Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

Les jours de Yahya Sinwar sont « comptés », prévient un haut fonctionnaire américain

Le chef du groupe terroriste qui règne sur Gaza depuis 16 ans a "sur les mains" le sang des 38 Américains tués le 7 octobre, a noté Jake Sullivan

Yahya Sinwar, gouverneur du Hamas à Gaza, prenant la parole lors d’une réunion dans la ville de Gaza, le 30 avril 2022. (Crédit : Mahmud Hamas/AFP)
Yahya Sinwar, gouverneur du Hamas à Gaza, prenant la parole lors d’une réunion dans la ville de Gaza, le 30 avril 2022. (Crédit : Mahmud Hamas/AFP)

Un haut responsable de l’administration Biden a déclaré qu’il est « prudent de dire » que les « jours de Yahya Sinwar, chef du Hamas, sont comptés », lors d’un point de presse tenu jeudi sur les réunions du conseiller à la Sécurité nationale américain, Jake Sullivan, en Israël.

Alors que les dirigeants israéliens ont déjà proféré de telles menaces à l’encontre du chef terroriste, le qualifiant « d’homme mort », il semble que ce soit la première fois qu’un haut fonctionnaire américain s’exprime publiquement sur Sinwar dans ces termes.

« Je pense qu’il est également prudent de dire que peu importe le temps que cela prendra, justice sera rendue », a affirmé le haut responsable de l’administration, en précisant que Sinwar avait « du sang américain sur les mains ».

Trente-huit Américains ont été tués lors de l’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre, et huit citoyens américains et résidents permanents figurent parmi les 132 otages détenus à Gaza – dont certains qui ne sont plus en vie.

Sinwar se cacherait actuellement dans la ville de Khan Younès, au sud de Gaza, après avoir fui le nord de la bande de Gaza en se dissimulant dans un convoi humanitaire qui se dirigeait vers le sud au début de la guerre d’Israël contre le Hamas.

Le 6 décembre, Tsahal aurait encerclé sa maison à Khan Younès alors que rien n’indiquait qu’il s’y trouvait, puisqu’il se terre et possède plusieurs maisons.

Yahya Sinwar, au centre, chef du Hamas dans la bande de Gaza, serrant la main d’un terroriste palestinien du Hamas lors d’un rassemblement marquant le 35e anniversaire de la fondation du du groupe terroriste palestinien, à Gaza City, le 14 décembre 2022. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

L’armée israélienne a vraisemblablement également mis sa tête à prix en début de semaine, larguant des tracts dans la bande de Gaza offrant une prime en échange d’informations sur le lieu où il se trouve.

Des images ont en effet circulé jeudi sur les réseaux sociaux d’un tract qui proposait jusqu’à 400 000 dollars pour Sinwar et des sommes plus modestes pour d’autres hauts responsables du Hamas. Le tract, dont l’authenticité n’a pas pu être confirmée, mentionne un numéro de téléphone et un contact sur l’application de messagerie Telegram, Tsahal promettant la confidentialité.

Sinwar a été choisi pour remplacer Ismaïl Haniyeh à la tête du groupe terroriste à l’intérieur de Gaza en 2017. Haniyeh réside au Qatar et préside le bureau politique du Hamas.

Il a été condamné à quatre peines de prison à vie par Israël en 1989 pour avoir planifié l’enlèvement et le meurtre de deux soldats israéliens et de quatre Palestiniens, mais a été libéré 22 ans plus tard dans le cadre de l’accord conclu par Israël pour le retour du soldat de Tsahal capturé, Gilad Shalit.

Sinwar est également accusé d’avoir supervisé les préparatifs et la planification de l’assaut du 7 octobre, au cours duquel des milliers de terroristes palestiniens du Hamas ont déferlé sur Israël depuis la terre, l’air et la mer, tuant 1 200 personnes et s’emparant de plus de 240 otages.

En réponse à cette attaque, la plus meurtrière de l’histoire du pays et la pire contre des Juifs depuis la Shoah, Israël a juré d’anéantir le Hamas de Gaza et de mettre fin à son règne de 16 ans, et a lancé une opération aérienne suivie d’une incursion terrestre.

Plus de 18 700 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. Selon les estimations de l’armée israélienne, 5 000 membres du Hamas auraient été tués dans la bande de Gaza, auxquels s’ajoutent plus de 1 000 terroristes tués en Israël lors de l’assaut du 7 octobre.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.