Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Le regard de Giacometti sur l’humanité inaugure un pavillon du Musée d’Art de Tel Aviv

Le musée d’Art de Tel Aviv inaugure l'annexe de 5 millions de dollars nommée en l'honneur d'Eyal Ofer avec une exposition majeure de l'œuvre de l'artiste suisse Alberto Giacometti

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Extrait de l'exposition "Alberto Giacometti : Beginning, Again", au pavillon Eyal Ofer du musée d’Art de Tel Aviv, du 6 mai au 7 octobre 2023. (Crédit : Yanaï Yehiel)
Extrait de l'exposition "Alberto Giacometti : Beginning, Again", au pavillon Eyal Ofer du musée d’Art de Tel Aviv, du 6 mai au 7 octobre 2023. (Crédit : Yanaï Yehiel)

La rétrospective du sculpteur suisse Alberto Giacometti organisée par le musée d’Art de Tel Aviv dans son annexe, le pavillon Eyal Ofer, récemment rénové et rebaptisé, comporte deux volets historiques.

Il y a les 130 œuvres de Giacometti, sculpteur d’origine suisse dont les sculptures, dessins, photographies et croquis emblématiques retracent l’histoire de ses 40 ans de carrière, dont la majeure partie s’est déroulée à Paris, où il créait des œuvres dans un atelier de 23 mètres carrés.

Il y a aussi le pavillon rénové, qui ne porte plus le nom de l’impératrice des cosmétiques Helena Rubinstein, mais qui a été reconfiguré pour devenir un espace d’exposition ouvert et aéré, avec un plan échelonné qui permet aux visiteurs d’apercevoir ce qui est exposé depuis presque n’importe quel angle.

Les œuvres de Giacometti occupent tout le bâtiment, notamment ses sculptures incroyablement minces « Trois hommes qui marchent », « Femme qui marche (I) » et « La cage », ainsi que des pièces datant du début de sa carrière, dans les années 1920, lorsqu’il avait rejoint les surréalistes à Paris et explorait la sculpture sous d’autres angles.

Selon Tania Coen-Uzzielli, directrice du musée d’Art de Tel Aviv, cette exposition inaugurale, la première rétrospective d’Alberto Giacometti en Israël, « est une occasion unique pour le public israélien de découvrir les œuvres les plus connues et les moins connues de l’un des plus grands artistes du XXe siècle ».

Une partie de l’exposition est consacrée aux œuvres de Giacometti des années 1940, avant et après la Seconde Guerre mondiale, y compris certaines de ses minuscules sculptures de huit centimètres, dont certaines pouvaient tenir dans une boîte d’allumettes.

Extrait de l’exposition « Alberto Giacometti : Beginning, Again », au pavillon Eyal Ofer du musée d’Art de Tel Aviv, du 6 mai au 7 octobre 2023. (Crédit : Yanaï Yehiel)

La dernière partie de l’exposition est consacrée aux fines sculptures de Giacometti, ainsi qu’à des photos de son studio parisien de toujours et à ses croquis.

Mais cette exposition inaugurale est aussi l’histoire de ce bâtiment, conçu en 1952 par l’architecte Yaakov Rechter, né à Tel Aviv, dont le père Zeev Rechter est connu pour avoir conçu de nombreux bâtiments emblématiques des débuts d’Israël, notamment le Binyanei Hauma à Jérusalem et le palais de justice de Tel Aviv.

Le pavillon était destiné à devenir le siège permanent du musée d’Art de Tel Aviv, en remplacement de la maison Dizengoff, utilisée à partir de 1932 comme siège du musée, tandis que le maire Meïr Dizengoff vivait dans un petit appartement sur le toit.

Il a été conçu pour faire partie du centre culturel de la ville, connu sous le nom de Heichal HaTarbut, qui comprend le Charles Bronfman (anciennement Mann) Auditorium – siège de l’Orchestre philharmonique d’Israël – conçu par les architectes Rechter père et fils avec Dov Karmi dans le style brutaliste, la deuxième génération de l’architecture de Tel Aviv dans laquelle des bâtiments utilitaires ont été créés pour répondre à des besoins sociaux.

Le pavillon, situé à l’angle des boulevards Tarsat et Dizengoff, a été inauguré en 1959 sous le nom d’Helena Rubinstein, la doyenne juive des cosmétiques qui a financé la construction. Mais il est rapidement apparu que le pavillon n’était pas adapté à la taille du nouveau musée de Tel Aviv.

L’ancien pavillon Helena Rubinstein, annexe du musée d’Art de Tel Aviv, rebaptisé pavillon Eyal Ofer, en mai 2023. (Crédit : Keren Or)

Jusqu’à l’inauguration d’un nouveau bâtiment sur le boulevard Shaul Hamelech en 1971, le pavillon Helena Rubinstein abritait les bureaux, la bibliothèque et les expositions du musée, ainsi que des pièces d’époque miniatures de la collection d’art d’Helena Rubinstein.

En mars 2019, le musée a annoncé que le pavillon serait rénové et rebaptisé en l’honneur d’Eyal Ofer, le fils milliardaire du magnat du transport maritime Sammy Ofer, qui a fait don de 5 millions de dollars pour la rénovation et le nouveau nom.

Ce n’était pas la première fois que les Ofer essayaient d’acheter leur place dans le musée. En 2006, les membres les plus âgés de la famille Ofer ont offert une contribution de 20 millions de dollars au musée, à condition que celui-ci soit rebaptisé « Sammy and Aviva Ofer Tel Aviv Museum » (Musée Sammy et Aviva Ofer de Tel Aviv). Suite à un tollé général, le projet a été abandonné.

La donation et le changement de nom du pavillon Helena Rubinstein ont également été contestés par un groupe d’activistes de Tel Aviv qui ont déposé un recours auprès du tribunal de district de Tel Aviv, mais ils n’ont pas obtenu gain de cause.

« Avec tous ces cris, nous avons perdu 20 millions de dollars à cause de cette absurdité », aurait déclaré à l’époque Ron Huldaï, maire de longue date de Tel Aviv.

Aujourd’hui, l’annexe du musée a rouvert ses portes le 6 mai avec l’exposition Giacometti, dans l’annexe réaménagée par l’architecte Amnon Rechter, de la troisième génération de la famille, avec les architectes Dana Gordon, Roy Gordon et Lidor Bar.

Extrait de l’exposition « Alberto Giacometti : Beginning, Again », au pavillon Eyal Ofer du musée d’Art de Tel Aviv, du 6 mai au 7 octobre 2023. (Crédit : Yanaï Yehiel)

« L’architecture est une œuvre d’intégrité », a déclaré Amnon Rechter. « Il était important d’extraire le bâtiment des valeurs démocratiques qui ont présidé à sa construction et de lui redonner sa vocation, de l’ouvrir à la ville et de le rendre accessible à tous. »

Ce pavillon rénové est différent de son ancienne incarnation.

Chaque niveau de l’espace d’exposition étant visible depuis l’entrée du boulevard Tarsat, on a une vue immédiate sur l’ensemble de l’œuvre de Giacometti, a déclaré le co-commissaire Hugo Daniel, qui représente la Fondation Giacometti à Tel Aviv.

L’exposition commence par l’arrivée de Giacometti à Paris en 1922, en provenance de Borgonovo, en Suisse. Il était l’aîné des quatre enfants de Giovanni Giacometti, un peintre post-impressionniste bien connu, et d’Annetta Giacometti-Stampa.

Il s’est installé à Paris pour étudier avec le sculpteur Antoine Bourdelle, un associé de Rodin, où il a commencé à s’initier au cubisme et au surréalisme et a rejoint les artistes surréalistes, notamment Miró, Max Ernst, Picasso, Bror Hjorth et Balthus.

« Il expérimentait l’avant-garde, ce qu’il voyait au Louvre, les arts égyptiens et les arts non occidentaux », a expliqué Daniel. « Il s’inspirait de tout ce qu’il voyait et définissait sa propre voie, en aplatissant ses bustes avec des rayures sur leurs surfaces métalliques et en sculptant des figures symboliques. »

Alberto Giacometti Modelling, tirage gélatino-argentique, collection du musée d’Art de Tel Aviv, donnation de Virginia et Herbert Lust, Greenwich, Connecticut, par l’intermédiaire des American Friends of the Tel Aviv Museum of Art, en 2004. (Crédit : Herbert Matter)

Son « Disagreeable Object », un objet de forme phallique, était considéré comme novateur, tout comme « Point to the Eye », dans lequel un œil miniature est menacé par un grand objet pointu.

Giacometti exposait déjà ses œuvres dans une galerie new-yorkaise en 1934, mais en 1935, alors qu’il était en désaccord avec ses collègues surréalistes sur son désir de représenter la réalité, ils lui ont demandé de quitter le groupe.

Giacometti a passé les 15 années suivantes à sculpter seul, y compris pendant les années de guerre, où il travaillait dans sa ville natale et dans une petite chambre d’hôtel à Genève.

« C’est une période où il a joué avec le concept de lieu et d’espace, explorant l’idée d’êtres humains rassemblés dans un espace qu’ils partagent, mais pas nécessairement un lieu où ils se rencontrent », a expliqué Daniel, ajoutant que lui et sa co-commissaire, Ronili Lustig Steinmetz, ont tenu compte de cette idée en plaçant les œuvres de Giacometti dans le pavillon rénové et sur les piédestaux blancs utilisés tout au long de l’exposition.

Les co-commissaires de l’exposition « Alberto Giacometti : Beginning, Again », Hugo Daniel et Ronili Lustig Steinmetz, au pavillon Eyal Ofer du musée d’Art de Tel Aviv, du 6 mai au 7 octobre 2023. (Crédit : Yanaï Yehiel)

Les œuvres de Giacometti sont devenues de plus en plus petites – certaines tenant dans des boîtes d’allumettes – puis il est passé à ses minces figurines, avant de se concentrer uniquement sur les têtes sculptées de ses modèles, et plus particulièrement sur leurs yeux et leur regard pointu.

Sa minuscule « Tête du colonel Rol-Tanguy sur double socle », un buste de huit centimètres commandé du héros de guerre français, est un petit monument au colonel qui a posé pour Giacometti.

« Tête du colonel Rol-Tanguy sur un double socle », le buste de 8 cm commandé au héros de guerre français par Alberto Giacometti, exposé au pavillon Eyal Ofer du musée d’Art de Tel Aviv, du 6 mai au 7 octobre 2023. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

« Il parle de la définition même de ce qu’est un héros pour lui », a déclaré Daniel. « C’est un signe d’humilité, le fait qu’un héros puisse être représenté en huit centimètres. »

Daniel a souligné une photographie du village natal de Giacometti, La Stampa, accrochée sur un mur voisin, montrant le village de l’artiste à l’ombre d’arbres et de montagnes imposants, illustrant la question de l’échelle en tant que définition même de l’humanité.

Cette question de l’humanité, Giacometti y a réfléchi pendant la majeure partie de sa carrière, durant les journées passées dans son petit atelier parisien, où il a travaillé jusqu’à sa mort en 1966.

Il répétait ses sculptures encore et encore, afin de retrouver l’instant présent, a expliqué Daniel – pour éprouver le sentiment d’échec, d’incomplétude, de quelque chose qui reste à faire.

« Alberto Giacometti : Beginning, Again », du 6 mai au 7 octobre 2023, au pavillon Eyal Ofer.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.