Rechercher

Le Passeport vert fait son retour pour les évènements et le divertissement

L'accès aux sites accueillant plus de 100 personnes est limité aux personnes vaccinées, guéries ou présentant un test négatif ; les enfants de moins de 12 ans sont exemptés

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

La foule applaudit lors d'un concert à Raanana, le 12 juin 2021. (Crédit : Yahav Gamliel/Flash90)
La foule applaudit lors d'un concert à Raanana, le 12 juin 2021. (Crédit : Yahav Gamliel/Flash90)

Le Passeport vert a fait son grand retour en Israël mercredi à minuit. Les restrictions s’appliquent à tous les événements ou lieux où plus de 100 personnes sont réunies, que ce soit en intérieur ou en extérieur.

Les restrictions, approuvées par le cabinet la semaine dernière, ont été réintroduites alors que le pays enregistre une recrudescence des infections au COVID-19 qui sont passées de quelques dizaines de nouveaux cas par jour à plus de 2 000.

Cette mesure est impopulaire auprès des entreprises telles que les restaurants, qui affirment qu’ils auront du mal à faire respecter les règles et craignent que cela ne fasse fuir les clients.

Les restrictions initiales du Passeport vert ont été levées par le gouvernement précédent le 1er juin, alors que les infections diminuaient.

Selon le nouveau plan, l’accès aux événements réunissant plus de 100 personnes – à l’intérieur comme à l’extérieur – ne sera autorisé qu’aux personnes vaccinées, guéries ou présentant un test COVID négatif.

Les enfants de moins de 12 ans sont exemptés du dispositif. Toutefois, lors de certains événements, notamment les mariages, les enfants de moins de 12 ans devront présenter un test viral de dépistage négatif.

Le programme national de vaccination contre la COVID-19, qui a jusqu’à présent inoculé plus de 55 % de la population, n’est accessible qu’aux personnes âgées de 12 ans et plus.

Les masques doivent être portés en intérieur, sauf lorsque l’on mange, boit ou pratique une autre activité qui ne peut être effectuée en portant un masque.

Les règles s’appliquent aux bars, cafés, gymnases, salles de spectacles, studios, hôtels, attractions touristiques, lieux de culte, restaurants, événements sportifs et conférences.

Les magasins, les centres commerciaux, les piscines, les musées, les bibliothèques, les parcs nationaux et les réserves naturelles ne sont pas concernés par les restrictions liées au Passeport vert.

Photo d’illustration : Une femme montre son Passeport vert à son arrivée au théâtre Khan de Jérusalem, le 23 février 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les entreprises qui n’appliquent pas les règles, notamment en affichant un panneau indiquant que le lieu fonctionne conformément au Passeport vert et en désignant un membre du personnel pour s’assurer que les ordres sont respectés, encourent une amende de 10 000 shekels.

Jusqu’au 8 août, les tests PCR peuvent être effectués gratuitement dans des sites désignés dans tout le pays et doivent être réalisés au maximum 72 heures avant l’événement. Après cette date, seuls les tests de dépistage rapide seront disponibles dans des postes spéciaux répartis dans tout le pays, et le public devra payer pour chaque test. Les tests devront être effectués dans les 24 heures suivant l’événement.

Des centres de dépistage rapide seront disponibles sur les sites des services d’ambulance du Magen David Adom, dans les cliniques médicales de Terem et de Bikurofe, et plus tard également dans les stations-service Sonol ainsi que dans d’autres endroits.

Les kits d’auto-dépistage, dont la vente est prévue en pharmacie, ne seront pas valables pour accéder aux sites dans le cadre du système du Passeport vert.

Un technicien prélève des échantillons d’écouvillons nasaux pour le COVID-19 au laboratoire coronavirus, à l’aéroport international Ben-Gourion, le 28 février 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Tomer Mor, PDG de l’association à but non lucratif Misadanim Restaurant Association, a déclaré mercredi à la chaîne publique Kan que les entreprises s’opposent à l’obligation d’effectuer des tests de dépistage du virus pour les clients non vaccinés, car « cela empêchera tout simplement les gens de venir ».

Meni Elbaz, propriétaire du Sky Gym à Jérusalem, a déclaré que la réintégration du système du Passeport vert aura un impact sur l’adhésion des personnes non vaccinées qui n’ont pas de passe.

« Maintenant, nous devons leur expliquer que nous devons geler leur adhésion, ou que nous ne pouvons pas les autoriser à entrer », a-t-il déclaré à Kan.

Mercredi, Matti Caspi, l’un des musiciens les plus connus d’Israël, a déclaré qu’il annulait une série de concerts en raison du retour du dispositif du Passeport vert.

« J’ai déjà déclaré par le passé que je ne me produirai pas s’il y a des restrictions qui ne permettront pas à certains de mes fans de venir à mon spectacle », a écrit Caspi. « Je ne coopérerai pas avec la dictature ou le fascisme ».

Les chiffres du ministère de la Santé publiés jeudi ont montré qu’il y avait 2 165 nouveaux cas de COVID-19 diagnostiqués la veille, le troisième jour consécutif où le nombre était supérieur à 2 000, un nombre de cas quotidien qui n’a pas été enregistré depuis mars.

Le personnel médical de l’hôpital Ziv à Safed, le 4 février 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Sur les 15 292 patients atteints du virus actif, 159 sont dans un état grave, ce qui représente une augmentation de huit cas depuis minuit.

Depuis le début de la pandémie, 868 045 personnes ont été diagnostiquées avec le COVID-19 en Israël.

Un décès a été signalé cette nuit, portant le nombre de décès depuis le début de la pandémie à 6 463.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...