Rechercher

Le sénateur juif Jon Ossoff privilégie une approche discrète concernant Israël

Après avoir gardé le silence après des rencontres avec Israéliens et Palestiniens, le législateur explique qu'une critique publique précoce empêcherait l'établissement de relations

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le sénateur démocrate  Jon Ossoff, pendant une audience judiciaire au Capitole, à Washington, le 15 septembre 2021. (Crédit : Saul Loeb/Pool via AP)
Le sénateur démocrate Jon Ossoff, pendant une audience judiciaire au Capitole, à Washington, le 15 septembre 2021. (Crédit : Saul Loeb/Pool via AP)

WASHINGTON – Le nouveau sénateur américain Jon Ossoff a été l’un des quatre Démocrates qui se sont rendus en Israël et en Cisjordanie au début du mois pour rencontrer des dirigeants politiques à Jérusalem et à Ramallah.

Mais il a été le seul à ne pas participer à la conférence de presse qui a suivi le voyage, au cours de laquelle les trois autres membres du Sénat ont divulgué des détails sur ce qui avait pu se dire lors de certaines des réunions à huis-clos et qui ont précisé à cette occasion leurs points de désaccord avec les dirigeants israéliens et palestiniens.

Alors que l’absence d’Ossoff aurait pu être mise sur le compte d’un problème de calendrier, une interview ultérieure avec le Times of Israel indique qu’elle était davantage liée à une différence de style qui distingue le sénateur de Géorgie de 34 ans de ses collègues démocrates.

Proche de J Street, Ossoff s’est abstenu d’exprimer toute critique à l’égard des dirigeants israéliens et palestiniens au cours de cet appel téléphonique de 15 minutes. Il a plutôt profité de l’occasion pour exposer sa stratégie visant à maximiser le rôle des États-Unis dans la médiation des conflits, ce qui, selon M. Ossoff, nécessiterait des relations personnelles étroites avec les personnages clés sur le terrain.

M. Ossoff a déclaré qu’il avait profité de ce voyage – sa première mission depuis son entrée en fonction il y a huit mois – pour commencer à établir ces relations. Quels que soient les désaccords que le législateur démocrate peut avoir avec les dirigeants israéliens et palestiniens, il a pris soin de ne pas les exprimer publiquement, dans un effort apparent pour éviter d’en froisser certains dès le départ.

Sa réticence peut également être liée à la réalité politique complexe de la Géorgie, où Ossoff et son collègue démocrate Raphael Warnock ont réussi à battre de justesse les candidats républicains dans des élections où les candidats ont jugé nécessaire d’afficher leur bonne foi pro-israélienne afin de gagner le soutien des principaux blocs de vote de l’État.

De gauche à droite : Le sénateur américain Jon Ossoff, le sénateur Chris Van Hollen, le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, le sénateur Chris Murphy et le sénateur Richard Blumenthal se rencontrent à la Knesset, le 3 septembre 2021. (Crédit : Sénateur Chris Murphy)

Le jeune sénateur, qui a été comparé à l’ancien président américain Barak Obama, a décrit la période actuelle avec les nouvelles administrations à Jérusalem et à Washington comme une « nouvelle opportunité de tracer un chemin vers une résolution pacifique du conflit entre Israéliens et Palestiniens ».

Étant le premier sénateur juif élu dans un État du Sud depuis les années 1880 – et ayant des parents orthodoxes qui ont déménagé en Israël il y a environ dix ans –, M. Ossoff a déclaré qu’il était important pour lui de jouer un « rôle constructif » pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

Ossoff, ainsi que les sénateurs Chris Murphy, Richard Blumenthal et Chris Van Hollen, ont rencontré le Premier ministre Naftali Bennett, le président Isaac Herzog et le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid en Israël, ainsi que le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh en Cisjordanie.

« Je pense qu’il y a un réel espace pour une nouvelle voie vers la résolution du conflit et vers le résultat que, je crois, les Israéliens ordinaires, les Palestiniens ordinaires et les Américains ordinaires recherchent, à savoir un avenir où tous les peuples de la région vivent en paix, vivent dans la prospérité et ont des droits égaux », a déclaré Ossoff.

« La marche sur ce chemin commence vraiment par l’établissement de relations, par l’écoute et par l’instauration d’une confiance nécessaire pour travailler ensemble sur le long terme afin de parvenir à un résultat qui a échappé aux générations de dirigeants israéliens et palestiniens ainsi qu’à de nombreuses administrations et congrès américains », a-t-il expliqué.

Interrogé sur ce qui le rendait spécifiquement optimiste, M. Ossoff est resté vague.

« Cela se résume à ce que veulent les gens ordinaires en Israël et dans les Territoires palestiniens. Les mêmes choses que les gens ordinaires veulent partout, à savoir la paix, la liberté, la prospérité et la sécurité », a-t-il déclaré.

Bien qu’il n’ait pas divulgué de détails, M. Ossoff a déclaré que ses « conversations constructives » avec Bennett et Shtayyeh lui avaient donné le sentiment que les deux gouvernements sont sérieux dans leur volonté de faire la paix.

Pendant ce temps, Israël poursuit ses plans d’expansion dans les implantations de Cisjordanie sur des terres que les Palestiniens espèrent voir faire partie de leur futur État.

Pressé sur la question, M. Ossoff a réitéré les conversations « constructives » qu’il a eues avec les dirigeants israéliens, tout en ajoutant que « l’objectif de cette première visite était d’écouter, d’apprendre et d’établir la confiance ».

Les réponses du législateur américain étaient imprégnées de rhétorique idéaliste, mais il a insisté sur le fait que son approche est « fondée sur une croyance sincère dans le réalisme de parvenir à une issue pacifique ».

« C’est pourquoi je me suis engagé au printemps dernier lorsque les hostilités ont éclaté, en menant l’effort du Sénat pour accélérer un cessez-le-feu », a déclaré Ossoff, faisant référence à la déclaration signée par 28 autres Démocrates qu’il a publiée au milieu des combats entre Israël et les groupes terroristes de Gaza en mai.

Le sénateur américain Jon Ossoff arrive pour un vote au Sénat, au Capitole à Washington, le 10 août 2021. (Crédit : AP Photo/Andrew Harnik)

« J’ai l’intention de rester profondément engagé dans la construction de ces relations et de continuer à travailler pour aider les dirigeants israéliens et palestiniens à venir à la table pour trouver une issue pacifique et la réaliser », a-t-il déclaré.

S’adressant à la dernière conférence de J Street en mai, Ossoff a déclaré qu’il cherchait « à identifier une véritable voie à suivre, à aller au-delà de la rhétorique trop souvent vide et à déterminer comment nous pouvons réellement progresser pour apporter la paix aux personnes vivant au Moyen-Orient ».

Le degré de capacité du jeune sénateur à traduire ces nouvelles relations en améliorations sur le terrain déterminera si son approche plus réservée est une approche que d’autres Démocrates voudront considérer à l’avenir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...