Le discours de Netanyahu pour lancer sa campagne sera diffusé en différé
Rechercher

Le discours de Netanyahu pour lancer sa campagne sera diffusé en différé

Le parti travailliste avait invoqué la législation électorale qui interdit aux factions de passer à la télévision dès 60 jours avant les élections, sauf lors des créneaux alloués

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait une déclaration télévisée après une réunion de son parti au pouvoir, le Likud, à Ramat Gan, le 21 février 2019. (Menahem Kahana/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu fait une déclaration télévisée après une réunion de son parti au pouvoir, le Likud, à Ramat Gan, le 21 février 2019. (Menahem Kahana/AFP)

La commission centrale électorale a statué que le discours du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour lancer la campagne électorale du Likud et prévu à 20 heures, ne peut être retransmis en direct sur les chaînes de télévision israéliennes.

Le président de la commission, le juge Hanan Melcer de la Cour suprême, a déclaré que le discours ne pouvait être diffusé qu’en différé, avec au moins dix minutes d’intervalle.

En réponse à la décision, Netanyahu a écrit sur Twitter : « Chaque soir, les chaînes de propagande de gauche donnent une tribune complète au parti de gauche [Kakhol lavan] de [Yair] Lapid et de [Benny] Gantz. Ce n’est que dans le cas du Likud qu’il s’agit d’une ‘propagande électorale’ ».

Le Premier ministre a encouragé les Israéliens à regarder le discours « sans délai et sans censure » via sa page Facebook.

Le parti travailliste avait déposé plus tôt dans la journée une requête auprès de la commission centrale
électorale contre la diffusion d’une discours en direct à la télévision du Premier ministre Benjamin Netanyahu à l’occasion du lancement de la campagne électorale du Likud, prévue à 20h ce soir.

Le parti travailliste avait déclaré que les principaux réseaux d’informations – les Douzième, Treizième chaînes et Kan – devraient être interdits de diffuser des discours en direct lors du journal télévision du soir, parce que cela équivaut à de la propagande, au nom des législations électorales qui interdisent de passer à la télévision dès 60 jours avant les élections, à l’exception des créneaux alloués.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...