Rechercher

L’éducation au cœur de la 35e semaine de mobilisation contre la refonte judiciaire

Environ 100 000 personnes ont manifesté contre le gouvernement à Tel Aviv après la journée d'émeutes qui a secoué la ville ; les participants invités à donner leur sang aux blessés

  • Des manifestants rassemblés contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Gitaï Palti)
    Des manifestants rassemblés contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Gitaï Palti)
  • Des manifestants rassemblés contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Yaël Gadot)
    Des manifestants rassemblés contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Yaël Gadot)
  • Des manifestants défilant contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : sha_b_p)
    Des manifestants défilant contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : sha_b_p)
  • Une banderole de protestation contre la refonte du système judiciaire montrant le ministre de l'Éducation, Yoav Kisch, à gauche et le chef du parti Noam, Avi Maoz, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Amir Goldstein)
    Une banderole de protestation contre la refonte du système judiciaire montrant le ministre de l'Éducation, Yoav Kisch, à gauche et le chef du parti Noam, Avi Maoz, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Amir Goldstein)
  • "La classe est vide et les enfants en état d'arrestation", une installation contre le gouvernement, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Orna Naor)
    "La classe est vide et les enfants en état d'arrestation", une installation contre le gouvernement, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Orna Naor)
  • Des manifestants contre la refonte judiciaire de la coalition rassemblés, à Haïfa, le 2 septembre 2023. (Crédit : Dror Gilboa)
    Des manifestants contre la refonte judiciaire de la coalition rassemblés, à Haïfa, le 2 septembre 2023. (Crédit : Dror Gilboa)
  • Des manifestants contre la refonte judiciaire de la coalition, portant des pancartes sur lesquelles on peut lire : "Il n'y a pas d'éducation sans démocratie", à droite, et "Une leçon de démocratie", dans la ville centrale de Rehovot, le 2 septembre 2023. (Crédit : Roby Yahav)
    Des manifestants contre la refonte judiciaire de la coalition, portant des pancartes sur lesquelles on peut lire : "Il n'y a pas d'éducation sans démocratie", à droite, et "Une leçon de démocratie", dans la ville centrale de Rehovot, le 2 septembre 2023. (Crédit : Roby Yahav)
  • Des manifestants contre la refonte judiciaire de la coalition défilant de Habima à Kaplan Street, arborant des drapeaux druzes et israéliens, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Aviv Atlas)
    Des manifestants contre la refonte judiciaire de la coalition défilant de Habima à Kaplan Street, arborant des drapeaux druzes et israéliens, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Aviv Atlas)

Des dizaines de milliers d’Israéliens ont manifesté dans tout le pays samedi contre la refonte du système judiciaire de la coalition pour la 35e semaine consécutive, sous la bannière « pas de dictature dans nos écoles », au lendemain de la rentrée scolaire.

Plus de 100 000 personnes se sont rassemblées lors du principal rassemblement à Tel Aviv, selon la Treizième chaîne, qui cite des données de la société CrowdSolutions.

Les organisateurs avaient promis que l’événement aurait lieu après les violents affrontements qui ont eu lieu un peu plus tôt dans le sud de Tel Aviv entre des migrants érythréens soutenant le gouvernement d’Asmara et d’autres s’y opposant, et qui ont fait plus de 150 blessés, dont une quinzaine dans un état grave. Une trentaine de policiers ont été blessés.

Dans son discours aux manifestants, l’une des principales responsables de la manifestation, Shikma Bressler, a déclaré que la police « payait à nouveau le lourd tribut de la négligence du gouvernement Netanyahu ».

Elle a également déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu était responsable de la crise actuelle des migrants, ayant renoncé à un accord conclu en 2018 qui aurait permis le départ volontaire d’un grand nombre d’entre eux, affirmant qu’il l’avait fait sous la pression des « racistes kahanistes ».

Les participants ont été invités à donner du sang, car les hôpitaux de la région ont prévenu qu’ils étaient confrontés à de graves pénuries en raison de l’afflux soudain de patients.

Des manifestants rassemblés contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Gitaï Palti)

D’autres orateurs ont promis de défendre une éducation qui promeut la tolérance et la démocratie, face à un gouvernement qui, selon eux, représente le contraire. Ils ont également promis de ne pas laisser le gouvernement saper l’éducation de leurs enfants avec des valeurs illibérales.

Les rassemblements de samedi ont eu lieu au lendemain de la rentrée scolaire et alors que le ministre de l’Éducation, Yoav Kisch (Likud), chercherait à évincer le directeur du musée de la Shoah de Yad Vashem, Dani Dayan, pour le remplacer par une alliée de son parti.

À Tel Aviv, Yuli Yavin, un lycéen de Herzliya, a pris la parole pour demander le retrait des écoles des documents produits par le Kohelet Policy Forum, le groupe de droite qui a joué un rôle clé dans l’élaboration des projets de refonte du gouvernement.

Les rassemblements de samedi étaient également les premiers d’un mois qui verra les tensions au sein d’Israël atteindre leur paroxysme alors que la Haute Cour se prépare à entendre des recours déposés concernant plusieurs aspects clés de la refonte judiciaire et de l’équilibre des pouvoirs entre les branches du pouvoir. Les décisions de la Cour en faveur d’un ou plusieurs de ces recours pourraient conduire à une confrontation directe entre les pouvoirs exécutif et judiciaire, voire déclencher une crise constitutionnelle.

Des manifestants défilant contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : sha_b_p)

La semaine dernière, un juge conservateur de la Cour suprême a lancé un défi sans précédent au système de sélection du prochain président de la Cour, basé sur l’ancienneté, en présentant sa candidature au poste dans une démarche qu’il nie avoir été coordonnée avec le gouvernement, mais qui correspond au souhait du ministre de la Justice, Yariv Levin (Likud), de voir un conservateur présider la Cour.

Dans une démarche sans précédent, Yosef Elron a présenté mercredi sa candidature pour succéder à la présidente de la Cour suprême Esther Hayut, qui prend sa retraite, tout en empêchant le juge Isaac Amit d’hériter du poste selon la méthode usuelle – mais non légiférée – de l’ancienneté.

« Notre démocratie est en danger », a déclaré Avi Nissenkorn, ancien ministre de la Justice, aux manifestants à Tel Aviv.

« Elle se trouve au bord du précipice de la dictature. Le filet de sécurité de la démocratie, c’est vous, le mouvement de protestation. »

Des manifestants rassemblés contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Yaël Gadot)

« Le danger existentiel pour la démocratie est bien réel. Les forces qui, au sein du gouvernement, militent en faveur d’une dictature messianique travaillent sans relâche, avec zèle, par le biais d’initiatives législatives et de décisions budgétaires, pour créer une atmosphère publique toxique et mettre le [pays] à feu et à sang afin de renforcer leur sombre idéologie », a-t-il déclaré.

Nissenkorn a averti que la décision du juge Elron remettait en cause l’indépendance de la Cour et « s’inscrivait dans l’objectif de contrôle politique » du pouvoir judiciaire.

Les manifestants ont allumé des fusées éclairantes et bloqué la jonction de Karkur dans le nord d’Israël. À Haïfa, des milliers de personnes ont défilé dans les rues jusqu’au principal rassemblement au carrefour Horev.

S’exprimant à Haïfa, l’ancienne ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni a accusé le gouvernement de « prendre des décisions imprudentes en matière de défense qui mettent en danger nos vies à tous au profit de la base messianique de droite, qui non seulement agit de manière sauvage et violente en [Cisjordanie], mais ose accuser Tsahal et l’agence [de sécurité intérieure] du Shin Bet – qui risquent leur vie chaque jour pour nous – de travailler pour les terroristes ».

« Un Premier ministre qui a annoncé qu’il ne céderait pas aux exigences des réservistes en service cède facilement aux réfractaires haredim et aux extrémistes messianiques. »

Dans un communiqué publié avant les manifestations, les dirigeants des protestataires ont fait référence aux audiences de la Haute Cour de justice qui se tiendront dans les semaines à venir et qui porteront sur des recours déposés contre des amendements à deux lois fondamentales adoptées par la coalition et sur une autre motion visant à obliger le ministre de la Justice Levin à convoquer la commission de sélection des juges.

« Juste avant le début de la série d’audiences à la Haute Cour sur le sort de la démocratie israélienne, nous assistons à une attaque combinée des ministres contre les institutions de l’État », ont déclaré les dirigeants de la manifestation dans un communiqué.

« Le ministre de l’Éducation s’en prend à Yad Vashem, le ministre des Affaires étrangères [Eli Cohen] détruit les relations extérieures d’Israël et le ministre de la Justice menace la procureure générale [Gali Baharav-Miara] », peut-on lire dans le communiqué.

« La classe est vide et les enfants en état d’arrestation », une installation contre le gouvernement, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Orna Naor)

Des manifestations ont eu lieu dans des dizaines d’endroits à travers le pays. La manifestation de Tel Aviv a commencé par une marche de la place HaBima au rassemblement principal de la rue Kaplan à 20h.

Dans la déclaration, les dirigeants de la manifestation ont qualifié Kisch de « pire ministre de l’Éducation de l’histoire » après qu’il eut été révélé cette semaine qu’il cherchait à remplacer Dayan par l’ancienne députée du Likud Keren Barak, en assurant qu’il y avait des irrégularités dans la façon dont Yad Vashem est géré. Dayan a vigoureusement nié ces accusations.

Cependant, la Douzième chaîne a lié le déplacement de Kisch au mémorial de la Shoah en accueillant la chanteuse Keren Peles lors de la journée de commémoration de la Shoah. La prestation de Peles, qui s’est exprimée contre la politique du gouvernement, aurait irrité l’épouse du Premier ministre, Sara Netanyahu. Le Bureau du Premier ministre a déclaré que l’information était fausse.

Outre le tollé suscité par Kisch, le gouvernement a, au début de l’année, confié le contrôle des fournisseurs d’enseignement extérieurs dans les écoles publiques au député d’extrême-droite Avi Maoz, qui défend ouvertement des points de vue racistes, anti-LGBTQ, anti-pluralistes et misogynes.

En outre, alors que l’année scolaire a débuté vendredi, le système éducatif a dû faire face à un manque d’enseignants – des milliers de postes sont toujours vacants, ce qui a créé de graves problèmes dans les écoles du pays.

Alors que les pouvoirs publics s’apprêtent à vivre une confrontation sans précédent, la Haute Cour commençant à entendre les recours déposés contre la refonte, les organisateurs de la manifestation ont annoncé qu’une marche aurait lieu du 7 au 9 septembre, commençant dans la ville de Safed, dans le nord du pays, et se terminant à Tel Haï. Une deuxième marche partira de quatre endroits différents dans le sud, jusqu’à Beer Sheva.

Des dizaines de milliers de manifestants avaient participé à une marche de grande envergure vers la Knesset à Jérusalem en juillet, dans le cadre d’un ultime effort pour empêcher la coalition d’adopter un projet de loi réduisant le contrôle judiciaire sur ses décisions. La loi a finalement été adoptée malgré leurs efforts.

Des milliers d’activistes anti-refonte marchant vers Jérusalem dans le cadre des manifestations contre le projet de loi du gouvernement visant à limiter sévèrement l’utilisation par la Haute Cour de justice de la norme de « raisonnabilité », sur la Route 1, le 22 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le projet de loi visant à affaiblir le système judiciaire étant en suspens pendant les congés d’été de la Knesset, les manifestants anti-gouvernement ont de plus en plus mis l’accent sur d’autres griefs au cours des dernières manifestations, notamment les récents incidents de discrimination à l’encontre des femmes, l’emprise des partis religieux sur la coalition au pouvoir et, désormais, le système scolaire.

La semaine dernière, les manifestants ont mis l’accent sur l’augmentation des crimes violents dans les communautés arabes, alors que le gouvernement est de plus en plus critiqué pour sa réponse au triste record d’homicides.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.