Le véhicule du chef d’une cellule de lanceurs d’engins incendiaires à Gaza visé
Rechercher

Le véhicule du chef d’une cellule de lanceurs d’engins incendiaires à Gaza visé

Personne ne se trouvait dans la voiture au moment de l'attaque israélienne, selon un site d'info lié au Hamas ; 20 incendies dans le sud ont détruit plusieurs champs israéliens

Des manifestants palestiniens tiennent des ballons avant de les charger de matériel inflammable vers Israël à la frontière israélo-gazaouie à al-Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 14 juin 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)
Des manifestants palestiniens tiennent des ballons avant de les charger de matériel inflammable vers Israël à la frontière israélo-gazaouie à al-Bureij, dans le centre de la bande de Gaza, le 14 juin 2018 (Crédit : AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)

L’armée israélienne a fait savoir dimanche que ses avions avaient pris pour cible une importante personnalité de Gaza responsable du lancement de ballons et de cerfs-volants incendiaires vers Israël.

Cette frappe semble être le dernier exemple des tentatives des militaires israéliens de décourager le lancement par les Gazaouis de dispositifs incendiaires vers le territoire israélien, qui ont entraîné des incendies quotidiens sur les terres agricoles du sud d’Israël et ont fait naître la crainte d’attaques à la bombe artisanale transportée avec les mêmes moyens.

« Nos forces ont mené des frappes aériennes contre le véhicule de l’un des responsables d’une cellule associée à l’envoi de ballons et de cerfs-volants explosifs en Israël. Cette attaque a été perpétrée en réponse au lancement en hausse de cerfs-volants et de ballons incendiaires et explosifs en Israël », a déclaré l’armée dans un court communiqué.

L’armée n’a pas identifié la personnalité prise pour cible, ni indiqué si elle avait été touchée pendant la frappe.

L’agence d’information palestinienne Shehab, liée aux responsables terroristes du Hamas à Gaza, a fait savoir que l’opération avait touché un véhicule vide aux abords d’une mosquée à Shejaiya, un faubourg de Gaza City, tôt dans la matinée de dimanche.

Il n’y aurait pas eu de blessés.

Ce raid est survenu quelques heures après que les avions israéliens ont ouvert le feu sur un groupe de Palestiniens qui lançaient des dispositifs incendiaires vers le territoire de l’Etat juif samedi, lors d’une attaque qui aurait fait trois blessés, selon les médias palestiniens.

Des manifestants palestiniens préparent des cerfs-volants chargés de matériel inflammable pour les faire voler vers Israël, à la frontière entre Israël et Gaza, à al-Bureij, au centre de la bande de Gaza, le 14 juin 2018. (AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)

Les ballons et les cerfs-volants ont mis le feu à au moins 20 endroits en Israël, de l’autre côté de la frontière avec Gaza, dans la journée de samedi, détruisant des centaines d’hectares de champs et de réserves naturelles.

Ces derniers jours, les avions israéliens ont lancé plusieurs tirs d’avertissement vers les groupes responsables de l’envoi de dispositifs incendiaires – apparemment une nouvelle tactique que les militaires chercheraient à adopter pour contrer cette menace qui a d’ores et déjà fait brûler des milliers d’hectares de terres, de forêt et de réserves naturelles dans les régions avoisinantes de la bande de Gaza, selon les responsables israéliens.

La frappe menée dimanche matin a probablement voulu être un avertissement signifiant qu’Israël a connaissance du lieu où se trouvent les lanceurs et pourrait commencer une vague d’assassinats par voie aérienne, notamment contre des personnes qui ne préparent pas, de manière active, l’envoi de ballons ou de cerfs-volants.

L’armée a signalé ces derniers jours qu’elle pourrait aller au-delà des tirs d’avertissement dans un contexte de pression politique croissante pour arrêter ces attaques quotidiennes en usant de ses forces aériennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...