Rechercher

Le tribunal de Haïfa libère la mère du bébé trouvé enfermé dans une cage

Le juge a déclaré que les enfants peuvent être remis à la garde de leur mère ; des sources du ministère public ont indiqué qu'il est peu probable qu'elle soit poursuivie

Un bébé d'un an enfermé dans une cage métallique, trouvé par la police lors d'une opération de recherche de drogue dans un immeuble d'habitation à Haïfa, le 15 janvier 2023. (Crédit : Police israélienne)
Un bébé d'un an enfermé dans une cage métallique, trouvé par la police lors d'une opération de recherche de drogue dans un immeuble d'habitation à Haïfa, le 15 janvier 2023. (Crédit : Police israélienne)

Le tribunal de première instance de Haïfa a ordonné vendredi la libération d’une femme qui avait été placée en détention après que la police a découvert son bébé d’un an enfermé dans une cage métallique lors d’une perquisition dans un immeuble résidentiel de la ville du nord du pays.

Cette mesure a été prise avec l’accord de la police. La femme avait été arrêtée dimanche et soupçonnée de séquestration, négligence et d’abus d’un mineur sans défense.

Elle a été libérée sans aucune condition et rien ne s’oppose à ce que ses enfants lui soient remis, a déclaré le tribunal.

Les charges n’ont pas encore été établies, mais il est peu probable que le ministère public engage des poursuites contre elle, ont déclaré des sources à la chaine publique israélienne Kan.

Tout a commencé dimanche, lorsque la police a trouvé le petit garçon de 16 mois dans l’enclos, avec seulement un oreiller et un biberon. Les cinq autres frères et sœurs du bébé se trouvaient également dans l’appartement.

La mère de 35 ans n’était pas présente lorsqu’ils sont arrivés au domicile dimanche soir, selon la police.

Des agents municipaux de la protection sociale ont été dépêchés au domicile pour prendre en charge l’enfant et ses frères et sœurs.

« Comme je le répète depuis dimanche, il s’agit d’une affaire sans élément criminel. Ce n’est pas une coïncidence si la police a recommandé qu’elle soit libérée sans conditions. La recommandation parle d’elle-même », a déclaré l’avocat de la femme, Me Daniel Dravitsky.

La sœur de la femme a déclaré à Kan qu’il n’y avait pas eu de négligence et qu’elle avait placé le garçon dans la cage pendant seulement quelques minutes alors qu’elle allait étendre du linge sur le toit afin de protéger l’enfant qui « est vraiment sauvage et qui ne comprend rien ».

« Tous les enfants vont bien et il n’y a aucune négligence », a-t-elle déclaré.

Au cours de l’opération, la police a également arrêté deux hommes, âgés de 22 et 27 ans, dans un autre appartement du même immeuble après avoir trouvé des substances suspectées d’être de la méthamphétamine et du haschisch en quantités commerciales.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.