Le ministre de la Justice, mécontent, boycotte la réunion du cabinet
Rechercher

Le ministre de la Justice, mécontent, boycotte la réunion du cabinet

Avi Nissenkorn aurait été écarté de l'accord conclu entre Kakhol lavan et le Likud sur la nomination de hauts-fonctionnaires au Trésor et au bureau du Premier ministre d'alternance

Le député Avi Nissenkorn, chef de la commission des arrangements de la Knesset, à la Knesset, le 11 décembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Avi Nissenkorn, chef de la commission des arrangements de la Knesset, à la Knesset, le 11 décembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Justice Avi Nissenkorn devait boycotter la rencontre du cabinet de dimanche pour manifester son mécontentement contre un accord qui aurait été conclu entre son parti Kakhol lavan et le Likud sur des nominations à des postes majeurs, un accord dont il aurait été tenu à l’écart. L’arrangement, de surcroît, ne prévoit pas la désignation d’un haut-fonctionnaire à un poste déterminant de son propre ministère qu’il réclame depuis longtemps, ont indiqué les médias israéliens.

Ce boycott est la dernière indication de ce que les tensions qui sévissent dans le gouvernement d’unité n’épargnent pas les rangs de Kakhol lavan, le parti dirigé par le ministre de la Défense Benny Gantz.

Nissenkorn a donc rejoint le ministre des Communications Yoaz Hendel qui avait fait savoir qu’il ne serait pas présent lors de la réunion du cabinet.

Le cabinet a voté, dimanche, l’approbation de la désignation de Yaheli Rotenberg à la fonction de nouveau trésorier général du ministère des Finances, dirigé par le Likud, ainsi que la nomination de Hod Betzer au poste de directeur-général du bureau du Premier ministre d’alternance.

Gantz occupe la fonction de Premier ministre d’alternance dans le cadre de l’accord qui avait défini la mise en place du gouvernement d’unité. Il devrait succéder à Benjamin Netanyahu au poste de Premier ministre au mois de novembre 2021, même si peu d’observateurs croient encore que la coalition pourra durer jusque-là.

Un arrangement sur des nominations aux fonctions de trésorier-général et de directeur du bureau du Premier ministre d’alternance avait été trouvé entre Gantz et Netanyahu au cours de discussions gardées secrètes et sans que les députés les plus éminents de Kakhol lavan soient mis dans la confidence. Cela avait été notamment le cas d’Avi Nissenkorn, dont le propre ministère reste, de son côté, sans directeur-général.

Nissenkorn a été applaudi par le chef de l’opposition Yair Lapid, député de Yesh Atid, qui a écrit sur Twitter que boycotter le cabinet était une initiative « basée sur des valeurs ».

Les nominations convenues entre Netanyahu et Gantz ont été « indignes », a noté Lapid.

« Au lieu de se préoccuper de l’éducation, de la santé et de l’économie, Gantz arrange des postes fabriqués dans des bureaux non-existants pour ses amis », a-t-il écrit, faisant apparemment référence à la fonction de Premier ministre d’alternance qui a été spécifiquement créée pour le ministre de la Défense actuel.

Le chef de l’opposition Yair Lapid s’adresse au plénum de la Knesset, le 19 octobre 2020. (Shmulik Grossman/Porte-parole de la Knesset)

Un reportage diffusé samedi sur une chaîne de télévision avait fait savoir que Gantz avait caché à deux de ses plus importants ministres, au sein de la formation Kakhol lavan, un accord qu’il aurait passé avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu – un arrangement qui n’aurait pas pris en compte une demande déterminante du parti.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...