Le Vatican en faveur de négociations de paix directes
Rechercher

Le Vatican en faveur de négociations de paix directes

Rejoignant la position de Benjamin Netanyhu, le Saint siège considère qu'un dialogue direct est le meilleur moyen d'arriver à la paix entre Israéliens et Palestiniens

Vue générale de la foule rassemblée pour la messe de canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II à la place Saint-Pierre au Vatican, le 27 avril 2014. (Crédit : AFP / Vincenzo Pinto)
Vue générale de la foule rassemblée pour la messe de canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II à la place Saint-Pierre au Vatican, le 27 avril 2014. (Crédit : AFP / Vincenzo Pinto)

Monseigneur Ivan Jurkovič, observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’ONU à Genève et chef de la délégation vaticane à la conférence internationale des Nations unies, a rapporté que le Vatican soutenait une solution à deux états entre Israël et l’Autorité palestinienne. Il a souligné que le Vatican soutenait les deux parties pour des négociations de paix.

Selon Monseigneur Ivan Jurkovič, le processus de paix doit passer par
« des négociations directes entre les deux parties, et avec le soutien de la communauté internationale ».

Cette position prise par le Vatican rejoint celle défendue par le Premier ministre israélien, qui souhaite établir des pourparlers bilatéraux sans intermédiaires, en opposition avec la proposition française.

Netanyahu a déclaré que des négociations directes sans conditions préliminaires entre Israël et les Palestiniens étaient le bon moyen de conclure un accord de paix.

« C’est comme cela que ça c’est passé avec la Jordanie et l’Egypte, et c’est ainsi que ce doit être avec les Palestiniens », avait-il déclaré.

« Le chemin vers la paix ne passe pas par des commissions internationales qui essaient de forcer un accord, radicalisent les revendications palestiniennes et éloignent ainsi la paix », avait ajouté Netanyahu.

Monseigneur Ivan Jurkovič responsabilise la société civile et appelle les citoyens Israéliens et Palestiniens à « prendre des décisions
courageuses », car selon lui une « solution politique doit s’accompagner d’une réconciliation et d’un respect réciproque », rapporte Radio Vatican.

D’autre part, le représentant du Vatican a pris part contre les attaques et toutes les manifestations de violence. Selon lui « les responsables religieux doivent être engagés dans les efforts mondiaux pour combattre la violence ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...