Le Vatican critique le soutien américain aux implantations israéliennes
Rechercher

Le Vatican critique le soutien américain aux implantations israéliennes

Le Saint-Siège a rappelé qu'il soutient le droit d'Israël à vivre en paix et en sécurité, mais "à l'intérieur des frontières reconnues par la communauté internationale"

Vue générale de la foule rassemblée pour la messe de canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II à la place Saint-Pierre au Vatican, le 27 avril 2014. (Crédit : AFP / Vincenzo Pinto)
Vue générale de la foule rassemblée pour la messe de canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II à la place Saint-Pierre au Vatican, le 27 avril 2014. (Crédit : AFP / Vincenzo Pinto)

Le Vatican a protesté mercredi contre la décision des États-Unis de ne plus considérer comme illégales les implantations israéliennes en Cisjordanie et Jérusalem-est, rejoignant ainsi de nombreuses critiques sur le plan international.

« Le Saint-Siège réitère sa position sur la solution des deux États pour deux peuples, seule manière de parvenir à une solution définitive à ce conflit de longue date », dit le communiqué envoyé mercredi.

Aucune mention directe des États-Unis dans le texte, qui dénonce cependant des « décisions récentes qui risquent de compromettre encore davantage le processus de paix israélo-palestinien et la déjà fragile stabilité régionale ». 

Dans son communiqué, le Saint-Siège rappelle qu’il soutient le droit d’Israël à vivre en paix et en sécurité, mais « à l’intérieur des frontières reconnues par la communauté internationale ». Tout en ajoutant que « le même droit appartient au peuple palestinien, qui doit être reconnu, respecté et appliqué ».

Le pape François, qui est arrivé mercredi en Thaïlande avant une visite au Japon, n’a pas abordé pour le moment cette question.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré lundi que « l’établissement d’implantations de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international ». L’annonce américaine a suscité la réprobation d’une bonne partie de la communauté internationale, en particulier des Nations unies, de l’Union européenne et de la Ligue arabe.

En visite mardi dans une implantation israélienne du Gush Etzion, près de la ville palestinienne de Bethléem, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est dit « très ému ». « L’administration Trump a corrigé une injustice historique et s’est alignée avec la vérité et la justice », a-t-il ajouté.

Israël considère Jérusalem dans son intégralité comme sa capitale, une décision non reconnue par la communauté internationale. Les Palestiniens espèrent de leur côté faire de Jérusalem-Est, partie de la ville annexée par Israël, la capitale du futur Etat auquel ils aspirent.

En Israël, les tribunaux ont déclaré la plupart des grandes implantations légales. Plus de 600 000 Israéliens y vivent, à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, aux côtés de plus de trois millions de Palestiniens.

Les implantations de peuplement demeurent l’un des problèmes les plus épineux du conflit israélo-palestinien qui dure depuis des décennies.  

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...