Israël en guerre - Jour 229

Rechercher
Interview

L’envoyé de Bahreïn aux États-Unis espère que Netanyahu s’en tiendra aux accords

Selon Cheikh Abdulla bin Rashid al-Khalifa, Manama ne peut pas faire progresser les liens avec Israël s'il donne l’impression de "négliger" les Palestiniens

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontrant le ministre bahreïni des Affaires étrangères, Abdullatif bin Rashid al-Zayani, à Jérusalem, le 18 novembre 2020. (Crédit : Amos Ben Gershom/Bureau du Premier ministre)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontrant le ministre bahreïni des Affaires étrangères, Abdullatif bin Rashid al-Zayani, à Jérusalem, le 18 novembre 2020. (Crédit : Amos Ben Gershom/Bureau du Premier ministre)

WASHINGTON – L’ambassadeur de Bahreïn aux États-Unis espère que le Premier ministre Benjamin Netanyahu restera déterminé à faire avancer les Accords d’Abraham, malgré les « défis » posés par ses partenaires de coalition dans le nouveau gouvernement israélien de droite radicale.

« Même si le Premier ministre est confronté à de nombreux défis, nous espérons qu’il continuera à réaliser l’importance de ce qui s’est passé », a déclaré Cheikh Abdulla bin Rashid al-Khalifa au Times of Israel lors d’une interview la semaine dernière à l’ambassade de Bahreïn à Washington.

Depuis son retour au pouvoir il y a un mois, Netanyahu a souligné que le renforcement des accords de normalisation signés en 2020 par Israël avec les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc serait une priorité absolue, en particulier lorsqu’il s’agit d’étendre les accords à l’Arabie saoudite. Cet objectif insaisissable bénéficie d’un large soutien en Israël, y compris de la part des partenaires de la coalition de Netanyahu.

Toutefois, les accords de coalition comprennent des engagements visant à étendre de manière significative l’expansion de la présence juive en Cisjordanie. En outre, de nombreux législateurs du bloc au pouvoir sont idéologiquement opposés à la création d’un État palestinien, et certains sont favorables au bouleversement du fragile statu quo sur le mont du Temple de Jérusalem, connu des musulmans sous le nom de Noble Sanctuaire, afin d’y autoriser la prière juive.

Ces positions sont susceptibles de compliquer les efforts d’Israël pour étendre les Accords d’Abraham, étant donné que ses nouveaux alliés arabes sont désireux de préserver le sentiment qu’ils n’ont pas abandonné la cause palestinienne.

Khalifa a noté que les relations entre Israël et Bahreïn ont continué à progresser depuis que le nouveau gouvernement a prêté serment, et a semblé optimiste quant à la poursuite de cette tendance, étant donné l’affinité de Netanyahu pour les Accords d’Abraham. « Cela a été l’un des jalons de toute sa carrière politique », a-t-il déclaré.

L’ambassadeur de Bahreïn aux États-Unis, Cheikh Abdulla bin Rashid al-Khalifa, prenant la parole à l’International Student House, à Washington, le 8 octobre 2021. (Crédit : Abdulla bin Rashid al-Khalifa/Twitter)

Depuis qu’Israël et Bahreïn ont accepté d’établir officiellement des liens diplomatiques en septembre 2020, les pays ont signé plus de 40 mémorandums d’entente, dont un pacte de défense qui a déjà permis de renforcer la coopération en matière de sécurité, grâce à la décision d’inclure Israël au sein de son Commandement central des États-Unis (CENTCOM) aux côtés de ses alliés arabes.

Cependant, le nouveau gouvernement a déjà connu un accroc, déclenché par une visite du mont du Temple par le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, l’un des députés qui ont fait campagne sur la modification du statu quo dans l’enceinte. La visite de 13 minutes de Ben Gvir autour du site a suscité un flot de condamnations internationales, y compris de la part de Bahreïn.

L’ambassadeur de Manama à Washington a cherché à minimiser diplomatiquement la controverse. « Les deux peuples commencent à se comprendre, et les attentes doivent donc également être comprises », a déclaré Khalifa, ajoutant que le maintien du statu quo sur le mont du Temple est un élément crucial du soutien plus large de Bahreïn aux Palestiniens.

« Depuis le premier jour sur la pelouse sud de la Maison Blanche [où les accords ont été signés], nous avons été très directs sur les raisons pour lesquelles nous normalisions les liens avec Israël, tout en maintenant notre position sur la solution à deux États », a-t-il déclaré. « Cette position n’a pas changé et ne changera pas. »

Bahreïn cherche à faire progresser ses liens avec Israël et la question palestinienne sur des « voies parallèles », a déclaré Khalifa, tout en notant que « négliger » ce dernier domaine créerait des défis pour son pays.

La perception d’un soutien réduit aux Palestiniens varie selon les pays signataires des Accords d’Abraham, Khalifa indiquant que le gouvernement de Bahreïn est plus vulnérable que les EAU, où la solidarité intérieure avec Ramallah est plus limitée.

« Il y a toujours une composante interne. Pour nous, à Bahreïn, plus la question palestinienne devient difficile, plus le risque est grand pour nous, contrairement à certains autres membres des Accords d’Abraham », a-t-il déclaré.

En effet, les figures de l’opposition au Bahreïn ont vivement critiqué la décision du royaume de normaliser les liens avec Israël et ont organisé des manifestations contre cette décision.

Khalifa a déclaré que la population et le gouvernement « s’accordent sur la nécessité de continuer à plaider pour une solution à deux États ». Cependant, il a indiqué qu’il y a des moments où les dirigeants reconnaissent les « opportunités » avant que la population ne le fasse. « Nous avons besoin que tout le monde reconnaisse ces opportunités et participe au succès de ces opportunités. »

À cet égard, l’ambassadeur a qualifié de « développement positif » l’accent mis par l’administration Biden sur l’exploitation des Accords d’Abraham pour faire avancer les mesures susceptibles d’améliorer les moyens de subsistance des Palestiniens.

Pour les Émirats arabes unis, cela a signifié mettre en évidence la façon dont leur décision de normaliser les liens avec Israël était conditionnée par l’accord de Netanyahu de mettre en veilleuse ses plans d’annexion de grandes parties de la Cisjordanie. Le Maroc a souligné son implication dans les pourparlers avec Israël pour étendre les heures d’ouverture du passage Allenby entre la Cisjordanie et la Jordanie, qui est principalement utilisé par les Palestiniens.

Khalifa a déclaré que Bahreïn a utilisé sa position diplomatique unique pour « être une plate-forme permettant à toutes les parties concernées de venir discuter de la question [palestinienne] ». Il a évoqué la conférence « De la paix à la prospérité » de 2019, organisée par Manama, au cours de laquelle l’administration Trump avait dévoilé le volet économique de son plan de paix, qui prévoyait des millions d’investissements internationaux pour les Palestiniens.

L’Autorité palestinienne (AP) avait boycotté la conférence, la considérant comme une forme de « paix économique » promue par la droite israélienne, offrant des incitations économiques aux Palestiniens en lieu et place de droits politiques.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, cinquième à partir de la gauche, et le prince héritier de Bahreïn Salmane ben Hamad Al Khalifa, sixième à partir de la gauche, écoutant le conseiller principal de la Maison Blanche, Jared Kushner, debout, lors de la session d’ouverture de l’atelier « De la paix à la prospérité » à Manama, Bahreïn, le 25 juin 2019. (Crédit : Agence de presse du Bahreïn via AP)

« Malheureusement, nous n’avons pas pu y faire venir les Palestiniens, mais nous sommes dans une position très différente aujourd’hui », a déclaré l’ambassadeur de Bahreïn. « Nous avons gardé nos lignes de communication avec l’Autorité palestinienne ouvertes, et nous continuerons à le faire. »

« Nous avons bon espoir que la poursuite du dialogue rapprochera les Palestiniens d’une participation à une telle conférence à l’avenir », a-t-il ajouté.

Quant à Netanyahu, Khalifa a exprimé l’espoir que le Premier ministre israélien de longue date soit en mesure de trouver un « équilibre » entre le maintien des liens avec les pays signataires des Accords d’Abraham et la prise en compte des pressions qu’il pourrait subir de la part de ses partenaires de la coalition d’extrême-droite sur les questions relatives aux Palestiniens.

Pour l’avenir, l’envoyé bahreïni cherche à étendre les accords bilatéraux signés par les différents membres des Accords d’Abraham à un niveau multilatéral, comme l’a fait le Forum du Néguev. L’initiative lancée au printemps dernier a ajouté les États-Unis et l’Égypte aux quatre pays initiaux des Accords d’Abraham, et les six pays ont établi des groupes de travail pour faire avancer des projets régionaux dans une variété de secteurs.

De gauche à droite dans le sens des aiguilles d’une montre : Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, le ministre des Affaires étrangères Yaïr Lapid, le conseiller diplomatique des EAU, Anwar Gargash, l’ambassadeur de Bahreïn aux États-Unis, Cheikh Abdulla bin Rashid al-Khalifa et le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, lors d’une visioconférence fêtant le premier anniversaire des Accords d’Abraham, le 17 septembre 2021. (Crédit : YouTube)

Khalifa a proposé un accord de libre-échange entre les États-Unis et les différents pays signataires des Accords d’Abraham. « Bahreïn a un accord de libre-échange avec les États-Unis, Israël a un accord de libre-échange avec les États-Unis – commençons par là et développons-le ensuite », a-t-il déclaré.

Un responsable américain au fait de la question a déclaré que les EAU avaient également proposé une telle initiative lors de discussions avec l’administration Biden. Toutefois, les États-Unis ont clairement indiqué que de tels accords devaient inclure des clauses relatives aux droits des travailleurs, une condition qui a suscité l’opposition d’Abou Dhabi.

L’envoyé à Washington a déclaré que de telles initiatives étaient essentielles pour « faire connaître le succès des accords directement à notre population ».

« Lorsque les Bahreïnis réalisent l’importance des Accords d’Abraham grâce aux opportunités qu’ils ont engendrées, cela nous donne plus d’éléments pour avancer », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.