Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Des ados priées de se couvrir et d’aller au fond du bus pour ne pas choquer les haredim

Cet incident fait partie d'une série de cas de discrimination illégale de la part de chauffeurs de bus à l'encontre de femmes au cours de la semaine écoulée

Photo illustrative de femmes ultra-orthodoxes entrant dans un bus par la porte arrière à Mea Shearim, Jérusalem, en 2011. (Uri Lenz/Flash90/File)
Photo illustrative de femmes ultra-orthodoxes entrant dans un bus par la porte arrière à Mea Shearim, Jérusalem, en 2011. (Uri Lenz/Flash90/File)

Un autre incident, parmi plusieurs cas récents de discrimination à l’égard des femmes dans les transports publics, s’est produit dimanche dernier, lorsqu’un chauffeur de bus a ordonné à un groupe d’adolescentes de s’asseoir à l’arrière et de se couvrir.

Selon la presse israélienne, au moment où un groupe d’adolescents, garçons et filles, montait à bord du Nateev Express 885 reliant Ashdod à Kfar Tavor, le chauffeur a demandé aux garçons de s’asseoir à l’avant et aux filles de s’asseoir à l’arrière et de se couvrir, expliquant qu’ils se trouvaient sur une ligne de bus ultra-orthodoxe.

« Je sais que vous vous sentez à l’aise lorsque vous êtes nus », a déclaré le chauffeur dans un enregistrement de l’incident obtenu par Ynet.

Lorsque l’une des jeunes filles lui a dit qu’elle se sentait humiliée, le chauffeur a répondu : « Allez le dire à la Douzième chaîne. Arrêtez avec vos âneries, vous n’avez pas de religieux chez vous. Vous vivez dans un kibboutz, à l’écart du monde. Mais ici, c’est un État juif et vous devez respecter les gens qui y vivent. Le fait que vous viviez dans un kibboutz et que vous ayez été élevé de cette façon me désole. »

« J’ai fini de discuter avec vous, vous n’êtes que des enfants », a-t-il poursuivi. « Quand vous serez grands, vous comprendrez peut-être que l’éducation que vous avez reçue est la pire qui soit. Quand vous montez dans un bus où il y a des religieux et des ultra-orthodoxes qui respectent votre mode de vie, vous devez respecter le leur. Vous devez comprendre que nous sommes dans un État juif. C’est là que vous vivez, et c’est comme ça que ça se passe dans ce pays aujourd’hui. »

Lorsque les jeunes filles ont répondu qu’elles avaient le droit, dans une démocratie, de choisir comment s’habiller et où s’asseoir, le chauffeur a déclaré : « Cela n’a rien à voir avec la démocratie. Ce que vous faites est anti-démocratique. Si vous n’êtes pas d’accord avec ce que j’ai dit, c’est que vous n’avez pas été éduqués comme il faut. »

« Ce qui se passe aujourd’hui dans le pays est le résultat de votre point de vue. Je vous donne un point de vue que vous devriez peut-être transmettre à vos parents à la maison, » a-t-il ajouté.

L’une des jeunes filles, Shaked Rapaport, 15 ans, du kibboutz Hatzor, a déclaré à Ynet qu’elle avait parlé à des passagers ultra-orthodoxes qui lui avaient dit qu’ils ne voyaient pas d’inconvénient à ce qu’elles s’assoient avec leurs amis masculins.

Dans un communiqué, Nateev Express a déclaré que la compagnie examinait l’incident et qu’elle condamnait toute forme de discrimination sur ses lignes.

Bonot Alternativa, un groupe de défense des droits des femmes, a déclaré : « Ce n’est pas une erreur, c’est une politique. Le gouvernement israélien œuvre activement à l’exclusion et à l’effacement des femmes de la sphère publique. »

« Il n’y a qu’un seul capitaine pour diriger ce dangereux navire, et c’est le Premier ministre. »

Dans un incident distinct, dimanche, Tzefi Erez, une femme de 88 ans de Givatayim, a déclaré à Kan qu’un chauffeur de bus l’avait ignorée à plusieurs reprises lorsqu’elle lui avait demandé si elle était montée dans la bonne file d’attente. Lorsque le mari de la femme a demandé au chauffeur pourquoi il ne lui répondait pas, celui-ci lui a répondu qu’il refusait de parler aux femmes.

« J’ai été profondément blessée. Je suis une survivante de la Shoah », a déclaré la femme. « J’ai assez souffert (…). Je suis venue vivre en Israël et, tout à coup, je me retrouve en Iran. Demain, ils me diront de me couvrir le visage. »

La compagnie de bus Dan a publié un communiqué dans lequel elle s’excuse pour l’incident et déclare avoir contacté personnellement Erez et son mari, mais Erez a déclaré n’avoir reçu aucun appel de Dan.

Deux incidents similaires se sont produits la semaine dernière. À Ashdod, un chauffeur de bus a dit à une femme qu’elle ne pouvait pas monter dans un bus parce qu’il était réservé aux hommes ultra-orthodoxes, et à Tel Aviv, un chauffeur a réprimandé une jeune femme parce qu’elle portait un débardeur.

Les bus Mehadrin (strictement casher), où les hommes et les femmes étaient séparés à l’avant et à l’arrière des bus pour accommoder les passagers ultra-orthodoxes, ont fonctionné en Israël jusqu’à ce que la Haute Cour de justice décide en 2011 que cette pratique était illégale.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.