Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

« Les femmes serbes tuent chaque année plus d’enfants que Mussolini, Hitler, Broz, » affirme un évêque

Le clergé orthodoxe lance une série de très vives attaques contre le droit à l'avortement

L'évêque Amfilohije (Crédit : Medija centar Beograd/ CC BY 3.0)
L'évêque Amfilohije (Crédit : Medija centar Beograd/ CC BY 3.0)

« Dans leurs entrailles, les femmes serbes tuent chaque année plus d’enfants que Mussolini, Hitler, Broz (ndlr : Josip Broz Tito, leader de la Yougoslavie communiste) et ceux-ci (ndlr : les Albanais kosovars) au Kosovo », a lancé en octobre l’évêque Amfilohije, lors d’une messe.

Le droit à l’avortement avait été institué en 1977 durant l’ère yougoslave titiste.

Lundi, une avocate de Belgrade Jelena Drenca a demandé à l’Eglise orthodoxe serbe d’engager « des mesures disciplinaires » contre l’évêque afin « d’éviter à l’Eglise une procédure en justice ».

Car la déclaration d’Amfilohije, faite « sur les lieux de travail de l’évêque », une messe célébrée à Pec (ouest du kosovo), « représente une violation de la loi sur la discrimination », a-t-elle écrit dans sa demande, rendue publique par l’agence Beta.

Le patriarche de l’église orthodoxe Irinej, plus haute instance religieuse de ce pays, n’a pas désavoué son subordonné, expliquant que « le devoir des femmes (était) de donner naissance afin de régénérer la nation ».

Le patriarche a été reçu le 28 octobre par le président Aleksandar Vucic. Selon un communiqué de la présidence, les deux hommes se sont inquiétés du « taux très bas de la natalité en Serbie ».

Aleksandar Vucic (Crédit : Zoran Žestić/ CC BY SA 4.0)
Aleksandar Vucic (Crédit : Zoran Žestić/ CC BY SA 4.0)

La vice-Première ministre serbe Zorana Mihajlovic a toutefois insisté la semaine dernière sur la nécessité de laisser aux femmes le soin de « décider seules » quand elles auront des enfants, « sans les forcer ».

« Comment la femme peut-elle décider seule, en toute impunité, de la vie ou du meurtre d’un futur nouveau né sans protection et innocent. Où est la morale, la conscience ? », lui a alors répondu l’Eglise orthodoxe serbe.

« L’avortement n’est pas uniquement une question juridique, démographique ou politique, elle est avant tout existentielle, éthique et axiologique », a insisté le clergé.

En Serbie, plus de 30 000 avortements sont pratiqués chaque année, selon l’institut pour la santé publique en Serbie.

Depuis la chute du communisme, l’Eglise orthodoxe s’efforce d’exercer une forte influence sur la société de ce pays, restée très patriarcale.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.