Le titre du HuffPost sur le départ de Bannon déclenche un déluge de réactions négatives sur Twitter
Rechercher

Le titre du HuffPost sur le départ de Bannon déclenche un déluge de réactions négatives sur Twitter

"Goy, Bye", se voulait être une référence au yiddish et à Beyoncé, mais a été jugé "insultant" et de "mauvais goût"

Capture d'écran du tweet de la rédactrice en chef du huffPost, Lydia Polgreen, le 18 août 2017. (Crédit : capture d'écran Twitter via JTA)
Capture d'écran du tweet de la rédactrice en chef du huffPost, Lydia Polgreen, le 18 août 2017. (Crédit : capture d'écran Twitter via JTA)

JTA – Le site du HuffPost a fait un choix discutable pour le titre de son article sur le départ du chef de la stratégie de la Maison Blanche, Stephen Bannon.

« Goy, bye », pouvait-on lire sur la page d’accueil du site d’informations. Cet inhabituel choix terminologique était une association entre le terme yiddish pour signifier « non-juif » et une chanson de Beyonce, « Lemonade », dans laquelle la chanteuse renvoie un amant au son de « boy, bye ».

Cette association a déplu à plusieurs juifs éminents qui s’en sont pris à la rédactrice en chef du HuffPost, Lydia Polgreen sur Twitter.

Le directeur de l’ADL, Jonathan Greenblatt, a qualifié ce titre de « au mieux, de mauvais goût, au pire d’insultant », tandis que Julia Ioffe, une journaliste pour The Atlantic, a écrit à l’intention de Polgreen qu’elle aurait mieux aimé qu’elle « ne valide pas ce titre ».

John Podhoretz, rédacteur en chef de Commentary, a qualifié ce titre de « sot, stupide et insultant », et Michael Wilner, directeur du bureau de Washington du Jerusalem Post s’est demandé « À quoi pensait le HuffPost ? »

Dans une série de tweets, Polgreen a expliqué que le titre « était une référence au yiddish et à Beyoncé. Toute autre interprétation n’était pas intentionnelle ».

Le titre, qui a été changé pour « White Flight » (terme qui désigne la migration des personnes d’origine européenne hors des zones urbaines qui ont vu un taux d’immigration de populations nées ailleurs augmenter significativement), a été jugé de mauvais goût parce qu’il alimentait la théorie du complot selon laquelle les Juifs contrôlent le monde. La semaine dernière, des suprématistes blancs et des néo-nazis s’étaient rassemblés à Charlottesville en Virginie, scandant des slogans racistes et antisémites, notamment « les Juifs ne nous remplaceront pas ».

Bannon est l’ancien directeur exécutif du site Breitbart News, généralement associé au mouvement de la droite alternative. Ses sympathisants appartiennent généralement à des courants nationalistes blancs, au sentiment anti-immigration, antisémite et qui méprisent le « politiquement correct ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...