Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Le MIT sanctionne les étudiants qui ont occupé un bâtiment pour un « die-in » pro-palestinien

Un nombre non spécifié d'étudiants a été banni des activités "non académiques" ; l'Alliance israélienne du MIT déplore que la suspension totale n'ait pas été imposée

Capture d'écran d'une vidéo d'étudiants pro-palestiniens manifestant au Massachusetts Institute of Technology, 13 novembre 2023. (X. Utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Capture d'écran d'une vidéo d'étudiants pro-palestiniens manifestant au Massachusetts Institute of Technology, 13 novembre 2023. (X. Utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

JTA – Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) va suspendre une poignée d’étudiants de toute activité « non académique » après qu’ils aient participé à un récent « die-in » pro-palestinien.

La décision a été annoncée dans une lettre du 9 novembre de la présidente du MIT, Sally Kornbluth, qui n’a pas précisé le nombre d’étudiants qui seront suspendus. La manifestation, qui s’est déroulée le jour même, a été organisée par un groupe du campus connu sous le nom de Coalition Agains lApartheid. Cette mesure a été prise parce qu' »une limite a été franchie » dans l’occupation d’un bâtiment universitaire par les manifestants, a écrit Kornbluth.

« La manifestation d’aujourd’hui – qui est devenue perturbatrice, bruyante et soutenue tout au long de la matinée – a été organisée et menée au mépris des directives que l’université avait données aux étudiants à l’avance, a écrit jeudi Kornbluth, qui a été nommée présidente du MIT l’année dernière.

Plusieurs universités ont récemment pris des mesures concrètes contre l’activisme anti-israélien sur son campus. Il intervient après que les universités Columbia et Brandeis ont annoncé la suspension de groupes d’étudiants pro-palestiniens en raison de leur opposition à la guerre qu’Israël mène actuellement contre le Hamas dans la bande de Gaza et qui a éclaté avec l’attaque dévastatrice du groupe terroriste contre Israël le mois dernier. Columbia a suspendu les groupes, y compris le groupe juif antisioniste Jewish Voice for Peace, pour violation de la politique de l’école. Brandeis a déclaré avoir suspendu Students for Justice in Palestine (SJP) parce que le groupe « soutient ouvertement le Hamas », que les États-Unis désignent comme un groupe terroriste.

La guerre a attisé les tensions sur les campus de tout le pays et suscité des craintes accrues d’antisémitisme. Le système universitaire de l’État de Floride a également reçu l’ordre d’interdire toutes les sections du SJP dans ses écoles, et d’importants donateurs et hommes politiques ont exercé une pression supplémentaire sur les écoles pour qu’elles prennent des mesures plus déterminées contre les activités anti-israéliennes.

Le groupe Coalition Against Apartheid avait organisé un « die-in » dans l’entrée principale du MIT pour protester contre les agissements d’Israël à Gaza ; des contre-manifestants pro-israéliens s’étaient également réunis. Les administrateurs avaient prévenu les étudiants qu’ils ne pouvaient pas utiliser l’entrée ni perturber la recherche dans le cadre de leur protestation. De nombreux étudiants sont partis après que l’école leur a dit qu’ils pourraient être « soumis à une suspension », mais certains ne sont pas partis, a écrit Kornbluth.

L’école interdit aux étudiants d’assister à des « activités non académiques sur le campus » mais a maintenu leur inscription à l’école. Les administrateurs se sont abstenus de suspendre purement et simplement les étudiants en raison de « préoccupations sérieuses concernant les conséquences collatérales pour les étudiants, telles que les problèmes de visa », a écrit Kornbluth.

Le président a ajouté que l’enquête du MIT sur la manifestation, y compris sur les actions individuelles des manifestants et des contre-manifestants, se poursuivrait. Kornbluth a indiqué que les membres d’une contre-manifestation pourraient également avoir enfreint les politiques du MIT et n’a pas précisé le point de vue des étudiants suspendus. Des photos de la manifestation prises par le journal étudiant, The Tech, montrent des étudiants installant des stands dans le bâtiment avec des drapeaux israéliens et palestiniens.

Le directeur du centre Hillel du MIT n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de la Jewish Telegraphic Agency.

Dans une lettre ouverte partagée sur le réseau social X, anciennement connu sous le nom de Twitter, par le professeur israélien du MIT Retsef Levi, un groupe se faisant appeler l’Alliance israélienne du MIT a critiqué l’administration pour ne pas avoir carrément suspendu les étudiants incriminés. Le groupe a affirmé que des étudiants juifs et israéliens avaient été physiquement empêchés d’assister à des cours et que des membres du groupe pro-palestinien avaient harcelé le personnel juif du MIT dans leurs bureaux.

« Ils ont montré que les actions contre les juifs au MIT n’ont pas de conséquences », indique la lettre.

Le 7 octobre, plus de 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont fait irruption à la frontière avec Gaza et se sont déchaînés de manière meurtrière dans le sud d’Israël, envahissant les communautés et massacrant ceux qu’ils trouvaient. Les attaquants ont tué quelque 1 200 personnes, pour la plupart des civils, hommes, femmes et enfants. Au moins 240 personnes de tous âges – y compris des bébés et des enfants en bas âge – ont été enlevées et ramenées en captivité à Gaza. L’assaut a eu lieu sous un barrage de milliers de roquettes tirées sur Israël.

Israël a juré d’éliminer le Hamas et de le chasser du pouvoir à Gaza, où le groupe constitue le régime de facto depuis 2007. Il affirme frapper les infrastructures terroristes tout en s’efforçant de minimiser les pertes civiles.

Le ministère de la santé de Gaza, dirigé par le Hamas, affirme que plus de 11 000 personnes ont été tuées depuis le début de la guerre. Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et ne font pas de distinction entre les civils et les agents du Hamas, ni entre les personnes tuées par les frappes aériennes israéliennes et celles tuées par des tirs de roquettes palestiniennes ratés.

Israël accuse le Hamas d’utiliser des civils comme boucliers humains, une accusation soutenue par les États-Unis et l’Union européenne.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.