Rechercher

Les familles endeuillées tancent Netanyahu et ses excuses “trop faibles, trop tardives”

Les parents des soldats morts demandent pourquoi le Premier ministre a attendu 5 jours pour dénoncer les députés de son parti qui les ont insultées à la Knesset

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion de la commission du Contrôle de l'Etat sur le rapport établi sur l'opération Bordure protectrice, à la Knesset, le 19 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion de la commission du Contrôle de l'Etat sur le rapport établi sur l'opération Bordure protectrice, à la Knesset, le 19 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Un groupe de parents dont les fils sont morts pendant la guerre de 2014 dans la bande de Gaza ont écrit lundi une lettre cinglante au Premier ministre Benjamin Netanyahu, condamnant ce qu’ils ont appelé des excuses « trop faibles, trop tardives » sur le comportement de deux députés du Likud qui ont crié sur les familles endeuillées pendant une vive commission de la Knesset la semaine dernière.

« Vous étiez présent à la réunion, et vous êtes resté assis silencieusement pendant que des députés de votre part criaient et insultaient les familles endeuillées », ont écrit les parents dans la lettre.

« Les députés auraient-ils osé se comporter de cette manière s’ils n’avaient pas su qu’ils en avaient le droit ? », ont-elles demandé.

Netanyahu avait été invité la semaine dernière à une audition de la commission du Contrôle de l’Etat de la Knesset pour répondre aux questions sur un rapport très critique du contrôleur de l’Etat publié en février, qui avait conclu à de graves échecs du gouvernement et de l’armée avant et pendant l’opération Bordure protectrice.

David Bitan, député du Likud et président de la coalition, s'en prend à un père endeuillé pendant une réunion de la commission du Contrôle de l'Etat sur le rapport établi sur l'opération Bordure protectrice, à la Knesset, le 19 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
David Bitan, député du Likud et président de la coalition, s’en prend à un père endeuillé pendant une réunion de la commission du Contrôle de l’Etat sur le rapport établi sur l’opération Bordure protectrice, à la Knesset, le 19 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Pendant le conflit de 2014, 68 soldats israéliens ont été tués, ainsi que six civils. La lettre a été envoyée par environ 45 de ces familles, selon Avi Yaakovi, dont le fils est mort pendant la guerre et qui représente le porte-parole du groupe.

« Pensez-vous que leur comportement a servi l’objet de la discussion ? Se disputer avec nous avait-il pour but de détourner la discussion du rapport ? », ont écrit les familles.

Dimanche, Netanyahu avait parlé de cette commission de la Knesset, pendant laquelle les députés du Likud David Bitan, qui est aussi président de la coalition, et Miki Zohar se sont confrontés aux parents des soldats morts au combat.

Même si plusieurs députés du Likud ont critiqué leurs collègues, Netanyahu n’avait jusqu’à dimanche fait aucun commentaire en public. Il avait cependant réprimandé personnellement Zohar et Bitan, leur disant qu’ils avaient eu un comportement « honteux », avait annoncé jeudi la Deuxième chaîne.

Les familles endeuillées ont affirmé que les excuses étaient une « faible déclaration à la presse », et ont souligné que Netanyahu ne s’était excusé que cinq jours après la commission.

« Cinq jours étaient-ils vraiment nécessaires pour que vous compreniez ce que tout le monde a immédiatement compris ? », ont demandé les parents.

Miki Zohar, député du Likud, pendant le vote du budget de l'Etat en commission des Finances de la Knesset, le 19 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Miki Zohar, député du Likud, pendant le vote du budget de l’Etat en commission des Finances de la Knesset, le 19 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans la lettre, ils ont écrit que Netanyahu devait « arrêter ce comportement pervers » de Bitan et Zohar, qui ont « hurlé des insultes aux parents de soldats qui sont morts pendant une campagne militaire que vous [Netanyahu] avez dirigée. »

Selon les familles endeuillées, une « ligne rouge a été franchie » pendant la réunion, et le « long silence » du Premier ministre sur ce sujet « a créé une fracture qu’il sera difficile de réparer. »

Ils ont ajouté que, « malheureusement, vos excuses sont trop faibles et trop tardives. »

Les parents qui ont signé la lettre ont déploré que les débats de la commission de la Knesset aient déraillés, empêchant ainsi des discussions sérieuses sur les échecs du gouvernement et de l’armée à préparer et à mener l’opération Bordure protectrice.

Ils ont exhorté Netanyahu à mettre en place les recommandations contenues dans le rapport du contrôleur de l’Etat, en particulier celles sur l’amélioration de la gestion du cabinet de sécurité.

« Nous attendons que les familles endeuillées et la population générale soient informées de la mise en place de ces recommandations et des ajustements qui ont déjà été implémentés, et de ceux qui doivent être menés », ont écrit les parents.

« C’est ainsi qu’un Premier ministre responsable, qui cherche le bien du pays, agirait. »

Le bureau du Premier ministre n’a pas répondu à la demande de commentaire du Times of Israël.

Raoul Wootliff a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...