Rechercher

Liberman fustige les députés “honteux” qui ont crié sur des parents endeuillés

Le Premier ministre a également condamné David Bitan et Miki Zohar, et rappelé que l'unité nationale “est la source de notre force”

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Avigdor Liberman, ministre de la Défense, devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 6 mars 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a rejoint samedi le chœur des critiques de deux députés du Likud, qui ont crié sur des parents de soldats israéliens morts au combat pendant une vive session d’une commission de la Knesset, la semaine dernière.

Les députés David Bitan et Miki Zohar se sont comportés de manière « honteuse », et ont « tâché l’assemblée », a écrit Liberman sur Facebook samedi.

Il a déclaré que le débat public sur la gestion gouvernementale de la guerre de 2014 dans la bande de Gaza était devenu un incident « honteux, humiliant et scandaleux ».

« Même si l’on n’est pas d’accord avec une personne qui a perdu un être cher, il y a une façon de dire ces choses, a écrit Liberman. Les familles endeuillées sont de vrais héros, parce qu’elles choisissent la vie, et nous continuerons à les soutenir. C’est notre devoir moral et éthique. »

David Bitan, député du Likud et président de la coalition, s'en prend à un père endeuillé pendant une réunion de la commission du Contrôle de l'Etat sur le rapport établi sur l'opération Bordure protectrice, à la Knesset, le 19 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
David Bitan, député du Likud et président de la coalition, s’en prend à un père endeuillé pendant une réunion de la commission du Contrôle de l’Etat sur le rapport établi sur l’opération Bordure protectrice, à la Knesset, le 19 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président de la Knesset, Yuli Edelstein, avaient déjà condamné les députés du Likud qui s’étaient faits remarquer pendant une réunion de la commission du Contrôle de l’Etat qui débattait d’un rapport du contrôleur de l’Etat sur l’opération Bordure protectrice, qui a conclu à de graves manquements du gouvernement et de l’armée avant et pendant le conflit de 50 jours.

Pendant sa première déclaration publique depuis ces incidents, Netanyahu a exprimé dimanche ses « regrets » devant le comportement de deux députés du Likud.

« Je voudrais dire quelques mots aux familles endeuillées », a déclaré le Premier ministre avant la réunion hebdomadaire du cabinet. « Tout le peuple d’Israël est uni derrière vous, qui avez perdu le plus cher au nom de la sécurité d’Israël. »

Faisant référence à la mort de son frère, Yoni Netanyahu, le seul soldat israélien tué pendant l’opération Entebbe de 1976, le Premier ministre a dit qu’il comprenait la « douleur profonde » des familles qui avaient perdu un être cher.

« En tant que Premier ministre et fils d’une famille endeuillée, j’ai entendu ce qui a été dit la semaine dernière à la Knesset au cœur du débat, a-t-il dit. Je regrette que ces remarques aient été faites, une excuse immédiate était nécessaire et il est bon qu’elle ait été faite. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion de la commission du Contrôle de l'Etat sur le rapport établi sur l'opération Bordure protectrice, à la Knesset, le 19 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une réunion de la commission du Contrôle de l’Etat sur le rapport établi sur l’opération Bordure protectrice, à la Knesset, le 19 avril 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Sans faire référence aux critiques portées contre lui ou son gouvernement pendant la commission, Netanyahu a dit à ses ministres que « l’unité nationale » était plus importante que la politique politicienne.

« C’est la source de notre force et la fondation de notre futur », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...