Israël en guerre - Jour 252

Rechercher
Reportage

Des familles d’otages mènent avec dignité le défilé assombri de la Journée d’Israël à New York

La marche de 45 000 personnes sur la 5e Avenue, habituellement festif, reflète 8 mois de guerre, 120 otages encore aux mains du Hamas et la hausse de l'antisémitisme dans le monde

NEW YORK – Si les bannières et les messages politiques des quelque 45 000 participants qui ont défilé dimanche à New York lors de la Journée d’Israël sur la Cinquième Avenue différaient considérablement, tous semblaient unis dans leur détermination à défendre Israël et le peuple juif dans son ensemble.

Les spectateurs brandissant des drapeaux israéliens s’alignaient sur cinq rangées le long d’un côté de la Cinquième Avenue. L’autre côté, fermé au public, était bordé de barrières portant des photos des otages enlevés dans le sud d’Israël par des terroristes le 7 octobre et emmenés à Gaza, où 120 d’entre eux sont toujours détenus.

Habituellement en liesse, ce défilé annuel, qui en est à sa 59e édition et qui a été baptisé par le passé « Célébrons Israël », était nettement moins joyeux cette année, à la suite des atrocités barbares commises le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont franchi la frontière avec Israël, massacré près de 1 200 personnes, dont la plupart étaient des civils, et enlevé 251 otages. Cet assaut sadique est le plus meurtrier de l’Histoire d’Israël et probablement le jour le plus sanglant pour le peuple juif depuis la Shoah.

Mark Treyger, PDG du Conseil des relations avec la communauté juive (JCRC), a déclaré en début de semaine que l’événement serait placé sous le signe de la solidarité, de la force et de la résilience.

« L’ambiance n’est pas aux confettis et à la musique », a déclaré Treyger. « Ce sera plutôt une ambiance de solidarité inébranlable et indéfectible envers les otages pour les ramener à la maison, ainsi que notre amour et notre fierté immuables pour notre identité juive. »

Il n’a jamais été question d’annuler le défilé cette année, a souligné Treyger, malgré ce qu’il a qualifié de montée « astronomique » de l’antisémitisme aux États-Unis.

Des personnes portant des pancartes appelant à la libération des otages en amont de la marche annuelle de la Journée d’Israël, à New York, le 2 juin 2024. (Crédit : Yuki Iwamura/AP)

« C’est un moment que nous devons affronter », a-t-il déclaré.

Les réactions mitigées à cet événement ont été mises en évidence par les visages souriants des passants qui ont fondu en larmes en voyant les familles des otages défiler, et les moments où la musique pop israélienne entraînante a été noyée par les cris de « Ramenez-les à la maison maintenant », un slogan appelant à la libération immédiate des otages.

Si l’ambiance générale était à la fierté pour Israël, les divisions d’un peuple soumis à une pression énorme depuis près de 240 jours étaient également flagrantes.

Certains participants au défilé ont crié leur colère en hébreu à l’encontre des représentants israéliens qui passaient, qui étaient escortés par d’importants services de sécurité et qui ont été rapidement éconduits. Le chef de la majorité au Sénat américain, Chuck Schumer, qui, tout en soutenant fermement Israël au Congrès, a également qualifié le Premier ministre Benjamin Netanyahu « d’obstacle à la paix », a été accueilli par des huées audibles lors de la conférence de presse qui a précédé le cortège.

Le leader de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, s’exprimant lors de la marche annuelle de la Journée d’Israël, sur la Cinquième Avenue, à New York, le 2 juin 2024. (Crédit : Yuki Iwamura/AP)

La gouverneure de New York, Kathy Hochul, et le maire de New York, Eric Adams, faisaient également partie des élus présents lors du coup d’envoi de la marche, dimanche en fin de matinée. Les spectateurs venaient de toute la région de la ville de New York et même d’Israël.

Plus de 70 membres des familles des otages étaient à la tête d’un cortège d’environ 2 500 marcheurs représentant le Forum des familles des otages et disparus, un groupe qui défend les intérêts des kidnappés en Israël, tandis que presque tous les groupes de marche, y compris les scouts israéliens Tzofim et des contingents de nombreuses écoles juives, portaient des plaques militaires symboliques « Ramenez-les à la maison maintenant » et entonnaient des chants appelant à la même chose.

Lorsqu’on lui a demandé ce qui l’avait motivée à participer à la marche, Jodi Sokol, une habitante de la ville, a montré son tee-shirt noir « Bring Them Home Now » (« Ramenez-les à la maison maintenant »).

« Pourquoi suis-je ici ? », a-t-elle demandé de manière rhétorique. « Il y a eu trop de silence. »

Les gens rassemblés pour la marche annuelle de la Journée d’Israël, sur la Cinquième Avenue, à New York, le 2 juin 2024. (Crédit : Jordana Horn)

« Je suis venue ici pour soutenir les familles, pour faire preuve de solidarité, d’amour et d’attention à leur égard », a expliqué Carmelit Zosnat, une New-Yorkaise d’origine israélienne. « J’ai une obligation : je dois être ici pour montrer ma solidarité. Si je ne le fais pas, demain, ce sera peut-être moi ou quelqu’un d’autre. »

Yotam Cohen, le frère aîné de l’otage Nimrod Cohen, a déclaré au Times of Israel, alors qu’il défilait avec le Forum des familles des otages et disparus, que cette marche « est une petite lumière dans l’enfer dans lequel nous vivons depuis huit mois ».

« Cela a été plus qu’un enfer pour nous », a déclaré Cohen, entouré de marcheurs qui scandaient des slogans. « L’administration Biden nous a beaucoup aidés en mettant l’accord sur la table. C’est une véritable montagne russe, car tous les deux mois, il y a un nouvel accord. »

Il s’est arrêté pour laisser ce journaliste prendre une photo de sa chemise montrant une photo de son frère. Lorsqu’on lui a demandé de parler de Nimrod, il a soupiré, son rythme ralentissant légèrement.

Gilad Korngold, père de l’otage Tal Shoham, tenant une affiche de son fils otage lors la marche annuelle de la Journée d’Israël, sur la Cinquième Avenue, à New York, le 2 juin 2024. (Crédit : Jordana Horn)

« Mon frère a 19 ans. Il a terminé le lycée il y a moins d’un an. Il aime les jeux vidéo et les Rubik’s cubes, comme n’importe quel autre jeune homme », a déclaré Cohen.

Depuis un char portant l’emblème de l’État d’Israël, le chanteur Noam Buskila a lancé à la foule : « Et si vous chantiez avec nous ? », en reprenant le classique « Hineh Ma Tov ».

Quelle que soit l’humeur, l’importance de la présence cette année en particulier a trouvé un écho chez les participants, alors que la guerre Israël-Hamas fait rage et que les vagues de manifestations anti-Israël enragées sont considérées par beaucoup comme des manifestations d’antisémitisme.

« Ce qui s’est passé aux États-Unis au cours des huit derniers mois a été très bouleversant et très angoissant », a déclaré Debbie Morris, membre d’un groupe de Westchester, alors qu’elle marchait sur la 73e rue Est. « De toute ma vie, je ne me suis jamais sentie aussi menacée en tant que juive qu’aujourd’hui. »

Les gens se rassemblent pour la marche annuelle de la Journée d’Israël, sur la Cinquième Avenue, à New York, le 2 juin 2024. (Crédit : Yuki Iwamura/AP)

Qualifiant de « très décevante, c’est le moins qu’on puisse dire » la réponse du peuple américain aux massacres du 7 octobre perpétrés par le Hamas, Morris a déclaré qu’il était très important de se manifester aujourd’hui.

« Je suis heureuse de pouvoir participer à cette manifestation pour montrer mon soutien et mon intérêt », a déclaré Morris. « Et pour montrer qu’en tant que Juifs, nous n’allons nulle part, que nous sommes là pour rester et que nous sommes très forts en tant que peuple. »

Mais l’événement s’est doté d’une sécurité importante. Les représentants du Département de la police de New York (NYPD) ont eu recours à des mesures habituellement utilisées pour des événements très médiatisés tels que le réveillon du Nouvel An et le 4 juillet : drones, unités K-9, patrouilles à vélo, clôtures et barrières et points d’entrée désignés pour les spectateurs tout au long du parcours du défilé. Les sacs à dos, les grands sacs et les glacières étaient interdits, et les spectateurs devaient passer par des détecteurs de métaux.

Les autorités municipales ont souligné vendredi que la marche ne faisait l’objet d’aucune menace particulière, et que les manifestants avaient le droit de se rassembler tant qu’ils le faisaient de manière pacifique.

Des participants défilant lors de la marche annuelle de la Journée d’Israël sur la Cinquième Avenue, à New York, le 2 juin 2024. (Crédit : Jordana Horn)

Dina et Sam Markind, un couple défilant avec le groupe de Westchester, ont déclaré que leur participation à la marche annuelle était « une démarche très importante ».

En effet, tous les participants interrogés par le Times of Israel ont souligné l’importance, en ce moment, que les Juifs américains se manifestent pour être entendus et pour montrer leur solidarité avec Israël et, à un niveau plus large, avec le peuple juif.

Tatyana Morton, résidente de New York, qui défilait avec Mothers Against College Antisemitism – un groupe Facebook qui compte plus de 50 000 abonnés, pour la plupart des parents et des soignants d’étudiants juifs américains – a déclaré que même si elle vit dans la Grande Pomme, elle n’avait jamais participé à son défilé avant cette année.

Malgré la montée de l’antisémitisme à l’échelle mondiale nécessitant des mesures de sécurité plus élevées que d’habitude – ou à cause de cela – Morton s’est sentie dans l’obligation de se présenter et de marcher.

« Beaucoup de gens ont déclaré qu’il serait risqué ou effrayant [de venir à la marche], mais c’est précisément la raison pour laquelle il faut se montrer et être vu », a souligné Morton.

« Imaginez s’il n’y avait pas de participation, si ces rues étaient vides. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.