Les Israéliens achètent du gaz poivré et s’inscrivent à des cours de self-defense
Rechercher
« La chose importante est de ne pas s’arrêter de vivre à cause de cela, car alors les terroristes gagneront »

Les Israéliens achètent du gaz poivré et s’inscrivent à des cours de self-defense

En pleine vague de violence, les gens cherchent désespérément des moyens pour se protéger

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Une classe de Krav Maga dans le centre de Tel Aviv, le 9 octobre 2015 (Crédit : Autorisation Oren Mellul)
Une classe de Krav Maga dans le centre de Tel Aviv, le 9 octobre 2015 (Crédit : Autorisation Oren Mellul)

La boutique Haboleshet Spy sur la rue Ibn Gavirol, au coeur de Tel-Aviv, est généralement un endroit calme. Le magasin vend des équipements d’espionnage tels que des caméras de surveillance et des enregistreurs vocaux dissimulés dans des stylos, ainsi que des battes et du gaz poivré.

Mais jeudi, ce n’était pas calme du tout, ont expliqué les copropriétaires Avi Wachsman et Eyal Daniel.

« Nous avons vendu tout le spray poivré, les pistolets paralysants et les battes », a déclaré Daniel au Times of Israel. « Nous avons vendu la valeur des stocks de trois semaines en une seule journée, environ 100 articles au total ».

Daniel a déclaré que les clients étaient de tous les horizons : des hommes, des femmes, des adolescents, même des enfants et des personnes âgées. « Ils ont tous dit qu’ils sont ici à cause de la situation sécuritaire désagréable dans laquelle nous sommes ».

Les derniers jours ont vu une vague d’attaques au couteau en Israël. Au milieu de la vague actuelle de la terreur, les Israéliens s’emparent de tous les moyens pour se protéger.

« Vous pouvez dire que les gens sont stressés », a déclaré Daniel. « Ils veulent un outil pour se défendre s’ils se font attaquer ».

Sur Israel Radio vendredi matin, un autre commerçant a indiqué qu’il a vendu l’ensemble de son stock de spray poivré ces deux derniers jours. « C’est légal », a-t-il dit, « et les gens sentent qu’ils ont besoin de protection ».

La sécurité israélienne sur un site où un Palestinien a été poignardé par un homme de 25 ans à l'extérieur d'un centre commercial dans la ville israélienne de Petah Tikva, le 7 octobre 2015 (Crédit : Flash90)
La sécurité israélienne sur un site où un Palestinien a été poignardé par un homme de 25 ans à l’extérieur d’un centre commercial dans la ville israélienne de Petah Tikva, le 7 octobre 2015 (Crédit : Flash90)

Mercredi soir, Josh Carr, un immigrant originaire d’Afrique du Sud et ancien commandant de Tsahal, et instructeur de l’école de Krav Maga a posté le message suivant sur le groupe Facebook « Secret Tel Aviv », qui s’adresse aux nouveaux immigrants et aux touristes :

Capture d'écran Facebook (Crédit : Facebook)
Capture d’écran Facebook (Crédit : Facebook)

« Chers amis, (en Israël) en raison de la situation actuelle, je vous offre un cours gratuit d’auto-défense. Le cours se concentrera principalement sur la défense [contre des attaques] de couteau, mais inclura des techniquees de combat de base et comment réagir dans une situation d’urgence. Ce cours ne vous transformera pas en un super-héros, mais cela pourrait sauver votre vie ou celle de quelqu’un d’autre ».

Carr a reçu plus de 1 000 réponses – et les compteurs tournent toujours. « C’était ahurissant. Je ne m’y attendais pas », a-t-il dit.

Au début, Carr avait l’intention d’enseigner quelques techniques d’auto-défense à quelques personnes dans un parc. Mais maintenant que tant de gens ont manifesté leur intérêt, il espère organiser des événements dans plusieurs villes, y compris Tel Aviv, Jérusalem et éventuellement Beer Sheva, où il enseignera à autant de personnes que possible.

« Je veux donner aux gens un niveau en auto-défense, enseigner à utiliser votre corps comme une arme, et je veux enseigner quelques techniques pour la défense contre le couteau », a-t-il expliqué.

Oren Mellul, qui enseigne le Krav maga deux fois par semaine dans le centre de Tel-Aviv a également vu un regain d’intérêt.

« En une semaine normale, j’ai généralement deux nouveaux étudiants. Au cours des dix derniers jours, j’ai eu entre 25 et 30 nouvelles personnes qui se sont inscrites », a-t-il précisé.

Vendredi matin, Mellul a consacré sa classe de débutant entièrement à la défense contre l’attaque au couteau.

Trop de gens sont sur leur téléphone portable quand ils sont en public, met en garde Carr. « La première étape pour être en sécurité est de lever les yeux et de regarder autour, en essayant de jauger les gens autour de vous, à la recherche de personnes qui pourraient être une menace », a-t-il expliqué. « Vous faites cela en utilisant votre instinct et votre bon sens ».

Assis dans un café, Carr désigne un homme d’âge mûr avec une expression aimable debout dans la rue. « Ce gars-là n’a pas l’air menaçant », a-t-il observé. « Mais s’il commence à tripoter sa poche et vous regarde de manière agressive, alors les choses pourraient vite tourner ».

Carr a expliqué que les attaquants sont à la recherche de cibles faibles. S’ils devaient choisir entre quelqu’un qui est absorbé par son téléphone et quelqu’un qui est conscient de son environnement, ils choisiront la première cible.

« Malheureusement, la situation est telle en Israël qu’une personne peut prendre un couteau ou un objet pointu et se lâcher dans un centre commercial, dans la rue. C’est une grande menace. Vous ne savez pas qui sera cette personne ».

Mais si vous êtes en train d’être attaqué avec un couteau, que faîtes-vous ?

« Si vous voyez quelqu’un avec un couteau, fuyez aussi vite que vous le pouvez », a déclaré Carr.

« Cependant, si vous êtes sur un bus ou dans un centre commercial, un endroit où vous ne pouvez pas fuir, la meilleure chose à faire est d’essayer d’attraper ou de pousser le terroriste dans un coin. Une autre technique consiste à saisir la main avec le couteau et d’essayer de contrôler la main ».

Carr dit avoir vu des milliers de vidéos de crimes et dit qu’il y a souvent des gens debout autour en train de regarder ou filmer l’incident.

« Ces gens pourraient empêcher l’attaque. S’ils courraient tous sur la personne avec le couteau, certains seraient blessés, mais beaucoup moins de personnes et le gars serait neutralisé beaucoup plus vite ».

Être à l’affût !

Avi Schneider, qui donne des cours d’arts martiaux à Beit Shemesh, convient que la meilleure défense est d’être conscient de votre environnement.

Avi Schneider (Crédit : Twitter)
Avi Schneider (Crédit : Twitter)

« Ne pas être au téléphone pendant un trajet ou sur les quais de gare. Tenez vous avec votre dos contre un mur et non au milieu de la plate-forme », a-t-il recommandé. « En fait, jauger la foule. Regardez chaque personne et jaugez-les. Les juger aussi durement que possible ».

Il est de loin préférable de voir venir un attaquant de loin que de trop près, a-t-il ajouté.

« Si quelqu’un vous met mal à l’aise, allez-vous en, traversez la rue, ratez le bus. Il y a des chances que vous ayez tort sur cette personne, mais il vaut mieux se tromper que guérir ».

Un autre conseil que Schneider propose est de porter des vêtements plus épais, conseil qui devient plus facile à appliquer maintenant que le temps se refroidit.

« Une veste épaisse n’est pas efficace contre une attaque d’armes à feu mais peut faire la différence entre une légère blessure au couteau et une blessure critique », a-t-il dit. « Au-delà de cela, c’est une bonne idée de prendre un cours d’auto-défense bien que même si pour ne pas geler mentalement cela prend beaucoup de leçons ».

Carr a également déclaré que rester en alerte constitue la clé, non seulement pour une attaque au couteau mais aussi pour les attaques à la voiture bélier.

« Si vous voyez une voiture venir vers vous, essayez de mettre une barrière entre vous et le véhicule, comme un poteau de téléphone, un arbre ou une voiture garée », a-t-il conseillé.

« Voilà votre premier niveau de protection. Mais s’il est trop tard – et que cela requiert un niveau élevé de formation, vous devriez sauter aussi haut que vous le pouvez en l’air. Si la voiture vous frappe dans l’air, vous serez toujours blessé, mais il y a beaucoup moins de chance de mourir ».

Le lendemain d'une attaque à la voiture bélier au carrefour du French Hill à Jérusalem le 15 avril 2015. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le lendemain d’une attaque à la voiture bélier au carrefour du French Hill à Jérusalem le 15 avril 2015. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Carr a également dit que les parents avaient besoin de réfléchir sur la façon de protéger leurs enfants ainsi que de leur apprendre à réagir dans une situation d’urgence, quelque chose qu’il va enseigner dans ses séances.

« La chose importante est de ne pas s’arrêter de vivre à cause de cela, car alors ils [les terroristes] gagneront », a-t-il souligné.

« Soyez prudents et prenez votre sécurité au sérieux ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...