L’enrichissement à 60%, « réponse » de l’Iran au « terrorisme nucléaire » israélien
Rechercher

L’enrichissement à 60%, « réponse » de l’Iran au « terrorisme nucléaire » israélien

Rouhani : Pour chaque crime, nous vous couperons les mains pour que vous compreniez que vous ne pouvez pas nous empêcher [d'accéder à la] technologie nucléaire

Le président iranien Hassan Rouhani assiste à une réunion de cabinet à Téhéran, en Iran, le 18 mars 2020. (Bureau de la présidence iranienne via AP)
Le président iranien Hassan Rouhani assiste à une réunion de cabinet à Téhéran, en Iran, le 18 mars 2020. (Bureau de la présidence iranienne via AP)

La décision annoncée par l’Iran d’enrichir l’uranium à hauteur de 60 % après une explosion dans son usine de Natanz est la « réponse » de la République islamique au « terrorisme nucléaire » d’Israël, a déclaré mercredi le président iranien.

« C’est la réponse à votre malveillance », a déclaré Hassan Rohani en Conseil des ministres.

« Ce que vous avez fait s’appelle du terrorisme nucléaire, ce que nous faisons est légal », a-t-il lancé dans une allusion à Israël, que Téhéran accuse d’avoir saboté dimanche son usine d’enrichissement de Natanz, dans le centre de l’Iran.

« Vous ne pouvez pas conspirer contre l’Iran, commettre des crimes contre l’Iran. Pour chaque crime, nous vous couperons les mains […] pour que vous compreniez que vous ne pouvez pas nous empêcher [d’accéder à la] technologie » nucléaire, a ajouté M. Rohani dans cette allocution télévisée.

Cette photo satellite de Planet Labs Inc. montre l’installation nucléaire iranienne de Natanz, le 7 avril 2021. (Planet Labs Inc. via AP)

« Les responsables de la sécurité doivent nous fournir leur rapport final [sur ce qui s’est passé à Natanz], mais il apparaît qu’il s’agit d’un crime sioniste », a encore déclaré le président iranien.

« Vous voulez que nous nous retrouvions les mains vides aux négociations [en cours à Vienne pour tenter de sauver l’accord sur le nucléaire iranien de 2015] mais nous irons là-bas avec encore davantage de cartes en main », a poursuivi M. Rohani.

« Assurément, nos activités [nucléaires] resteront pacifiques, et pacifiques seulement, et sous la supervision de l’AIEA », l’Agence internationale de l’énergie atomique, qu’il s’agisse de « nos [activités d’enrichissement] à 60% [ou] à 20% », a-t-il affirmé.

Selon le représentant permanent de l’Iran au siège de l’AIEA à Vienne, les travaux préparatoires pour mettre en œuvre la décision annoncée mardi par Téhéran de porter ses activités d’enrichissement de l’uranium au seuil inédit de 60 % en isotope 235 [contre 20 % maximum jusque-là] ont commencé dès mardi soir.

« Nous prévoyons d’accumuler le produit [de deux cascades de centrifugeuses dédiées à l’uranium à 60 %] la semaine prochaine », a-t-il écrit sur Twitter. La semaine iranienne commence le samedi.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a confirmé mardi avoir été notifiée par l’Iran de son « intention de commencer à enrichir l’uranium à 60% » dans son usine de Natanz, selon une déclaration transmise à l’AFP.

Le directeur général de l’instance onusienne, Rafael Grossi, a informé les Etats membres de ce développement qui intervient deux jours après le « sabotage » du site, que Téhéran impute à Israël, et en pleines négociations à Vienne pour tenter de sauver l’accord sur le nucléaire iranien de 2015.

La France a condamné mardi l’annonce par l’Iran de son intention de « commencer à enrichir l’uranium à 60% », qui représente « un développement grave » nécessitant « une réponse coordonnée » des pays impliqués dans les négociations sur le dossier nucléaire, a réagi l’Elysée.

« Il s’agit d’un développement grave, que nous condamnons et qui nécessite une réponse coordonnée » de la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni avec les USA, les Russes et les Chinois, a indiqué la présidence française, en précisant que cette coordination était « en cours ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...