Israël en guerre - Jour 285

Rechercher

Les chants et les danses de la Caravane Tzofim de l’amitié de retour aux États-Unis

Vingt lycéens israéliens vont passer plus de deux mois à organiser 160 spectacles pour les communautés juives et non juives américaines

Des membres de la caravane Tzofim de l'amitié lors de la parade d'Israël, à New York, le 2 juin 2024. (Crédit : Udi Almog/Tzofim Tzabar)
Des membres de la caravane Tzofim de l'amitié lors de la parade d'Israël, à New York, le 2 juin 2024. (Crédit : Udi Almog/Tzofim Tzabar)

Cette semaine, la Caravane Tzofim de l’amitié s’est mise en route pour quelque 160 spectacles « ultra-confidentiels » à travers les États-Unis. Cette tradition, vieille de 51 ans, voit des groupes de scouts israéliens de Terminale parcourir l’Amérique du Nord pour présenter une revue de chants et de danses sur le thème israélien.

Compte tenu du climat qui règne aux États-Unis depuis le 7 octobre et des problèmes de sécurité liés aux manifestations israéliennes dans le cadre du conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, la planification et la logistique des spectacles de cette année ont été réalisées dans le plus grand secret afin d’éviter des vagues de protestations, ont indiqué les organisateurs.

« Les communautés que nous visitons ne sont pas autorisées à dire où se dérouleront les spectacles. L’itinéraire réel est le document le plus confidentiel que nous ayons – je le garde au péril de ma vie. Personne ne peut le savoir », a déclaré Eran Tzivon, directeur du programme de la Caravane de l’amitié.

Cet été, le programme organise deux caravanes distinctes, chacune composée de dix jeunes Israéliens âgés de 17 ans (cinq filles et cinq garçons) et de deux conseillers/conducteurs âgés d’une vingtaine d’années. Voyageant dans des camionnettes louées auxquelles sont attachées des remorques pour l’équipement, les groupes se partagent le pays, l’un parcourant la côte est et l’autre l’ouest, se produisant devant quelque 24 000 personnes pendant plus de deux mois.

Lorsque les caravanes parcourent le pays, les artistes sont généralement hébergés par des familles dans diverses communautés d’accueil, ce qui peut permettre d’établir des liens plus étroits et durables.

« Il s’agit d’un spectacle israélien de 45 minutes à une heure, en anglais. Le plus important est de faire connaître Israël à des communautés qui n’ont pas l’occasion de voir beaucoup d’Israéliens. Le plus important est vraiment les relations que nous créons après le spectacle », a déclaré Tzivon, qui s’est entretenu avec le Times of Israel en compagnie de plusieurs conseillers via Zoom depuis les États-Unis, quelques jours avant l’arrivée des lycéens israéliens.

La Caravane de l’amitié est un projet de Tzofim Tzabar, les « Scouts d’Israël », un mouvement scout sioniste laïc fondé en 1919 et associé à des groupes similaires tels que les Boy Scouts of America. Outre les petites communautés juives, les spectacles s’adressent également à des publics non juifs, et Tzivon a décrit un spectacle donné l’année dernière « dans un camp de 3 000 scouts américains » comme « l’un des meilleurs spectacles, incroyable ».

Tradition, tradition

Compte tenu de la longue histoire de Tzofim Tzabar et de la Caravane de l’amitié, ainsi que des liens intenses qui unissent les jeunes participants, il est tout à fait naturel que « nous voyons beaucoup de membres de la deuxième génération […], nous avons vu des mariages, des divorces et malheureusement des enterrements », a déclaré Tzivon.

L’un des membres de la deuxième génération est Shaï Birnbaum, 23 ans, qui est conseiller cet été. « Je suis née dans la caravane, ma mère en a fait partie à l’âge de 17 ans, en 1983, et elle se réunit toujours avec son équipe », a-t-elle expliqué.

Birnbaum a elle-même été sélectionnée pour faire partie de la caravane lorsqu’elle était en Terminale – « lorsque j’ai atteint cet âge, je n’ai pas eu le choix » – et a décrit l’expérience comme ayant changé sa vie.

Après l’assaut barbare du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, « toutes les familles d’accueil américaines que nous avions rencontrées à l’époque, il y a six ou sept ans, nous ont immédiatement soutenus, se sont rangés à nos côtés, c’était très fort », a déclaré Birnbaum, ajoutant que ce type de solidarité « a eu un grand impact » sur le groupe actuel de conseillers, qui sont tous des participants de longue date au mouvement Tzofim Tzabar et qui ont eux-mêmes été membres de la caravane.

La participation à la caravane est très compétitive. Cette année, environ 2 000 lycéens israéliens se sont portés candidats pour les vingt places disponibles. Une fois sélectionnés, les participants travaillent pendant cinq mois, se réunissant chaque week-end pour se préparer, a indiqué la conseillère Noa Drukman, également âgée de 23 ans.

« Pour nous, ce projet est très important. Nous avons renoncé à beaucoup de choses pour venir. Les jeunes, qui ont 17 ans, ont renoncé à leurs week-ends, ils manquent un peu les cours, parce que c’est une mission tellement importante, surtout en ce moment », a expliqué Drukman.

Les participants renoncent volontairement à leur téléphone pendant leur séjour dans la caravane – ils en ont droit à une heure par semaine pour rester en contact avec leur famille et leurs amis – ce qui, selon les organisateurs, ajoute à l’immédiateté de l’expérience.

« C’est incroyable. Vous voyez les enfants qui sont sur les routes des journées entières et qui, au lieu d’être sur leur téléphone, parlent entre eux. Au lieu de parler à leur mère, ils se soutiennent et se serrent dans les bras les uns des autres », a déclaré Drukman.

Le fait d’être sur la route aux États-Unis pendant deux mois sans son téléphone, alors qu’elle faisait elle-même partie de la caravane à l’âge de 17 ans, a été « l’une des choses que j’ai préférées » dans cette expérience, a-t-elle souligné.

Le spectacle doit continuer

Yuval Halivni, son épouse Amit Halivni Bar-Peled et leur fils Jon-Jon. (Crédit : Israel Story)

Interrogé sur la teneur du spectacle alors que le pays continue de lutter contre le groupe terroriste palestinien et de digérer la tragédie du 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont massacré près de 1 200 personnes dans le sud d’Israël et enlevé 251 personnes pour les emmener de force dans la bande de Gaza, l’organisateur Tzivon a déclaré que « la création du spectacle de cette année a été une danse fragile ».

« Ce n’est pas un mémorial sur roues, mais ce n’est pas non plus une samba brésilienne alors qu’Israël est en guerre », a-t-il ajouté.

« Nous ne parlons pas directement du 7 octobre », a souligné Tzivon, mais le spectacle l’aborde « à un niveau personnel » en consacrant une séquence à Yuval Halivni, un réserviste de l’armée israélienne qui est mort en combattant des terroristes infiltrés à Sderot le 9 octobre.

Yuval et son épouse Amit « étaient un couple de la caravane, ils s’étaient rencontrés dans la caravane, et leur mariage était rempli de membres de la caravane », a-t-il expliqué.

Malgré la confidentialité et les problèmes sécuritaires entourant leur itinéraire cette année, une étape était certaine : la Caravane de l’amitié, ainsi que d’autres membres de la grande communauté Tzofim et le groupe des Amis des Scouts d’Israël, ont participé à la tête du défilé annuel de la Journée d’Israël à New York dimanche, un événement qui s’est déroulé cette année sous une sécurité renforcée.

La délégation de Tzofim Tzabar au défilé de la Journée d’Israël, à New York, le 2 juin 2024. (Crédit : Udi Almog/Tzofim Tzabar)

« Nous pensons que nous devons être ici cet été pour raconter notre véritable histoire », a déclaré Birnbaum, qui a fait remarquer qu’il était « un peu compliqué et difficile de quitter la maison », car tous les conseillers ont été mobilisés par Tsahal depuis le début de la guerre.

« J’aime beaucoup Israël. Mon grand-père n’a pas pu le voir à cause de la Shoah. Je dois me battre pour protéger cet héritage […] C’est l’une des choses auxquelles je pense cet été. C’est vraiment [quelque chose de] personnel », a-t-il expliqué.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.