Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

Le transporteur français CMA-CGM suspend de nouveau le transit par la mer Rouge

De nombreux bateaux ayant été visés par des attaques des Houthis, le transporteur maritime français annonce, pour la 2e fois, suspendre le transit de ses navires

Le "CMA CGM Palais Royal", le plus grand porte-conteneurs au monde propulsé au gaz naturel, naviguant dans la baie de Marseille, dans le sud de la France, le 14 décembre 2023. (Crédit : Christophe Simon/AFP)
Le "CMA CGM Palais Royal", le plus grand porte-conteneurs au monde propulsé au gaz naturel, naviguant dans la baie de Marseille, dans le sud de la France, le 14 décembre 2023. (Crédit : Christophe Simon/AFP)

Le transporteur maritime français CMA-CGM a décidé vendredi de suspendre jusqu’à nouvel ordre le transit de ses navires par la mer Rouge, où de nombreux bateaux ont été visés par des attaques des terroristes houthis, a appris l’AFP de source proche du dossier.

La « décision a été prise ce [vendredi] matin » et sera maintenue « jusqu’à nouvel ordre », pour « ne pas prendre de risque », a indiqué cette source, qui précise que le suivi se fait « d’heure en heure ».

Dans le contexte de la guerre à Gaza, les Houthis proches de l’Iran, qui contrôlent une grande partie du Yémen, ont multiplié depuis novembre les attaques contre des navires qu’ils estiment être liés à Israël.

Comme d’autres armateurs, CMA CGM avait interrompu le transit par la mer Rouge le 16 décembre, avant de le reprendre le 27 décembre. Mais contrairement à d’autres, la compagnie a continué tout le mois de janvier malgré plusieurs attaques dans la zone.

Jeudi l’armée américaine a abattu un drone au large du Yémen et détruit un drone de surface naval sans équipage chargé d’explosifs en mer Rouge. Le Commandement central des États-Unis (CENTCOM) a par ailleurs annoncé que les Houthis avaient lancé deux missiles visant potentiellement un cargo, sans le toucher.

Selon le FMI, le transport maritime de conteneurs par la mer Rouge a chuté de près de 30 % sur un an. Avant le conflit, entre 12 et 15 % du trafic mondial transitait par cet axe, selon l’UE.

Désormais, une large partie du trafic maritime entre l’Asie du sud et l’Europe évite le canal de Suez et contourne l’Afrique par le cap de Bonne-Espérance, ce qui rallonge d’environ deux semaines le trajet.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.