Rechercher

Le nouvel album de Roger Waters inclut une chanson inspirée d’un poète palestinien

La chanson de l’ancienne star des Pink Floyd et militant anti-Israël se trouve sur son premier album et s'inspire d'un poème de Mahmoud Darwish

Roger Waters (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)
Roger Waters (Crédit : Lior Mizrahi/Flash90)

Roger Waters, ancien leader du groupe Pink Floyd, connu pour sa virulente position anti-Israël, sortira son premier album rock depuis un quart de siècle en juin, a annoncé sa maison de disque jeudi.

« Is This the Life We Really Want? » (Est-ce vraiment la vie dont nous voulons ?) propose 12 nouvelles chansons de l’interprète compositeur très politique, y compris une chanson basée sur un poème écrit par le poète palestinien Mahmoud Darwish.

Columbia Records a déclaré que l’album constituait un « commentaire franc sur le monde moderne et sur une période incertaine, et une « suite naturelle » aux albums « Animals » et « The Wall » de Pink Floyd.

Waters a déclaré au Magazine Rolling Stone que la chanson « Wait for her » (Attends-la) était inspirée d’une traduction anglaise de « Leçon du Kama Sutra (Attends-la) » par Darwish.

La star anglaise va partir pour une tournée en Amérique du Nord intitulée « Us + Them » (Nous + Eux) à la fin du mois de mai avant de prendre la direction de l’Asie et de l’Europe l’année prochaine.

Waters est devenu le leader du groupe progressif et psychédélique Pink Floyd après que le guitariste et chanteur Syd Barrett a quitté le groupe en 1968. Il est resté à la tête du groupe jusqu’à son départ en 1985. Son talent musical se retrouvait au cœur des albums légendaires de Pink Floyd, « The Wall » et « The Dark Side of the Moon ».

Mahmoud Darwish, poète nationaliste palestinien, à l'université de Bethléem. (Crédit : Amer Shomali/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)
Mahmoud Darwish, poète nationaliste palestinien, à l’université de Bethléem. (Crédit : Amer Shomali/CC BY-SA 3.0/WikiCommons)

Darwish, qui est mort en 2008, est considéré comme un symbole national palestinien et il était membre de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP). Né dans un village qui est ensuite devenu une partie du nord d’Israël, il a vécu au Liban, en France et en Jordanie. Il a passé les dernières années de sa vie en Cisjordanie, à Ramallah.

Le poète critiquait aussi bien Israël que le groupe terroriste du Hamas, qui contrôle actuellement Gaza.

Le poème d’amour qui a inspiré Waters commence avec les mots suivants : « Attends-la avec une tasse azurée. Attends-la dans une soirée de printemps, parmi les roses parfumées ». Il finit avec les mots : « Il n’y a personne de vivant à part vous deux. Alors emporte-la doucement vers la mort que vous désirez, et attendez ».

Waters a été largement critiqué pour ses activités anti-Israéliennes et a été accusé de reprendre des symboles anti-sémites, même s’il a nié les faits.

Lors d’un concert de 2013 à bruxelles, Waters a joué sur scène avec un grand ballon en forme de cochon avec une Etoile de David inscrite dessus, entre autres symboles.

Le Centre Simon Wiesenthal a qualifié Waters de « personne détestant ouvertement les Juifs ». Et le chef de la Ligue anti-diffamation d’alors, Abraham Foxman, dans une lettre ouverte à Waters datée de l’époque, a déclaré que ses « vues sur Israël sont imprégnées d’un sentiment anti-juif agressif et dangereux ».

L’activisme anti-Israël de Waters a coûté à la rock star britannique des millions de dollars et le soutien d’American Express, précisait le New York Post en octobre.

Récemment, il a également fortement critiqué le président américain Donald Trump et a enchanté le public de Mexico l’année dernière avec une interprétation de la chanson de 1977 de Pink Floyd Pigs (Cochons) où il a montré des images truquées de Trump portant un fusil automatique devant la Maison Blanche et faisant un salut nazi.

Il a ensuite rapproché la montée du milliardaire avec celle d’Adolf Hitler.

Le jour de l’inauguration de Trump en janvier, Waters, âgé de 73 ans, a déclaré sur Facebook que « la résistance commence aujourd’hui ».

Columbia a déclaré que l’album produit par Nigel Godrich, qui a auparavant travaillé avec Radiohead, Beck et U2, sortira le 2 juin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...