La guerre approche, met en garde l’armée israélienne
Rechercher

La guerre approche, met en garde l’armée israélienne

Des responsables affirment que de nombreuses troupes seront envoyées sur le front sud après que les terroristes palestiniens ont tiré plus de 150 missiles pendant la nuit

Une photo prise le 8 août 2018 à Gaza montre de la fumée suite à une frappe aérienne israélienne (AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)
Une photo prise le 8 août 2018 à Gaza montre de la fumée suite à une frappe aérienne israélienne (AFP PHOTO / MAHMUD HAMS)

Un haut responsable de l’armée a averti jeudi matin qu’Israël s’approchait d’un affrontement militaire à grande échelle dans la bande de Gaza après que des centaines de roquettes ont été lancées pendant la nuit par des groupes terroristes palestiniens.

« Nous avons plus de capacités dans notre arsenal », a-t-il menacé, sous couvert d’anonymat. « Nous sommes prêts à continuer à attaquer, à attaquer et à attaquer. Nos frappes affectent profondément le Hamas, il serait préférable de revenir aux accords conclus après l’opération Bordure Protectrice [en 2014]. »

Les autorités ont déclaré que plus de 150 roquettes et obus de mortier avaient été lancés sur les communautés israéliennes depuis mercredi soir.

Les attaques du groupe terroriste palestinien du Hamas se sont poursuivis toute la nuit, blessant gravement une femme lorsqu’un projectile a frappé une maison du conseil régional d’Eshkol.

Selon le porte-parole de l’armée israélienne, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus, au moins sept personnes au total ont été blessées dans le sud d’Israël par les attaques à la roquette à Gaza.

En réponse à ces attaques, l’armée israélienne a déclaré avoir frappé plus de 140 cibles du Hamas dans la bande de Gaza durant la nuit.

L’armée a déclaré que ses raids visaient des camps d’entraînement, des ateliers de fabrication d’armes et des entrepôts de stockage. L’armée de l’air a également ciblé des sites à partir desquels des roquettes ont été lancées, notamment une voiture qui, selon l’armée, serait utilisée par une cellule de terroristes. Un membre du Hamas aurait été tué dans la frappe aérienne. Selon des informations non confirmées, il était apparenté à un haut commandant du Hamas.

Le Hamas a déclaré que trois Palestiniens ont été tués et six autres blessés par ces raids israéliens.
Un terroriste palestinien a été tué dans le nord de la bande, le Hamas précisant qu’il s’appelait Ali Ghandour et faisait partie de la branche armée du mouvement terroriste.

Une femme, Enas Khammash, 23 ans, et sa fille Bayan, 18 mois, seraient mortes dans un raid qui a touché Jafarawi, dans le centre de la bande de Gaza, et le mari de cette femme, qui était enceinte, a été légèrement blessé, ont indiqué les services de santé palestiniens du Hamas.

« Nous approchons d’un affrontement à petits pas », a déclaré un officier supérieur anonyme de l’armée israélienne. « Le Hamas commet de graves erreurs, et nous devons peut-être préciser, qu’après quatre ans, cette voie n’a donné aucun résultat et n’en vaut pas la peine ».

L’armée a déclaré qu’un grand nombre de forces supplémentaires étaient déployées dans la région de Gaza. Cependant, aucune autre unité de réservistes n’a été appelée, d’après Conricus.

Selon le porte-parole, l’armée est prête à évacuer les communautés du sud d’Israël si une guerre éclate.

« Nous sommes prêts, mais ce n’est pas en cours et nous ne sommes pas impatients d’arriver à ce stade », a déclaré Conricus.

La femme grièvement blessée est une employée étrangère âgée de 30 ans et originaire de Thaïlande. Elle souffre de blessures à l’abdomen et aux membres. « Elle a été touchée par des éclats au ventre. Sa vie est en danger », a affirmé à la radio publique Yohanan Paizer, directeur de l’hôpital Soroka de Beer Sheva dans le sud d’Israël où cette femme a été opérée. Une autre personne a été légèrement blessée dans la même attaque et plusieurs, choqués, ont été soignés.

La plupart des roquettes ont touché des zones ouvertes. Le système de défense du Dôme de fer – qui cible uniquement les missiles projetés dans les communautés – a intercepté 25 roquettes.

Conricus a déclaré que le système fonctionnait aussi bien que l’avaient prévu les militaires, mais a souligné qu’il ne pouvait pas assurer une protection parfaite, « hermétique ».

En effet, plusieurs roquettes ont frappé des maisons et des usines dans les communautés israéliennes, causant des dégâts. Une attaque mercredi soir dans la ville de Sderot a blessé au moins trois Israéliens. Treize autres personnes ont été soignées, dont deux femmes enceintes qui ont accouché prématurément.

Le cycle de violence actuel « n’est définitivement pas terminé », a déclaré Conricus.

« Nous sommes au milieu d’un nouveau cycle dont je ne vois pas la fin », a ajouté le responsable anonyme. « Nous avons atteint une série de cibles, y compris des tunnels et de nombreuses installations militaires appartenant au Hamas. Ce que nous voulions détruire, nous l’avons fait.

« Il était question de calmer la situation et de parvenir à un accord. Mais ce matin, si j’ai bien compris, le Hamas prend ses distances par rapport à un accord et s’approche d’un conflit dans lequel il sera durement touché. Ses deux millions d’otages seront ceux qui vont souffrir. »

La branche armée du Hamas a revendiqué les tirs sur Israël, déclarant dans un communiqué que la « résistance » palestinienne avait lancé un grand nombre de roquettes sur « des positions ennemies autour de la bande de Gaza ».

Après les attaques de Gaza, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Avigdor Liberman ont rencontré des officiers supérieurs de l’armée israélienne et d’autres services de sécurité au siège de l’armée à Tel Aviv pour discuter de la situation.

Le cabinet de sécurité devait également tenir une session spéciale jeudi après-midi au sujet des violences en cours.

Des sirènes ont retenti dans les communautés israéliennes toute la nuit et des milliers de familles ont dormi dans des abris anti-aériens et des espaces protégés.

Des policiers israéliens recherchent des roquettes tirées de la bande de Gaza qui ont frappé la ville de Sderot, dans le sud d’Israël, le 8 août 2018. (Police israélienne)

Au cours de la nuit, six roquettes ont explosé à Sderot, dont deux ont touché des maisons et une, une usine. Une autre a heurté une maison du conseil régional de Hof Asheklon. Dans chacun des cas, les roquettes ont causé des dégâts, mais aucune victime. En outre, un porte-parole de la région a déclaré qu’une roquette avait frappé une usine dans la région de Sha’ar Hanegev, traversant le toit et endommageant des équipements. L’usine était vide au moment de l’attaque à la roquette.

Les habitants du sud d’Israël ont reçu l’ordre de rester à proximité des abris anti-bombes en cas de roquettes ou d’obus de mortier supplémentaires en provenance de Gaza.

Le Hamas a revendiqué la responsabilité des attaques à la roquette, affirmant qu’il avait vengé la mort de deux activistes tués lors d’une frappe israélienne la veille – une attaque en réponse à ce que l’armée israélienne avait initialement identifié comme une agression dirigée contre elle mais qui était en fait apparemment un exercice interne du Hamas.

Les Nations Unies ont condamné les tirs de roquettes du Hamas.

Nikolay Mladenov, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, intervient lors d’une conférence de presse au siège de l’UNESCO à Gaza, le 25 septembre 2017. (AFP / MOHAMMED ABED)

« Je suis profondément alarmé par l’escalade de la violence entre Gaza et Israël, et particulièrement par les nombreuses roquettes tirées aujourd’hui vers des localités du sud d’Israël », a déclaré dans un communiqué l’envoyé spécial de l’ONU Nickolay Mladenov.

Il a appelé toutes les parties à « s’éloigner du bord du gouffre » et à rétablir le calme.

L’envoyé américain pour le Moyen-Orient, Jason Greenblatt, a également condamné le Hamas dans un tweet. « Une autre nuit de terreur et des familles blotties dans la peur alors qu’Israël se défend », a-t-il déclaré.

« C’est le choix du régime du Hamas. Le Hamas soumet de nouveau les gens à de terribles conditions de guerre. »

Les récents tirs de roquettes ont augmenté les tensions le long de la frontière, malgré des entretiens intensifs entre Israël et le Hamas en vue d’un cessez-le-feu à long terme.

Un tel accord est censé mettre un terme non seulement aux tirs de roquettes et de tirs depuis Gaza, mais aussi aux attaques incendiaires régulières de cerfs-volants et de ballons depuis l’enclave palestinienne qui ont brûlé de grandes étendues de terre dans le sud d’Israël et coûté des millions de shekels.

Judah Ari Gross et Adam Rasgon ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...