L’épidémie actuelle de COVID-19 est enrayée grâce au rappel, selon les experts
Rechercher

L’épidémie actuelle de COVID-19 est enrayée grâce au rappel, selon les experts

Les chercheurs de l'Université hébraïque affirment que les cas graves sont en baisse, mais s'attendent à ce que les cas quotidiens augmentent légèrement à la rentrée scolaire

Un homme d'une trentaine d'années reçoit une troisième dose de vaccin COVID-19, dans un centre de vaccination à Jérusalem, le 24 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un homme d'une trentaine d'années reçoit une troisième dose de vaccin COVID-19, dans un centre de vaccination à Jérusalem, le 24 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le taux d’hospitalisation de nouveaux patients dans un état grave des suites de la COVID-19 a considérablement ralenti grâce à l’injection de rappel, ont déclaré les experts vendredi, qui prédisent que l’épidémie actuelle a été endiguée.

Après avoir dépassé les 700 cas graves concomitants en début de semaine, les données du ministère de la Santé ont montré vendredi que 689 patients étaient hospitalisés pour des complications du coronavirus – ce qui semble marquer le début d’un déclin de la quatrième vague du virus dans le pays.

Des chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem ont déclaré dans un rapport publié vendredi que la campagne israélienne d’administration généralisée d’une troisième dose de vaccin contre la COVID-19 avait permis de provoquer ce renversement de tendance, ainsi que certaines restrictions qui ont été réimposées. Ils ont ajouté que, dans les jours à venir, le nombre d’infections quotidiennes devrait également commencer à ralentir.

Le gouvernement a lancé sa dernière campagne de vaccination au début du mois, en invitant les Israéliens de plus de 60 ans (cet âge d’éligibilité à une troisième dose a depuis été ramené aux citoyens de 30 ans et plus) à recevoir une injection de rappel. Les responsables espèrent qu’elle contribuera à protéger les Israéliens les plus vulnérables contre le variant Delta du virus SRAS-CoV-2, hautement contagieux.

« La vague actuelle de virus a été endiguée grâce à la combinaison de la piqûre de rappel et des restrictions douces », indique le rapport.

Vendredi matin, 1 872 056 Israéliens avaient reçu la troisième dose.

Eran Segal, un expert de la question de la COVID-19 et l’un des principaux conseillers du gouvernement en matière de coronavirus, a déclaré que le taux de cas graves sur l’ensemble des nouvelles infections avait chuté d’environ 2 % à 1,4 % ces derniers jours.

« Cela signifie que, pour le même nombre d’infections, il y a 30 % de cas graves en moins », a tweeté M. Segal.

Les chercheurs de l’Université hébraïque ont indiqué que, parmi les personnes âgées de plus de 60 ans, les non-vaccinés avaient cinq fois plus de risques d’être hospitalisés dans un état grave en raison de complications liées à la COVID-19.

Selon le ministère de la Santé, le taux de cas graves chez les Israéliens non vaccinés âgés de plus de 60 ans était, vendredi matin, de 267,6 cas graves pour 100 000 personnes. Chez les personnes entièrement vaccinées de ce groupe d’âge, ce chiffre était de 19,2 pour 100 000, et chez les personnes partiellement vaccinées, il était de 58,7 pour 100 000.

L’expression « complètement vacciné » concerne les Israéliens qui ont reçu deux ou trois doses, tandis que « partiellement vacciné » désigne les citoyens qui n’ont reçu qu’une seule dose.

Mais avec la rentrée scolaire prévue la semaine prochaine, les chercheurs ont prévenu que le nombre d’infections quotidiennes allait légèrement augmenter à nouveau. Toutefois, avec l’injection de rappel, une augmentation du nombre de cas graves n’est pas attendue, ont-ils précisé dans le rapport.

Des étudiants israéliens se rendant à l’école à Tel Aviv, le 18 avril 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Sur les 689 personnes gravement malades vendredi, 149 étaient sous respirateur, selon les chiffres du ministère de la Santé. Au total, 1 086 personnes sont hospitalisées pour la COVID-19.

Les données montrent que 8 078 nouvelles infections ont été enregistrées jeudi, et que 1 220 cas supplémentaires ont été identifiés vendredi matin, ce qui porte à 78 342 le nombre de cas actifs dans le pays.

Le ministère a indiqué que 147 184 personnes avaient été testées jeudi, et que le taux de positivité avait encore augmenté pour atteindre 6,71 %, soit le niveau le plus élevé depuis février.

Le nombre de personnes décédées de la maladie dans le pays depuis le début de la pandémie est passé à 6 943 vendredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...