Rechercher

Le plan visant à construire 6 marinas rejetés, une seul retenue à Nahariya

Les opposants ont averti que les nouvelles marinas limiteraient l'accès aux plages bondées, causeraient des dommages environnementaux et ne profiteraient qu'à quelques personnes

Des bateaux amarrés à la marina d'Ashkelon, sur la côte sud de la Méditerranée, le 18 août 2019. (Crédit 
: Gershon Elinson/Flash90)
Des bateaux amarrés à la marina d'Ashkelon, sur la côte sud de la Méditerranée, le 18 août 2019. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Les planificateurs ont décidé mardi de rejeter une proposition visant à construire six nouvelles marinas le long de la côte méditerranéenne d’Israël et de recommander au Conseil national de la planification et de la construction de n’en créer qu’une seule, à Nahariya, dans le nord.

La sous-commission des politiques de planification, qui a entendu plus de cinq heures de présentations pour et contre la proposition, recommandera également au Conseil national de la planification et de la construction d’agrandir et de rendre plus efficaces huit sites d’amarrage existants.

Ceux-ci s’étendent d’Akko au nord à Ashkelon au sud.

Deux des dix membres de la sous-commission ont voté contre la décision – ceux représentant le ministère des Transports et la municipalité de Tel Aviv-Jaffa. Ils voulaient au moins quatre nouvelles marinas.

La décision a été prise après une large opposition au plan initial de la part du ministère de l’Environnement et des groupes verts.

La Société pour la protection de la nature en Israël (SPNI) a déclaré après la décision que ce serait une « réalisation publique majeure » si le Conseil national de la planification et de la construction acceptait la recommandation du sous-comité. Elle a ajouté qu’elle chercherait à faire annuler également le plan de Nahariya.

« Les besoins futurs en matière d’amarrage peuvent être satisfaits et même doublés simplement en agrandissant les marinas existantes et en les rendant plus efficaces », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

Ashdod Marina (Crédit : Amos Maron/WikiAir Israel)

Le ministère de la Protection de l’environnement, l’Autorité israélienne de la nature et des parcs et les organisations vertes se sont opposés au plan de six marinas, avancé par l’Autorité portuaire israélienne au sein du ministère des transports sur la base de chiffres indiquant que les places d’amarrage seront épuisées d’ici trois ans.

« L’espace maritime et les plages d’Israël sont une ressource limitée utilisée par le grand public », a déclaré le ministère de l’Environnement dans un communiqué publié lundi avant la réunion.

« Nous ne devons pas l’exproprier pour les besoins d’une minorité de propriétaires de yachts, et promouvoir des programmes qui rongent des zones côtières précieuses en faveur de la construction de marinas. Le coût environnemental, social et économique est trop élevé », indique le rapport.

Le ministère de la Protection de l’environnement a calculé que 1 800 places d’amarrage supplémentaires pourraient être fournies en modernisant, rationalisant et agrandissant les marinas existantes.

Une étude portant sur 17 marinas dans le monde, réalisée pour le ministère, a révélé que, contrairement aux aspirations de nombreux maires israéliens, les marinas n’apportent ni prestige ni avantages économiques, mais coûtent au contraire au public des dizaines de millions de dollars en dépenses indirectes que les autorités de planification n’ont pas prises en compte.

Des falaises en cours d’effondrement à Ashkelon, dans le sud d’Israël (Autorisation : Compagnie gouvernementale de préservation des falaises côtières de méditerranée)

L’étude a révélé que les marinas perturbent l’écoulement naturel du sable, ce qui a pour effet d’amincir les plages et de priver les falaises du sable qui les maintient en place. Il faut généralement apporter du sable supplémentaire. En outre, les marinas nécessitent généralement l’installation et l’entretien de brise-lames.

Contredisant les affirmations selon lesquelles davantage de marinas seraient bénéfiques pour le tourisme, l’étude a également révélé qu’en 2015 – l’année la plus récente pour laquelle des données existent – les touristes en yacht en Israël ne représentaient que 3,5 % de tous les touristes arrivant par la mer, la plupart étant des couples d’âge moyen en visite entre septembre et novembre en provenance d’Allemagne et du Royaume-Uni.

Une présentation, préparée par le SPNI pour la réunion de mardi, a montré que les plages d’Israël sont déjà les quatorzièmes plus fréquentées de tous les pays côtiers comptant au moins un million de citoyens, avec une moyenne de 44 000 personnes se pressant sur chaque kilomètre carré de sable.

Un jeune couple sur un plage d’Herzliya, le 5 août 2006. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

La croissance démographique devrait faire passer le nombre de visites de plages pendant la saison balnéaire d’environ 209 millions cette année à 318 millions d’ici 2040, a calculé l’organisation.

Le SPNI a averti que les marinas polluent l’eau avec des carburants, des huiles et des solvants nocifs, empêchent le remplacement naturel de l’eau qui arrive sur la plage avec les marées, entravent le mouvement du sable, menacent la stabilité des falaises et nuisent aux créatures marines et aux systèmes écologiques marins.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...