dans les communautés du nord, dont on constatait régulièrement l’absence, malgré la forte probabilité que ces zones soient les plus susceptibles d’être touchées par les barrages du Hezbollah. Par le passé, le ministère de la Défense a imputé cette situation à l’absence de budget national depuis 2019 jusqu’au début de cette année.

Des forces de sécurité israéliennes inspectent les dommages à une maison après une attaque à la roquette Katioucha du Hezbollah dans le nord d’Israël à Nahariya, le 15 juillet, 2006 (Crédit photo: Pierre Terdjman / Flash90)

Un rapport du contrôleur de 2020 a révélé que près de 30 % des citoyens israéliens n’ont pas accès à des abris anti-bombes fonctionnels près de chez eux, dont plus d’un quart de million de personnes qui vivent près des frontières avec la bande de Gaza et le Liban.

Selon certains experts en sécurité nationale, Israël s’appuie davantage sur ses capacités de défense offensive et active, comme le Dôme de fer et d’autres systèmes de défense antimissile, pour neutraliser rapidement les menaces au lieu de renforcer ses fortifications physiques et de se préparer à absorber une attaque en toute sécurité.

Dans son rapport 2020, le contrôleur a averti qu’en ne fournissant pas suffisamment d’abris anti-bombes et d’autres défenses physiques, le gouvernement mettait en danger la vie des civils.

« Le bureau du contrôleur de l’État prévient que le fait de ne pas exécuter à temps les décisions du gouvernement visant à défendre le front intérieur et le fait que, pendant des années, il n’y a pas eu de législation globale concernant le front intérieur ont retardé et nui à la préparation du front intérieur à une urgence, une question qui est susceptible d’avoir un impact sur les vies humaines », ont déclaré les auteurs du rapport l’année dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...