Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Le procureur de l’État cite des preuves dans la mort d’un terroriste palestinien capturé vivant le 7 octobre

Les autorités affirment que la police dispose d'une vidéo montrant des suspects surnommés "S et R" perpétrant des "actes de violence graves commis contre des terroristes en dehors des combats"

Un des milliers de terroristes armés du Hamas venus de Gaza pour massacrer des centaines de personnes marche aux environs du festival de musique Supernova, près du kibboutz Reïm dans le désert du Neguev, dans le sud d'Israël, le 7 octobre. (Crédit : South First Responders/AFP)
Un des milliers de terroristes armés du Hamas venus de Gaza pour massacrer des centaines de personnes marche aux environs du festival de musique Supernova, près du kibboutz Reïm dans le désert du Neguev, dans le sud d'Israël, le 7 octobre. (Crédit : South First Responders/AFP)

Le bureau du procureur de l’État a publié dimanche des clarifications exceptionnelles sur une enquête de police dans une affaire très inhabituelle impliquant le meurtre présumé d’un terroriste palestinien par un citoyen qui aurait attrapé l’individu vivant après qu’il a participé à l’invasion d’Israël par le Hamas le 7 octobre.

Si les suspects dans ce genre d’affaire ne sont normalement pas nommés, deux des trois personnes impliquées, Sahar Ofir et Yisrael Biton, se sont exprimées dans les médias israéliens ces derniers jours, niant avoir tué un terroriste qui avait été capturé vivant. Le bureau du procureur de l’État a surnommé Ofir et Biton « S et R » dans sa déclaration.

Le bureau a déclaré qu’il avait publié cette déclaration afin de corriger des informations erronées concernant l’affaire qui, selon lui, ont conduit à une « sévère incitation à la violence » contre le personnel du bureau du procureur de l’État et de la police.

Selon le bureau, après qu’Ofir et Biton ont été interrogés au sujet d’armes à feu volées, une vidéo a été diffusée montrant ce dernier en train de passer à tabac un Palestinien dans son véhicule. Des tests médico-légaux ont permis de déterminer que l’homme avait été tué, bien que son corps n’ait pas été retrouvé.

En outre, « on a trouvé des déclarations écrites de [Ofir] envoyées en temps réel, dans lesquelles il aurait avoué avoir tué plusieurs terroristes que lui et d’autres avaient capturés vivants, ainsi que des actes de violence graves commis à l’encontre de terroristes en dehors des combats ».

Le tribunal de première instance de Tel Aviv a approuvé les mandats de perquisition et d’arrêt contre Biton et d’autres personnes parce qu’il y avait « une suspicion raisonnable que le crime de meurtre avait été commis ».

Sahar Ofir, soupçonnée d’être impliquée dans le meurtre d’un terroriste palestinien qui a été capturé vivant après avoir participé à l’invasion d’Israël par le Hamas le 7 octobre, parle à la Douzième chaine, le 6 juillet 2024. (Capture d’écran, utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Biton a été inculpé pour avoir volé des armes à un officier de police des forces spéciales qui a été tué lors du massacre du 7 octobre et a été placé en détention jusqu’à la fin de la procédure judiciaire engagée à son encontre.

L’enquête de police sur les allégations de meurtre à son encontre est en cours, et le bureau du procureur de l’État « guide » le processus, ajoute le communiqué.

En outre, Ofir a été interrogé sous caution après qu’une arme de poing illégale ainsi que des pièces de fusils M-16 ont été trouvées à son domicile lors d’une perquisition, selon le communiqué, qui ajoute qu’il n’est plus soupçonné de meurtre.

Selon les médias, les trois suspects s’étaient rendus dans les communautés frontalières de Gaza pour participer aux combats qui s’y déroulaient le 7 octobre, lorsque quelque 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont fait irruption en Israël par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant quelque
1 200 personnes et prenant 251 otages, pour la plupart des civils, souvent au prix d’actes de brutalité et d’agressions sexuelles.

La police a déclaré jeudi qu’Ofir et Biton avaient été libérés dans des « conditions restrictives », tandis que le troisième suspect était détenu jusqu’à la fin de la procédure judiciaire pour des infractions liées à des armes.

« Je me sens trahi par l’État dans tous les sens du terme »

Ofir, 22 ans, le premier des suspects à s’exprimer dans cette affaire, a déclaré samedi à la Douzième chaîne qu’il avait l’impression d’avoir été transformé en criminel « par la force ».

« Je me sens trahi par l’État dans tous les sens du terme », a-t-il déclaré.

Combattant récemment démobilisé, Ofir a déclaré qu’il avait volontairement quitté son domicile le 7 octobre avec un ami policier pour aider les forces de sécurité à lutter contre les terroristes qui avaient franchi la frontière depuis Gaza.

Il a raconté avoir pris des armes sur les cadavres des terroristes qu’il avait trouvés et les avoir utilisées pour participer à la bataille ce jour-là, et avoir reçu des munitions de la part de policiers.

Un membre des forces de sécurité israéliennes passe devant un véhicule avec une arme montée laissée par des terroristes palestiniens dans la ville méridionale de Sderot, le 7 octobre 2023. (Crédit : Oren ZIV / AFP)

Il a affirmé qu’il n’y avait « aucune situation » dans laquelle il avait tué un terroriste qui s’était rendu, et a déclaré qu’à un moment donné, il avait même conduit deux hommes armés qui avaient déposé les armes au centre de commandement de la police à Sderot.

Dimanche, Biton, volontaire du service de secours United Hatzalah, a affirmé dans une interview avec la Douzième chaîne qu’il n’avait pas tué le terroriste qu’il avait sous sa garde lors des combats du 7 octobre.

Au milieu des combats, Biton a déclaré qu’un policier s’était approché de lui avec un terroriste capturé et blessé. L’officier lui a demandé de conduire le terroriste à la jonction de Gvaram où des agents des services de sécurité du Shin Bet étaient stationnés, a déclaré Biton.

Yisrael Biton, soupçonné d’être impliqué dans le meurtre d’un terroriste palestinien qui a été capturé vivant après avoir participé au massacre commis par le Hamas le 7 octobre, s’adresse à la Douzième chaîne, le 7 juillet 2024. (Capture d’écran, utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

« Je ne sais pas ce qui lui passait par la tête, lui qui voulait manifestement tuer autant de Juifs que possible, mais il a essayé de me donner un coup de pied pendant qu’il conduisait », a déclaré Biton. « J’ai réagi en lui marchant sur le pied très fort. Si j’ai pensé à le tuer, j’avais une arme, j’avais une balle chargée, je suis tout à fait légalement autorisé à lui tirer dessus », a-t-il ajouté, tout en soulignant qu’il n’avait pas tué le terroriste et qu’il l’avait remis aux forces de sécurité à la jonction de Gvaram.

« Chaque habitant de Gaza qui a franchi la frontière le 7 octobre était condamné à mort »

L’affaire a attiré l’attention des législateurs de tout l’échiquier politique et le président du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, a été jusqu’à déclarer dimanche que « chaque habitant de Gaza qui a franchi la frontière [le 7 octobre] était condamné à mort. Ils sont tous en danger clair et immédiat ».

Bien qu’il ait exprimé sa confiance dans les forces de l’ordre, il a ajouté qu’étant donné le « chaos, le choc et les heures de guérilla » qui régnaient le 7 octobre, les autorités doivent « apporter un large soutien et un soutien total à ceux qui se sont battus, qu’il s’agisse de soldats, de policiers ou de civils ».

Des Palestiniens brandissant leur drapeau et célébrant près d’un char israélien détruit à la barrière de sécurité, à la frontière de la Bande de Gaza à l’est de Khan Younis, le 7 octobre 2023. (Crédit : Yousef Masoud/AP Photo)

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a lui appelé le procureur général Amit Aisman à « se souvenir qu’il est le procureur de l’État d’Israël, et non de ses ennemis ».

« Le procureur qui a commencé à enquêter sur moi en me soupçonnant ‘d’incitation à la violence’ contre les habitants de Gaza est également celui qui a ordonné l’enquête insensée contre trois combattants héroïques qui, le 7 octobre, sont allés se battre dans l’enfer de la zone frontalière de Gaza – et qui sont maintenant soupçonnés par Aisman d’avoir ‘assassiné’ un terroriste de la Nukhba », a déclaré le ministre d’extrême-droite.

Mercredi dernier, Aisman aurait demandé à la procureure générale Gali Baharav-Miara l’autorisation d’ouvrir une enquête criminelle sur Ben Gvir pour incitation présumée à la violence contre les habitants de Gaza, dans une tentative apparente de convaincre la Cour internationale de justice qu’Israël tient les fonctionnaires israéliens pour responsables de tels propos.

Ces derniers jours, les manifestants se sont mobilisés en faveur des suspects, qu’ils ont félicités pour leur courage apparent le 7 octobre, selon les médias israéliens.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.