Les dirigeants tchèques favorables au transfert de l’ambassade à Jérusalem
Rechercher

Les dirigeants tchèques favorables au transfert de l’ambassade à Jérusalem

Le président, le Premier ministre et le chef du parlement soutiennent les efforts mis en œuvre pour amener progressivement les missions diplomatique vers la capitale

Le président tchèque Milos Zeman lors d'une réception en l'honneur du 70ème anniversaire d'Israël à Prague, le 25 avril 2018 (Crédit :  Facebook)
Le président tchèque Milos Zeman lors d'une réception en l'honneur du 70ème anniversaire d'Israël à Prague, le 25 avril 2018 (Crédit : Facebook)

Les dirigeants tchèques ont soutenu mercredi le transfert de leur mission diplomatique de Tel Aviv à Jérusalem, emboîtant le pas à l’administration américaine.

Dans un communiqué commun, le président, le Premier ministre, le président du Parlement, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense tchèques ont déclaré que l’ouverture d’une « Maison tchèque » à Jérusalem en novembre serait « un premier pas vers le déménagement de l’ambassade tchèque à Jérusalem ».

Jiri Ovcacek, le porte-parole du président tchèque, pro-israélien, Milos Zeman, a dit à l’AFP que « la Maison tchèque » accueillerait plusieurs institutions tchèques dépendant du gouvernement de Prague, notamment un Centre tchèque, CzechTrade et CzechTourism.

« La Maison tchèque sera officiellement inaugurée par le président au cours de sa visite en Israël en novembre », a-t-il précisé.

Milos Zeman, 73 ans, connu pour des prises de position antimusulmanes, promouvait le déménagement de l’ambassade, avant même que le président américain Donald Trump ne le fasse en mai.

L’Union européenne est opposée au transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem. Bruxelles estime que le statut final de Jérusalem doit être déterminé dans le cadre d’un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Le Premier ministre tchèque Andrej Babis s’adresse aux médias après une rencontre avec le président tchèque Milos Zeman, le 10 avril 2018 au château de Lany dans le village de Lany, à l’ouest de Prague (Crédit : PHOTO AFP / Michal Cizek)

Certains politiciens israéliens ont salué les appels de Zeman au transfert de l’ambassade, même si, en tant que président, son pouvoir exécutif est limité. Andrej Babis, le Premier ministre tchèque, qui dirige le ministère des Affaires étrangères, a déjà formulé son opposition à un transfert franc de l’ambassade en Israël, au nom de la politique européenne.

En mai, la République tchèque a rouvert son consulat honoraire à Jérusalem, fermé depuis 2016 à la suite du décès de la consule honoraire. Le ministère des Affaires étrangères avait déclaré à l’époque que cette réouverture « n’influait aucunement l’accord final sur Jérusalem », ajoutant que Prague « respecte pleinement le soutien de l’Union européenne à la solution à deux état » pour mettre un terme au conflit.

Zeman a déclaré que la réouverture du consulat honoraire s’inscrivait dans les efforts mis en œuvre pour déplacer la mission diplomatique tchèque à Jérusalem, qui aboutiraient sur le transfert de l’ambassade.

La décision de Donald Trump a également rompu le consensus international sur la question du statut de Jérusalem qui devait être réglée dans le cadre d’un accord de paix entre deux Etats. Le déménagement de l’ambassade américaine a provoqué la colère des Palestiniens, qui voit en Jérusalem-Est la capitale d’un futur état palestinien.

L’Autorité palestinienne avait rappelé ses envoyés en Roumanie, en République tchèque, en Hongrie, parce que les ambassadeurs de ces pays avaient pris par à une cérémonie en l’honneur du transfert de l’ambassade.

L’ambassade tchèque est située à Tel-Aviv depuis 1949. Elle a cessé ses activités entre 1967 et 1990 en raison de l’interruption des relations diplomatiques entre le régime communiste tchécoslovaque et Israël

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...