Les dirigeants juifs critiquent la décision de Trump sur la protection des élèves transgenres
Rechercher

Les dirigeants juifs critiquent la décision de Trump sur la protection des élèves transgenres

Le mouvement réformé et l’ADL affirment que la décision sur les toilettes neutres « met en péril les jeunes transgenres »

Signe des toilettes mixtes à Oval Park Grill, à Durham, Caroline du Nord, le 11 mai 2016. (Crédit : Sara D. Davis/Getty Images/AFP)
Signe des toilettes mixtes à Oval Park Grill, à Durham, Caroline du Nord, le 11 mai 2016. (Crédit : Sara D. Davis/Getty Images/AFP)

Le mouvement réformé, la Ligue anti-diffamation (ADL) et d’autres groupes juifs ont dénoncé la décision du président Donald Trump d’annuler les directives permettant aux étudiants transgenres d’utiliser des toilettes correspondant à leur identité de genre.

Trump a annulé mercredi l’ordonnance de l’administration Obama imposant aux écoles publiques de permettre aux étudiants transgenres de choisir quelles toilettes utiliser en fonction de leur genre et non de leur sexe.

Les dirigeants du mouvement l’Union pour le Judaïsme réformé et son groupe rabbinique, la Conférence centrale des rabbins américains, et le bras politique du mouvement, le Centre d’Action Religieuse du Judaïsme réformé, se sont joints dans une déclaration commune jeudi pour dénoncer cette décision.

« Loin de protéger les filles et les femmes des hommes dans les toilettes pour femmes, les décisions comme celle-ci menacent les jeunes transgenres », s’est indigné le communiqué.

« Les hommes et les garçons transgenres peuvent sembler menaçants et être attaqués s’ils sont obligés d’utiliser les toilettes des femmes. Les femmes et les filles transgenres risquent de devenir victimes de violence si elles sont obligées d’utiliser les toilettes pour hommes ».

Le président américain Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 février 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)
Le président américain Donald Trump lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 février 2017. (Crédit : Nicholas Kamm/AFP)

« L’administration a renversé une règle qui était une bonne politique publique et qui essayait de maintenir ‘pikuach nefesh’, c’est-à-dire le précepte de sauver des vies, la plus haute des injonctions religieuses ».

Jonathan Greenblatt, le directeur national de l’ADL, a qualifié la décision de « cruelle, teintée de préjugés et inutile » dans une déclaration de jeudi.

« Cette action envoie le message profondément inquiétant que le gouvernement fédéral est en train d’abdiquer sa responsabilité sur la santé des étudiants et leur bien-être et qu’il laisse aux états et les districts scolaires locaux le soin d’établir la politique de l’éducation. Il suggère également que l’administration ne soutiendra ni ne défendra les politiques concernant la communauté LGBT »a déclaré Greenblatt.

Le Conseil national des femmes juives a noté que Trump a pris cette décision quelques semaines après que la Maison Blanche a déclaré que le président était « déterminé à protéger les droits de tous les Américains, y compris la communauté LGBTQ ».

Dans une déclaration jeudi, la directrice générale Nancy Kaufman a écrit que son groupe était « dégoûté par cette trahison, qui mettait les étudiants transgenres en danger, les laissant vulnérable à l’intimidation, au harcèlement et à la violence ».

Le groupe défendant la justice sociale Bend the Arc Jewish Action a également dénoncé la décision, qualifiant cela d ‘« agression contre la liberté et la dignité humaine ».

« Les valeurs juives et américaines exigent que nous défendions et soutenions les personnes marginalisées et opprimées et que nous traitions tout le monde avec égalité », a déclaré le Président Stosh Cotler dans un communiqué.

« En retirant ces protections pour les jeunes transgenres, l’administration Trump tourne le dos à ces principes fondamentaux ».

L’ordonnance de Trump n’aura pas d’effet immédiat parce qu’un juge fédéral avait bloqué en août le décret d’Obama, qui a déclaré que les droits des étudiants transgenres étaient protégés par des lois antidiscriminatoires. Les écoles peuvent individuellement, permettre aux étudiants transgenres d’utiliser les toilettes de leur choix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...