Les camps d’été du sud d’Israël annulés en raison de la flambée des violences
Rechercher

Les camps d’été du sud d’Israël annulés en raison de la flambée des violences

Des instructions de sécurité ont été données aux communautés israéliennes adjacentes à l'enclave - Interdiction de grands rassemblements en plein air et du travail dans les champs

Illustration d' un soldat de l'armée israélienne jouant avec des enfants dans un abri anti-aérien dans le sud d'Israël en novembre 2012. (Miriam Alster / Flash 90)
Illustration d' un soldat de l'armée israélienne jouant avec des enfants dans un abri anti-aérien dans le sud d'Israël en novembre 2012. (Miriam Alster / Flash 90)

Mercredi soir et jeudi matin, l’armée a donné un certain nombre d’instructions de sécurité aux habitants du sud d’Israël, alors que plus de 150 roquettes et obus de mortier ont été tirés sur la périphérie de Gaza par des groupes terroristes palestiniens et l’armée de l’air a riposté en bombardant de nombreuses cibles du Hamas dans l’enclave côtière.

Bien qu’au départ, les camps d’été des régions proches de la bande de Gaza pouvaient avoir lieu à l’intérieur de « zones protégées », l’armée a changé ses instructions à l’aube suite aux attaques, et toutes les activités ont été annulées.

Les études dans les écoles supérieures ont également été annulées.

Les habitants de la région devaient rester à proximité d’un abri anti-aérien. La taille des rassemblements était également limitée, avec des groupes de seulement 300 personnes autorisées dans une zone fermée, a indiqué l’armée.

Une roquette tirée de la bande de Gaza qui a frappé une usine dans la région de Shaar Hanegev, dans le sud d’Israël, le 8 août 2018. (Police israélienne)

En outre, il était interdit aux agriculteurs de travailler dans leurs champs.

Les locaux du gouvernement et les entreprises privées ont été autorisées à opérer avec une capacité limitée, ont déclaré l’armée israélienne.

L’armée a également annoncé que les trains ne circuleraient pas entre la ville frontalière de Sderot et la ville côtière d’Ashkelon, et que la plage de Zikim devait être fermée.

Une femme a été grièvement blessée jeudi matin lorsqu’une roquette lancée depuis la bande de Gaza a frappé une maison du conseil régional d’Eshkol, près de l’enclave palestinienne.

Les tirs de roquettes du groupe terroriste du Hamas se sont poursuivis toute la nuit. L’armée a déclaré que plus de 150 roquettes et obus de mortier avaient été lancés dans les communautés israéliennes mercredi soir.

Un éclat d’obus sur le mur extérieur d’un immeuble dans la ville de Sderot, au sud du pays, le 8 août 2018, à la suite d’une roquette lancée de Gaza.

La plupart des roquettes ont touché des zones ouvertes. Le système de défense du Dôme de fer – qui cible uniquement les missiles projetés dans les communautés – a détruit 40 roquettes.

Cependant, plusieurs d’entre elles ont heurté des maisons et des usines dans les communautés israéliennes, causant des dégâts. Une attaque qui a frappé la ville de Sderot mercredi soir a blessé trois Israéliens. Au moins huit autres personnes ont été soignées pour des attaques de panique, dont deux femmes enceintes qui ont accouché.

En réponse à ces attaques, l’armée israélienne a déclaré avoir frappé plus de 140 cibles du Hamas dans la bande de Gaza durant la nuit.

L’armée a déclaré que ses raids visaient des camps d’entraînement ainsi que des ateliers de fabrication d’armes et des entrepôts de stockage. L’armée de l’air a également pris pour cible une voiture utilisée par des terroristes pour lancer des roquettes sur le sud d’Israël depuis la bande de Gaza. Un membre du Hamas aurait été tué dans la frappe aérienne. Selon des informations non confirmées, il était apparenté à un haut commandant du Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...