Les découvreurs du présumé « train nazi » sortent de l’anonymat et disent avoir des preuves
Rechercher

Les découvreurs du présumé « train nazi » sortent de l’anonymat et disent avoir des preuves

Les deux chasseurs de trésor regrettent que les autorités polonaises n'aient pas pris contact avec eux

Un drapeau nazi. Illustration. (Crédit : BPTakoma/CC BY/Flickr)
Un drapeau nazi. Illustration. (Crédit : BPTakoma/CC BY/Flickr)

Deux hommes affirmant avoir découvert un train blindé nazi enterré à la fin de la Seconde guerre mondiale dans la région de Walbrzych (sud-ouest de la Pologne) sont sortis de l’anonymat vendredi, affirmant détenir des preuves de son existence.

« Nous avons des preuves irréfutables qu’il existe », a indiqué – sans en présenter aucune – un des hommes présenté comme Piotr Koper, assis à côté de son collègue Andreas Richter, devant les caméras de la chaîne publique TVP Info.

Andreas Richter serait un Allemand, marié à une Polonaise et habitant en Pologne depuis 18 ans, selon un journaliste de la chaîne.

Ils s’agit de la première apparition publique des deux hommes, qui souhaitent communiquer désormais uniquement par l’intermédiaire de leurs avocats.

« Le chahut médiatique autour du train n’a pas été déclenché par nous, mais par une fuite de documents » via des institutions publiques, ont-ils par ailleurs souligné, reprochant aux autorités de n’avoir pris aucun contact avec eux depuis l’annonce de leur découverte le 18 août.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...