L’EI appelle à tuer des citoyens des pays de la coalition
Rechercher

L’EI appelle à tuer des citoyens des pays de la coalition

Abu Mohammed al-Adnani voudrait qu'on s'en prenne surtout aux "méchants et sales Français" et indique comment s'y prendre

Images montrées sur le site Internet djihadiste de Welayat Salahuddin des combattants de l'EIIL en train d'exécuter des militaires irakiens (Crédit : AFP/HO/Welayat Salahuddin)
Images montrées sur le site Internet djihadiste de Welayat Salahuddin des combattants de l'EIIL en train d'exécuter des militaires irakiens (Crédit : AFP/HO/Welayat Salahuddin)

L’organisation Etat islamique a lancé lundi un appel aux musulmans à tuer des citoyens, notamment Américains et Français, des pays formant la coalition internationale mise en place pour combattre le groupe djihadiste en Irak et en Syrie.

« Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen — en particulier les méchants et sales Français — ou un Australien ou un Canadien, ou tout (…) citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l’État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière », a déclaré Abu Mohammed al-Adnani, le porte-parole de l’EI, dans un message publié en plusieurs langues.

« Tuez le mécréant qu’il soit civil ou militaire », a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis et la France sont les deux pays qui ont jusqu’à présent mené des frappes aériennes en Irak sur des positions de l’EI, un groupe qui a déclaré en juillet un « califat » à cheval sur la Syrie et l’Irak, dont ils contrôlent de larges secteurs.

Le message, publié sous forme audio en arabe, avec une traduction sommaire en anglais, en français et en hébreu, donne des instructions sur la manière de mener à bien la mission sans équipement militaire.

« Frappez sa tête avec une pierre, égorgez-le avec un couteau, écrasez-le avec votre voiture, jetez-le d’un lieu en hauteur, étranglez-le ou empoisonnez-le », indique-t-il.

Le porte-parole dresse par ailleurs des louanges aux militants actifs dans la péninsule du Sinaï en Egypte, les appelant à « trancher la gorge » des défenseurs du régime du président Abdel Fattah al-Sisi.

Des groupes djihadistes, dont Ansar Beït al-Maqdess, qui a récemment apporté son soutien à l’EI, revendiquent régulièrement des attentats contre les forces de sécurité depuis la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l’armée en juillet 2013.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...